Qu'est-ce que l'IDA?

Dernière mise à jour: Juillet 2009
Qu'est-ce que l'IDA?

L’Association internationale de développement (IDA) est l’institution de la Banque mondiale qui aide les pays les plus pauvres de la planète. Créée en 1960, l’IDA vise à réduire la pauvreté en accordant des dons et des prêts sans intérêt destinés à financer des programmes de nature à stimuler la croissance économique, à atténuer les inégalités et à améliorer les conditions de vie des populations.


The International Development Association (IDA) is the part of the World Bank that helps the world’s poorest countries.

L’action de l’IDA complète celle de l’autre guichet de prêt de la Banque mondiale—la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD)—qui fournit aux pays à revenu intermédiaire des services de conseil et des capitaux pour financer leurs dépenses d’équipement. La BIRD et l’IDA partagent le même personnel et le même siège et évaluent les projets suivant les mêmes normes rigoureuses.

L’IDA est l’un des principaux bailleurs d’aide aux 79 pays les plus déshérités de la planète, dont 39 se trouvent en Afrique. C’est la principale source de financement par les donateurs des services sociaux de base dans les pays les plus pauvres.

L’Association prête des fonds (appelés crédits) à des conditions concessionnelles. Autrement dit, les crédits de l’IDA ne portent pas intérêt, et les remboursements sont étalés sur une période de 35 à 40 ans, y compris un différé d’amortissement de 10 ans.

Depuis sa création, l’IDA a accordé au total 222 milliards de dollars de crédits et de dons, au rythme de 13 milliards de dollars par an en moyenne ces dernières années, dont la majeure partie, soit environ 50 %, va à l’Afrique.


Emprunteurs de l'IDA

L’admissibilité d’un pays à bénéficier des ressources de l’IDA dépend avant tout de sa pauvreté relative, laquelle correspond à un RNB par habitant inférieur à un seuil prédéfini et actualisé chaque année (soit 1 165 dollars pour l’exercice 2011).

L’IDA accorde aussi son aide à des pays, dont plusieurs petites économies insulaires, affichant un RNB par habitant supérieur au plafond d’accès opérationnel à ses ressources, mais n’ayant pas une signature d’une qualité suffisante pour pouvoir emprunter à la BIRD.

Certains pays, comme l’Inde et le Pakistan, tout en étant admis à bénéficier des concours de l’IDA compte tenu de leur revenu par habitant, ont par ailleurs une signature d’une qualité suffisante pour pouvoir emprunter dans une certaine mesure à la BIRD. Ces pays sont appelés pays « mixtes ».

79 sont actuellement admis à emprunter à l’IDA. Collectivement, ces pays comptent 2,5 milliards d’habitants, soit la moitié de la population totale du monde en développement. Sur ce nombre, 1,5 milliard disposeraient d’un revenu inférieur ou égal à 2 dollars par jour pour subsister.

Ex. 2009 - Les 10 principaux emprunteurs de l'IDA

(en millions de dollars US)
Liens en anglais

Inde2 578
Vietnam1 429
Tanzanie943
Éthiopie890
Nigeria890
Bangladesh828
Kenya614
Ouganda 480

R.D. du Congo

460
Ghana433

Nouveaux crédits de l’IDA par région :

Afrique sub-saharienne.......46%
Asie de Sud..........................32%
Asie de l'Est et Pacifique......11%
Europe et Asie centrale.........4%
Moyen-Orient et Afrique du Nord.......................................2%
Amérique Latine et Caraïbes................................1%

Nouveaux crédits de l’IDA par secteur :

Infrastructure.......................37% Secteur social......................29% Droit et admi. publique..........18% Agriculture............................8% Industrie.................................2% Finance...................................5%

New IDA Lending by Region

Crédits de l'IDA

Les crédits de l’IDA ont une échéance de 20, 35 ou 40 ans, assortie d’une période de grâce de 10 ans, à l’issue de laquelle les remboursements du principal commencent. Les ressources de l’IDA sont allouées aux pays emprunteurs en fonction de leur niveau de revenu, ainsi que de l’efficacité avec laquelle ils gèrent leur économie et exécutent les projets de l’IDA en cours. Les crédits de l’IDA ne portent pas intérêt, mais sont consentis moyennant une modeste commission de service équivalant actuellement à 0,75 % des fonds décaissés. Conditions actuelles des prêts de l’IDA (a).

Durant l’exercice 09 (qui a pris fin au 30 juin 2010), les engagements de l’IDA ont totalisé 14, 5 milliards de dollars, dont 18 % sous forme de dons. Les nouveaux engagements pour l’exercice 09 ont porté sur 190 nouvelles opérations. Depuis 1960, l’Association a accordé 207 milliards de dollars à 108 pays. Le volume annuel des prêts est en constante augmentation et aurait représenté en moyenne 13 milliards de dollars environ au cours des trois dernières années.

