Faire repartir l'économie sierra-léonaise

Dernière mise à jour : février 2007
IDA en action : Politique Économique - Faire repartir l'économie sierra-léonaise

DĂ©fi Ă  relever

En Sierra Leone, la période prolongée de guerre civile a détruit les infrastructures matérielles et sociales. Selon certaines estimations, plus de 25 % des habitants ont été déplacés, et 30 % des écoles primaires ont été détruites, de même que 75 % des établissements sanitaires. La situation avait abouti en 1998 à ce que la Sierra Leone soit le pays du monde affichant le plus fort taux de mortalité chez les moins de 5 ans.

La démarche suivie

L'accord de paix de juillet 1999, mĂŞme s'il ne peut ĂŞtre considĂ©rĂ©, avec le recul, comme totalement dĂ©cisif, a permis Ă  la Banque mondiale de prĂ©parer un programme d'appui Ă  la reconstruction et Ă  la reprise de l'Ă©conomie. Un appui post-crĂ©dit Ă  dĂ©caissement rapide a ainsi Ă©tĂ© fourni au pays par le biais d'une sĂ©rie de trois crĂ©dits visant Ă  financer une rĂ©forme de la gouvernance et Ă  stimuler la croissance Ă©conomique, Ă  instituer une allocation transitoire de protection sociale pour les ex-combattants adultes, Ă  financer des services publics, et Ă  assurer l'importation de produits de base essentiels — denrĂ©es alimentaires, produits pĂ©troliers, ainsi que matières premières et biens intermĂ©diaires nĂ©cessaires Ă  la relance de l'Ă©conomie.

RĂ©sultats

Le redressement du pays au sortir du conflit a été stimulé entre autres par le dynamisme des importations financées par les bailleurs de fonds, l'effort de grande ampleur mené en matière de réinstallation et de reconstruction, l'accroissement majeur des surfaces en culture et le regain de confiance des investisseurs.

Principales réalisations :
- Selon les estimations, le PIB réel a progressé de 9,3 % et 7,4 %, respectivement, en 2003 et 2004.
- Adoptée en 2004, la loi relative aux collectivités territoriales a été suivie des premières élections locales depuis 30 ans, et 19 conseils ont en outre été dotés en personnel.
- Un code des investissements transparent et ouvert à la concurrence a été promulgué.
- Des enquêtes annuelles de suivi des dépenses publiques ont été réalisées.
- Un système de gestion et de contrôle financier a été mis en place.
- La société civile a été associée à la préparation et à l'exécution du budget, et des comités de contrôle budgétaire ont été établis dans l'ensemble du pays à l'échelon des districts.
- Une commission de lutte contre la corruption, un conseil national des marchés publics et un panel d'examen indépendant ont été institués.
- L'assainissement de la situation macroéconomique s'est traduit par une amélioration de certains indicateurs de développement humain : le nombre d'élèves allant à l'école primaire a ainsi augmenté de 39 % sur la période 2000/2001 grâce à la gratuité des études pour les trois premières années d'enseignement et à l'accessibilité accrue des établissements scolaires en milieu rural.
- Le soutien reçu a aidé le pays à passer de la phase transitoire de consolidation de la paix à celle qui est sa finalité pour le moyen terme, à savoir atteindre ses objectifs de réduction de la pauvreté.

Contribution de l’IDA

- Trois crédits d'un montant total de 121 millions de dollars (2000-04).
- Ces crédits s'inscrivaient dans le cadre d'un effort délibéré mené par la Banque mondiale pour permettre au pays de toucher aussi vite que possible les « dividendes » de la paix : entre 2000 et 2005, l'IDA a ainsi financé pour 329 millions de dollars de projets de développement, d'activités à l'appui des réformes et de travaux d'analyse.
- Dans la conception de son appui aux réformes, la Banque a tiré parti de l'intégration de son action avec celle des autres bailleurs de fonds actifs dans le pays. Une étroite coordination a ainsi été assurée pour les réformes de la gestion des finances publiques (appui fourni par le Royaume-Uni, la Commission européenne et l'IDA), le processus de décentralisation (IDA et PNUD), la réforme du système de passation des marchés (IDA et PNUD), le code des investissements (IDA, Service-conseil pour l'investissement étranger (FIAS) et Royaume-Uni) et le cadastre minier (IDA, Royaume-Uni et PNUD).

Prochaines Ă©tapes

Un Document complet de stratégie pour la réduction de la pauvreté ayant été établi pour la période 2005-2007, les principaux bailleurs de fonds s'accordent aujourd'hui à penser que la meilleure façon d'aller de l'avant en Sierra Leone passe par un dispositif d'appui budgétaire multipartite et une série de conditions précises et cohérentes découlant de la Stratégie de réduction de la pauvreté. Mis en place en novembre 2006, ce cadre est à la base d'une nouvelle série de dons à l'appui de la politique de développement, lesquels visent à soutenir la réforme de la gouvernance et la croissance.

En savoir plus

Crédits d'appui à la reconstruction et à la reprise de l'économie I (2000-2001), II (2001/2-2003) et III (2003-2004)
Documents du projet I, II et III | Fiche synthétique (en anglais)




Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/6Z1ODOUTP0