Ressources

À propos du rapport

Au XXIe siècle, l’agriculture reste un instrument fondamental du développement durable et de la réduction de la pauvreté.

Les trois quarts des habitants pauvres des pays en développement sont des ruraux — 2,1 milliards d’individus ont moins de deux dollars et, dans le cas de 880 millions d’entre eux, moins d’un dollar par jour pour vivre — et la plupart tirent leur subsistance de l’agriculture.

Étant donné leur situation géographique et leurs domaines de compétences, il faudra absolument promouvoir l’agriculture pour pouvoir atteindre l’objectif de développement pour le Millénaire qui consiste à réduire de moitié à l’horizon 2015 la proportion de la population vivant dans a pauvreté et souffrant de faim chronique et pour poursuivre la lutte contre la pauvreté et la faim pendant encore plusieurs décennies.

L’agriculture ne pourra pas à elle seule réduire massivement la pauvreté, mais elle est une composante essentielle de stratégies de développement efficaces pour la plupart des pays en développement.

Le dernier Rapport sur le développement dans le monde consacré à l’agriculture remontant à 25 ans, il importe de redéfinir comment utiliser l’agriculture pour promouvoir le développement compte tenu du contexte extrêmement différent défini par les opportunités et les problèmes qui sont apparus. Le présent Rapport — L’agriculture au service du développement — examine trois grandes questions :

Quelle contribution l’agriculture peut-elle faire au développement ? L’agriculture a servi
de fondation à la croissance et a permis de faire reculer la pauvreté dans de nombreux
pays ; mais beaucoup d’autres pourraient en profiter si les pouvoirs publics et les
bailleurs de fonds, qui pendant longtemps ont fait peu de cas de ce secteur, remédiaient
à leur sous-investissement ou à leurs investissements injustifiés dans l’agriculture.

Par quels moyens peut-on efficacement mettre l’agriculture au service du développement? Ces moyens sont, notamment, l’accroissement des actifs des ménages pauvres, de la productivité des petits producteurs — et de l’agriculture en général — et la création d’opportunités dans le cadre de l’économie rurale non agricole que les ruraux pauvres
peuvent saisir.

Quelle est la meilleure manière d’exécuter les plans d’action pour mettre l’agriculture au service du développement? Il faut concevoir les mesures et mettre en place les processus de décision adaptés aux conditions économiques et sociales de chaque pays, mobiliser l’appui politique, et améliorer la gouvernance dans l’agriculture.

Cette édition est la trentième publication annuelle du Rapport sur le développement dans
le monde
de la Banque mondiale.




Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/L4SRYBLRW0