Les concours de l'IDA permettent de financer des opérations en faveur de l'éducation primaire, des services de santé de base, des services d'assainissement et d'approvisionnement en eau propre, des principes de sauvegarde environnementale, de l'amélioration du cadre d'activité des entreprises, des infrastructures et des réformes institutionnelles. Ces projets permettent de créer les conditions nécessaires à la croissance économique, à la création d'emplois, au relèvement des revenus et à l'amélioration des conditions de vie. Aperçu de certains projets de l'IDA

L’Association encourage tout particulièrement une croissance diversifiée, en particulier :
- des politiques économiques judicieuses, le développement rural, l’entreprise privée et des pratiques écologiquement durables
- l’investissement dans le capital humain, l’éducation et la santé, en particulier la lutte contre le VIH/SIDA, le paludisme et la tuberculose
- l’expansion de la capacité de l’emprunteur à fournir des services de base et à assurer l’utilisation responsable des ressources publiques
- le redressement des pays à l’issue de troubles civils, d’un conflit armé ou d’une catastrophe naturelle, et
- promotion des échanges et de l’intégration régionale

L’Association conduit des travaux d’analyse afin d’enrichir la base de connaissances qui permet de concevoir des politiques judicieuses de réduction de la pauvreté. Elle conseille les gouvernements sur les moyens à mettre en œuvre pour diversifier la croissance économique et protéger les pauvres des chocs économiques.

L’IDA coordonne également l’aide des donateurs pour alléger le fardeau des pays pauvres qui n’ont pas les moyens de gérer leur service de la dette. L’Association a mis au point une formule pour allouer des dons aux pays menacés de surendettement, conçue pour aider les pays à maintenir un degré d’endettement soutenable.

Financement de l'IDA

Alors que la BIRD lève la majeure partie de ses ressources sur les marchés des capitaux internationaux, l’IDA est principalement financée par les contributions des gouvernements des États membres les plus riches. Les prélèvements opérés sur le revenu de la BIRD et les remboursements par les emprunteurs des crédits antérieurs de l’IDA constituent une source de financement supplémentaire pour l’Association.

Reconstitution des ressources de l’IDA
Tous les trois ans, les bailleurs de fonds se consultent pour reconstituer les ressources de l’Association. Leurs contributions représentent environ 60 % du montant de 27,3 milliards de DTS (41,6 milliards de dollars) de la Reconstitution d'IDA-15, qui financera des projets sur la période de trois ans se terminant le 30 juin 2011.

Au total, 45 pays ont annoncé des contributions à IDA-15, le nombre le plus élevé de l’histoire de l’IDA. Les plus larges contributions viennent du Royaume-Uni, des États-Unism du japon, de l'Allemagne, de la France, du Canada, de l'Italie et de l'Espagne. Pour en savoir plus sur Ies donateurs et les partenaires de l’IDA, cliquer ici

Les contributions des donateurs au titre de la Quinzième reconstitution des ressources de l’IDA (IDA-15) finance les projets de l’Association durant la période de trois ans de juillet 2008 à juin 2011. Il s'agit d'années essentielles pour achever les objectifs de développement pour le Millénaire.

Funding PDFs

Download Icon Contributions totales aux reconstitutions des ressources de l’IDA (a) PDF

Download Icon Contributions des donateurs Ă  l'IDA 14 (a) PDF

Histoire de l'IDA

La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), mieux connue sous le nom de Banque mondiale, a été créée en 1944 pour aider l’Europe à se relever des ravages engendrés par la Deuxième guerre mondiale. Le succès de l’entreprise a amené la Banque, en l’espace de quelques années, à tourner son attention vers les pays en développement. Au début des années 50, force était de constater que les pays en développement les plus pauvres devaient bénéficier de conditions plus favorables que celles que pouvait offrir la Banque si l’on voulait qu’ils puissent emprunter les capitaux nécessaires à leur développement.

À l’initiative des États-Unis, un groupe de pays membres de la Banque a décidé de créer une institution qui puisse accorder des prêts aux pays les plus pauvres, aux conditions les plus avantageuses possibles. Ses fondateurs voyaient dans cette nouvelle institution, baptisée « Association internationale de développement », le moyen pour les nantis de ce monde de venir en aide aux plus déshérités. Mais ils souhaitaient également que l’IDA soit gérée avec la même rigueur qu’une banque. D’où la proposition formulée par le président des États Unis Dwight D. Eisenhower, et entérinée par les autres pays, que l’IDA fasse partie intégrante de la Banque mondiale (BIRD).

Les statuts de l’IDA sont entrés en vigueur en 1960. Les premiers prêts de l’IDA, appelés crédits, ont été approuvés en 1961 en faveur du Chili, du Honduras, de l’Inde et du Soudan.

Depuis la création de l’IDA, trente cinq pays ont été reclassés parmi les pays ne pouvant plus emprunter à l’Association. Certains de ces pays ont depuis fait l’objet d’un « reclassement inverse », autrement dit ils ont réintégré le groupe des pays admis à bénéficier des ressources de l’IDA. Voir la liste des pays ne pouvant plus emprunter à l’IDA. (a)




Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/BKVK3OGWT0