Concours DM2009

Disponible en: English, Español

Concours
DM2009


Inscrivez-vous !

Critères
d'éligibilité


FAQ


Documents


Cliquez sur le lien suivant pour voir la liste des finalistes (a). 


DM09 climate change photos

GEF Logo (small)

DM est un programme compétitif de subventions administré par la Banque mondiale. Le concours mondial 2009 est financé par le FEM et d’autres partenaires du DM, et vise à identifier entre 20 et 25 projets innovants sur l’ adaptation au climat qui en sont au premier stade de leur réalisation. DM constitue une occasion unique de transformer votre idée en réalité puisque si votre projet est retenu, vous pourriez recevoir une subvention allant jusqu’à 200 000 dollars pour financer son exécution pendant deux ans.

Thème du concours
Il est maintenant de l’avis de tous que le changement climatique constitue un obstacle au bien-être des pays et en particulier de leurs habitants les plus démunis. Même si les efforts déployés pour réduire les gaz à effets de serre portent fruits, il n’est désormais plus possible d’échapper totalement au réchauffement et au changement climatique.[suite]

Le concours pour l’octroi de subventions sur l’adaptation au climat est axé sur trois sous- thèmes :

 1. La capacité d’adaptation des communautés autochtones aux risques climatiques [suite]

 2. La gestion des risques climatiques qui apporte des bienfaits multiples [suite]

 3. L’adaptation au climat et la gestion des risques de catastrophe [suite]

Qui peut participer ? Des critères d’admissibilité spéciaux s’appliquent au premier sous-thème. Pour les sous-thèmes deux et trois, les organisations non gouvernementales, les organisations de la société civile, les fondations et les agences de développement basées dans le pays d’exécution du projet peuvent participer sans avoir besoin de partenaire additionnel. Tous les autres groupes doivent d’abord conclure un partenariat avec au moins une organisation ; la nature du partenariat varie selon les types de participant. Les personnes ne peuvent pas participer à titre individuel. Pour plus de renseignements au sujet des partenariats et des critères d’admissibilité, cliquez ici ou reportez-vous aux directives.

Comment puis-je m’inscrire ? Les propositions doivent être soumises en ligne au moyen du formulaire d’ inscription du site Web de DM. Seules les propositions reçues avant le 18 mai 2009 à 18h00 HNE (22h00 TMG) seront étudiées.

Comment les soumissions gagnantes vont être choisies ? Les propositions seront évaluées suivant un processus de sélection rigoureux. Cliquez ici pour avoir accès au détais du processus et des critères de sélection.

Les directives sont disponibles ici.



Adaptation au climat

Il est maintenant de l’avis de tous que le changement climatique constitue un obstacle au bien-être des pays et en particulier de leurs habitants les plus démunis. Même si les efforts déployés pour réduire les gaz à effets de serre portent fruits, il n’est désormais plus possible d’échapper totalement au réchauffement et au changement climatique. Les principales conséquences directes du changement climatique se traduisent par une augmentation des sécheresses et des inondations, davantage de niveaux saisonniers maximaux dans les débits fluviaux et une plus grande probabilité de fortes tempêtes tropicales. Les pays et les communautés les plus pauvres sont les plus susceptibles d’être durement touchés en raison de leur situation géographique, de la faiblesse de leurs revenus et de leurs capacités institutionnelles, ainsi que de leur plus grande dépendance envers les secteurs vulnérables au climat tels que l’agriculture. L’adaptation aux risques et changements climatiques est par conséquent de plus en plus importante pour les pays en développement. Par adaptation, on entend les efforts déployés par les pays pour s’adapter aux effets actuels et potentiels du changement climatique. Le principal défi lié au changement climatique que doivent relever ces pays consiste à devenir plus résilients aux variations de plus en plus nombreuses du climat.

Retour en haut de la page


Sous-thèmes

1. La capacité d'adaptation des communautés autochtones aux risques climatiques
Les populations autochtones sont estimées à près de 250 millions de personnes dans le monde entier. Les populations autochtones forment des communautés distinctes : la terre sur laquelle elles vivent et les ressources naturelles dont elles dépendent sont inextricablement liées à leur identité et à leur culture. Les terres ancestrales des peuples autochtones représentent 22 % de la surface terrestre mondiale ; il s'avère que ce sont ces régions qui abritent un bon nombre des forêts restantes à l'échelle mondiale et des réserves riches en biodiversité et autres ressources naturelles.

Le changement climatique représente donc une menace différentielle d'autant plus importante pour la survie des communautés autochtones. Les peuples autochtones, particulièrement ceux qui vivent dans les déserts, à haute altitude, dans les forêts tropicales, les îles et les régions côtières et dans l'Arctique, ressentent déjà les conséquences néfastes du changement climatique. Parallèlement, en raison de leur étroite relation traditionnelle avec l'environnement, les peuples autochtones occupent une position unique pour s'adapter au changement climatique. Les vastes connaissances traditionnelles des peuples autochtones en matière d'environnement, d'agriculture, de gestion des terres, de pratiques culturales et de droit commercial et coutumier peuvent servir de base aux innovations requises dans le domaine de l'adaptation au changement climatique. Le savoir des anciens risque toutefois d'être oublié au détriment des générations futures.

