Les fermiers tanzaniens tirent profit de l'efficacité des systèmes d'irrigation

Dernière mise à jour : Mars 2007
IDA en action : Agriculture - Les fermiers tanzaniens tirent profit de l'efficacité des systèmes d'irrigation

DĂ©fi Ă  relever

L'agriculture est une composante essentielle de l'économie tanzanienne, et elle est on ne peut plus tributaire des ressources en eau. Après la libéralisation de l'économie, en 1986, l'accroissement de la production vivrière et des exportations traditionnelles et autres a entraîné un surcroît de demande d'eau pour l'irrigation et la production d'hydroélectricité. Venant s'ajouter à plusieurs années de précipitations inférieures à la moyenne, cette demande a contribué à une pénurie d'eau et engendré des conflits. Pour le pays, il convenait impérativement d'assurer une meilleure gestion de ses deux principaux bassins fluviaux, ceux du Rufiji et du Pangani, et de remédier aussi aux inefficacités affectant l'irrigation, 80 % de l'eau utilisée pour cela servant à de petits exploitants employant des techniques traditionnelles.

La démarche suivie

Le projet de l'IDA consacré à l'amélioration de la gestion des bassins versants et de la petite irrigation s'attaquait aux problèmes environnementaux concernant l'eau à l'échelon national, en mettant l'accent sur les problèmes particuliers qui se posaient dans les deux principaux bassins fluviaux du pays. Destiné à améliorer l'accès à l'eau et son utilisation par les petits exploitants à faibles revenus dans le contexte de 15 périmètres irrigués, il prévoyait pour cela un meilleur effort de gestion de l'eau et une participation accrue des parties concernées à cet égard, ainsi qu'une infrastructure de meilleure qualité.

RĂ©sultats

Les rendements agricoles de plus de 5 000 familles d'exploitants ont doublé, et les revenus des ménages ont triplé.

Principales réalisations :
- Quelque 5 317 familles d'exploitants ont tiré parti de l'amélioration des systèmes d'irrigation et de drainage. Les revenus annuels des ménages sont passés de 425 à 1 500 dollars dans le bassin du Pangani, et de 350 à 1 100 dollars dans celui du Rufiji.
- Une formation a été dispensée à 1 674 agriculteurs en matière de gestion de systèmes d'adduction d'eau, de techniques de production végétale et d'agro-industries, de gestion financière et de direction de groupes.
- Les rendements moyens des producteurs de riz dans les zones couvertes par le projet ont plus que doublé.
- Le niveau moyen d'efficacité de l'irrigation dans les deux bassins était passé à 27 % à la date de clôture du projet, contre une moyenne de 15 à 20 % avant le projet.
- Au total, 19 organisations d'exploitants pratiquant l'irrigation ont été établies formellement, et ont bénéficié de programmes de formation ainsi que de la fourniture de systèmes de base.

Contribution de l’IDA

- Apport financier de 26 millions de dollars entre 1996 et 2004.
- L'IDA a contribué au premier réexamen de la politique de l'eau en vigueur dans le pays, et la Tanzanie s'est dotée en 2002 d'une nouvelle politique qui vise à promouvoir une approche intégrée de la planification et du développement des ressources en eau. Dans le cadre de cette politique, les bénéficiaires sont associés à la gestion de l'eau, et des organisations d'usagers sont établies pour se charger de la gestion des ressources à l'échelon même des bassins.
- La façon dont le projet a été conçu découlait à la fois du travail de recherche et d'analyse effectué par la Banque mondiale et des enseignements tirés d'activités menées par d'autres bailleurs de fonds (la Norvège, pour un projet au niveau du bassin du Pangani, et le Danemark, pour une évaluation rapide des ressources en eau).
- L'appui institutionnel fourni par l'IDA a aidé le gouvernement à coordonner les interventions des donateurs dans ce secteur, et à passer à la phase ultérieure d'appui dans le cadre d'une approche de portée sectorielle.

Prochaines Ă©tapes

Les activités ultérieures de la Banque mondiale ont pris appui sur les approches participatives adoptées lors de ce projet ; c'est notamment le cas du Projet d'habilitation économique et de développement agricole participatif, et du Programme de développement du secteur agricole. La viabilité du projet sur le long terme passera impérativement par un travail approprié d'exploitation et d'entretien des systèmes d'irrigation de la part des exploitants, par une meilleure connaissance des notions de gestion de l'eau et d'efficacité au niveau de son utilisation, par l'instauration de droits en matière d'eau, et par un encadrement technique.

En savoir plus

Projet d'amélioration de la gestion des bassins versants et de la petite irrigation (1996-2004)
Documents du projet




Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/5BGRJCHZX0