Aider la Sierra Leone Ă  retrouver une vie normale

Dernière mise à jour : février 2007
IDA en action : Post-Conflit - Aider la Sierra Leone Ă  retrouver une vie normale

Le défi à relever

Une fois conclu en 1999 l'accord de paix qui faisait suite à neuf années de guerre civile, la Sierra Leone a immédiatement lancé un programme de réintégration et de reconstruction. Il s'agissait en premier lieu de désarmer, démobiliser et réintégrer les ex-combattants, et en second lieu de fournir une aide aux populations victimes de la guerre pour contribuer à la réintégration du très grand nombre de personnes qui avaient fui.

La démarche suivie

L'IDA a financé plusieurs opérations pour aider la Sierra Leone à se reconstruire. Le Projet communautaire de réintégration et de reconstruction est venu directement à l'appui du programme de réintégration mis en œuvre par les autorités en finançant à la fois des initiatives de formation et de création d'emplois pour les ex-combattants et des sous-projets pour la reconstruction des villages détruits.

RĂ©sultats

Plus de 1 million de Sierra-Léonais, selon les estimations, ont profité de manière directe ou indirecte des programmes destinés à rétablir la stabilité sociale et l’activité économique.

Principales réalisations :
- Le désarmement de 72 000 combattants a été assuré au niveau de 16 centres de démobilisation mis en place dans 12 districts et de 7 centres de soins provisoires.
- Près de 50 000 ex-combattants ont reçu une formation, et la moitié d'entre eux ou presque ont trouvé un emploi ou travaillent à leur compte.
- Plus de 220 000 personnes déplacées à l'intérieur du pays ont regagné un lieu de leur choix.
- Les deux tiers des ex-combattants vivent aujourd'hui au sein de la communauté de leur choix.
- Au total, 269 projets ont été entrepris dans divers secteurs — agriculture, infrastructure communautaire, éducation, santé, promotion des microentreprises, réintégration, etc.
- Le pays a rouvert 84 écoles et 28 centres de santé.
- Quelque 200 000 personnes ont accès à l'eau potable, 9 000 hectares de terres sont de nouveau en culture et, sur l'ensemble des terres cultivées, l'amélioration de la production couvre près de 1 million d'hectares.
- En redonnant vie à l'activité agricole, aux administrations locales, aux écoles et aux postes sanitaires, les investissements réalisés ont créé les conditions voulues pour un retour des habitants à une existence normale.

Contribution de l’IDA

- Apport financier de 23,6 millions de dollars, sur les 41,34 millions représentant le coût total du projet.
- Mise en place d'institutions viables et opérationnelles pour la démobilisation, le désarmement et la reconstruction du pays au sortir de la guerre.
- Établissement des bases voulues pour le redressement économique et social des zones rurales dans ce pays ravagé par la guerre.
- La Banque a en outre joué un rôle important comme administrateur du fonds fiduciaire multipartite de 31,5 millions de dollars établi en 1997 pour le programme de désarmement, démobilisation et réintégration, mécanisme qui a permis de répondre aux besoins d'un nombre plus élevé que prévu d'ex-combattants qui se sont tournés vers les services de réintégration.

Partenaires

Le Fonds africain de développement a apporté un concours financier de 12,24 millions de dollars, et les communautés locales un financement de contrepartie de 4,1 millions de dollars.

Prochaines Ă©tapes

En 2002, tirant parti de l'ensemble des capacités techniques, compétences gestionnelles, actifs et moyens d'action communautaires généré par le projet, le gouvernement a établi la Commission nationale d'action sociale (NaCSA). Celle-ci met à présent en œuvre des projets financés par les donateurs, dont un projet national d'action sociale financé par un crédit de l'IDA d'un montant de 35 millions de dollars.

En savoir plus

Projet communautaire de réintégration et de reconstruction (1999-2003)
Documents du projet | Fiche synthétique




Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/FGHDBIUUM0