Ce sous-thème du concours DM2009 fait la promotion du développement par les communautés et organisations des peuples autochtones de pratiques novatrices d’adaptation au changement climatique. Particulièrement intéressés par les efforts qui ciblent la participation des femmes et des jeunes, nous sommes à la recherche de propositions de projet qui :

• Identifient et préservent les pratiques relatives à l’agriculture ainsi qu’à la gestion des terres, de l’eau et des sols, pratiques basées sur les connaissances traditionnelles des peuples autochtones et qui aident à accroître leur résilience aux menaces climatiques ;

• Développent et mettent à exécution des plans d’adaptation et des stratégies de communication innovants basés sur les systèmes des peuples autochtones pour accélérer l’apprentissage et le partage d’informations relatives à l’adaptation au changement climatique.

Retour en haut de la page 


2. La gestion des risques climatiques aux bienfaits multiples
Les communautés pauvres sont celles qui sont le moins capables de gérer les risques relatifs au climat. Elles luttent déjà pour faire face à la variabilité du climat et aux phénomènes météorologiques extrêmes. Ces chocs s’ajoutent à certains facteurs socio-économiques pour accroître la vulnérabilité et l’inégalité des groupes défavorisés tels que les femmes, les enfants, les personnes âgées et les personnes ayant un handicap. Étant donné que le futur devrait nous réserver des variations climatiques encore plus marquées, la vulnérabilité de ces personnes s’en trouvera accrue, à moins que les efforts d’adaptation ne s’intensifient.

Les communautés doivent devenir plus résilientes à la variabilité du climat et au changement climatique. Outre préserver les gains en matière de réduction de la pauvreté, une solide adaptation peut avoir d’autres retombées positives telles que la conservation de la biodiversité et l’amélioration de l’état des écosystèmes.

Ce sous-thème du concours DM2009 fait la promotion d’une gestion communautaire novatrice des risques climatiques qui a de multiples retombées positives environnementales et sociales pour les personnes les plus vulnérables. Nous sommes en particulier à la recherche de propositions de projet qui apportent de nombreux bénéfices sociaux et environnementaux aux communautés pauvres exposées aux risques climatiques et qui les rendent autonomes pour :

• Tester des stratégies innovantes et peu coûteuses pour répartir les risques climatiques au-delà du niveau local (par exemple au moyen d’améliorations commerciales et de la chaîne de valeur ou de la microfinance), avec une préférence pour les stratégies qui ciblent les groupes vulnérables tels que les femmes, les enfants et les personnes âgées ;

• Conclure des partenariats innovants qui améliorent la capacité d’adaptation des communautés vulnérables, y compris en améliorant leur accès aux connaissances, informations et services relatifs à la gestion des risques climatiques ;

• Utiliser des moyens novateurs pour aider à sensibiliser les communautés aux risques climatiques de manière à les rendre capables de passer à l’action.

Retour en haut de la page 


3. L’adaptation au climat et la gestion des risques de catastrophe
On prévoit que le changement climatique fera augmenter la fréquence et la sévérité des phénomènes météorologiques extrêmes. À l’heure actuelle, les catastrophes naturelles tuent des dizaines de milliers de personnes chaque année, laissant des millions de personnes sans moyens de subsistance. En quelques secondes, les catastrophes détruisent des décennies de progrès en matière de développement et les coûts d’aide, de reprise et de reconstruction engloutissent des milliards de dollars provenant de fonds à l’origine pour le développement ou des économies des ménages.

Les catastrophes entraînent les ménages dans la pauvreté en détruisant leur capital humain et social et leurs biens fixes, et enferment les ménages pauvres dans un cercle de pauvreté. De plus, les catastrophes affectent de manière disproportionnée les groupes désavantagés tels que les femmes, les enfants, les personnes âgées et les personnes ayant un handicap. Des efforts soutenus à long terme sont nécessaires pour intégrer l’adaptation au climat et la gestion des risques de catastrophes de manière à réduire la vulnérabilité des populations et à préserver le développement dans les zones urbaines et rurales.

Ce sous-thème du concours DM2009 fait la promotion d’idées novatrices qui font le lien entre l’adaptation au climat et la réduction des risques de catastrophe. Nous sommes plus précisément à la recherche de propositions de projet qui :

• Mettent au point des ententes innovantes, tels que des filets de sécurité sociale ou des microassurances, qui répartissent les risques de catastrophes naturelles auxquels font face les populations pauvres et vulnérables au-delà du niveau local, avec une préférence pour les propositions qui ciblent les groupes vulnérables comme les femmes, les enfants, les personnes âgées, les personnes ayant un handicap et les communautés situées dans des zones de conflit ;

• Créent des approches peu coûteuses et novatrices pour rendre les logements et les infrastructures locales résistants aux catastrophes naturelles liées au climat et pour gérer l’espace (usage des terres, gestion des zones habitables et des zones côtières) de manière à le rendre plus résilient au climat ;

• Renforcent la capacité des communautés locales à avoir accès et à utiliser l’information relative aux risques de désastres afin d’améliorer leur système d’avertissement précoce et les autres réponses communautaires aux conditions météorologiques extrêmes et au changement climatique.

Retour en haut de la page




Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/S0G3J5U300