À propos de la Banque mondiale

Disponible en: English, Espa√Īol, ōßŔĄōĻōĪō®Ŕäō©, šł≠śĖá, —Ä—É—Ā—Ā–ļ–ł–Ļ


  • Qu’est-ce que la Banque mondiale, et que fait-elle ?
  • La Banque mondiale est une source capitale d’appui financier et technique pour l’ensemble des pays en d√©veloppement. Nous aidons les gouvernements de ces pays √† lutter contre la pauvret√© en leur apportant les fonds et les services sp√©cialis√©s dont ils ont besoin pour entreprendre des projets dans les domaines les plus divers — √©ducation, sant√©, infrastructure, communication, r√©forme administrative, etc. Pour plus de renseignements sur la Banque mondiale et son action, veuillez vous reporter √† la section de notre site web intitul√©e √Ä propos.

    FAQback to top


  • Quelle est la diff√©rence entre la Banque et le Groupe de la Banque mondiale ?
  • Les termes ¬ę Banque mondiale ¬Ľ d√©signent uniquement la Banque internationale pour la reconstruction et le d√©veloppement (BIRD) et l’Association internationale de d√©veloppement (IDA), qui est le guichet de la Banque mondiale destin√© aux pays les plus pauvres. L’expression ¬ę Groupe de la Banque mondiale ¬Ľ d√©signe cinq institutions affili√©es qui travaillent en √©troite collaboration en vue de faire reculer la pauvret√© : outre la Banque mondiale (BIRD et IDA), ces institutions sont la Soci√©t√© financi√®re internationale (IFC), l’Agence multilat√©rale de garantie des investissements (MIGA¬†(a)) et le Centre international pour le r√®glement des diff√©rends relatifs aux investissements (CIRDI¬†(a)). Pour en savoir plus sur le r√īle de ces institutions, voyez notre pr√©sentation du Groupe de la Banque mondiale.

    FAQback to top


  • Qui assure le contr√īle de la Banque ?
  • La Banque est semblable √† une coop√©rative ayant pour actionnaires ses 187 pays membres. Pour acc√©der √† la liste compl√®te de nos pays membres et √† leurs dates d’adh√©sion respectives, reportez-vous √† la page Membres de la section de notre site web intitul√©e √Ä propos.

    FAQback to top


  • Comment un pays devient-il membre de la Banque ?
  • En vertu des Statuts de la Banque internationale pour la reconstruction et le d√©veloppement (BIRD), un pays doit d√©j√† √™tre membre du Fonds mon√©taire international (FMI) pour pouvoir adh√©rer √† la Banque. Et pour pouvoir adh√©rer √† l’IDA, √† l’IFC et √† la MIGA, il doit d√©j√† √™tre membre de la BIRD. Pour plus de d√©tails sur les proc√©dures d’adh√©sion et de souscription au capital de chaque organisation, reportez-vous √† notre page d’Informations g√©n√©rales.

    FAQback to top 


  • Qui assure le contr√īle de la Banque ? Les Conseils des Gouverneurs et des Administrateurs : Que sont-ils, et comment sont-ils √©tablis ?
  • Le Conseil des Administrateurs¬†(a) et le Pr√©sident de la Banque, qui assure les fonctions de pr√©sident de ce Conseil, sont responsables de la conduite des op√©rations g√©n√©rales de la Banque, dont ils supervisent le fonctionnement au jour le jour, et s’acquittent de ces fonctions en vertu de pouvoirs qui leur sont d√©l√©gu√©s par le Conseil des Gouverneurs. Les Administrateurs se r√©unissent deux fois par semaine √† Washington pour approuver de nouveaux pr√™ts et passer en revue les politiques et activit√©s de la Banque.

    Le Conseil des Gouverneurs est compos√© des 187 pays membres qui sont les actionnaires de la Banque mondiale, et est, √† ce titre, son organe de d√©cision supr√™me. Les Gouverneurs sont en g√©n√©ral les ministres des Finances ou du D√©veloppement des pays membres. Ils se r√©unissent une fois par an, √† l’occasion des Assembl√©es annuelles des Conseils des Gouverneurs du Groupe de la Banque mondiale et du Fonds mon√©taire international, afin, entre autres t√Ęches, d’arr√™ter les politiques g√©n√©rales de l’institution et de traiter des questions touchant aux √Čtats membres. Comme ils ne se r√©unissent qu’une fois par an, les Gouverneurs d√©l√®guent certains aspects de leur mandat √† 24 Administrateurs, qui sont en poste au si√®ge m√™me de la Banque.

    FAQback to top


  • Qui est le Pr√©sident de la Banque, et comment est-il d√©sign√© ?
  • Robert B. Zoellick¬†(a) est le onzi√®me Pr√©sident de la Banque mondiale. Il pr√©side les r√©unions du Conseil des Administrateurs et est √©galement pr√©sident des cinq organisations affili√©es composant le Groupe de la Banque mondiale. Le Pr√©sident est √©lu par le Conseil des Gouverneurs pour un mandat de cinq ans renouvelable. Pour en savoir plus sur les pr√©c√©dents pr√©sidents de la Banque, visitez les Archives¬†(a).

    FAQback to top


  • Qu'est-ce que le Panel d’inspection de la Banque mondiale ?
  • Il s’agit d’un organe ind√©pendant¬†(a) qui a √©t√© mis en place en septembre 1993 pour veiller √† ce que nous respections les politiques et proc√©dures op√©rationnelles √©tablies dans la conduite de nos activit√©s. Il permet aux personnes qui pensent avoir √©ventuellement subi un pr√©judice en raison d’un ou de projets mis en œuvre avec l’appui de la Banque de demander l’ouverture d’une enqu√™te, selon une proc√©dure appel√©e demande d’inspection.

    FAQback to top


  • Combien de personnes travaillent √† la Banque, et de quels horizons viennent-elles ?
  • Quelque 10 000 sp√©cialistes du d√©veloppement, originaires de tous les pays du monde ou presque, travaillent au si√®ge de la Banque √† Washington ou dans l’une des plus de 100 repr√©sentations qu’elle compte √† l’√©tranger. Nos domaines de sp√©cialisation sont des plus divers : nous comptons dans nos rangs des √©conomistes, des √©ducateurs, des sp√©cialistes des sciences de l'environnement, des analystes financiers, des anthropologues ou encore des ing√©nieurs. Environ 3 000 d’entre nous travaillent dans les bureaux √©tablis dans les pays en d√©veloppement. Nous employons nos comp√©tences et les ressources de la Banque √† combler le foss√© √©conomique qui s√©pare pays riches et pays pauvres, √† traduire les ressources dont disposent les premiers en autant de facteurs de croissance pour les seconds, et √† assurer une r√©duction durable de la pauvret√©.

    FAQback to top


  • Que faire pour contacter des membres du personnel de la Banque ?
  • La page Contacts de notre site web vous fournit les renseignements voulus √† cet √©gard. D’une mani√®re g√©n√©rale, l’adresse √©lectronique d’un membre du personnel de la Banque se compose de la premi√®re lettre du pr√©nom suivie imm√©diatement du nom de famille et de @worldbank.org.

    La possibilit√© vous est √©galement offerte de rechercher un expert de la Banque mondiale connaissant le sujet ou parlant la langue de votre choix. Les listes en question ne rec√®lent qu’une partie des connaissances et comp√©tences de notre personnel, et nous vous invitons donc √† contacter notre service des Relations m√©dias si vous recherchez un expert dans un domaine autre que ceux indiqu√©s.

    FAQback to top


  • Que faire pour organiser une visite au si√®ge de la Banque ?
  • Tout au long de l’ann√©e, nous proposons des sessions d’information √† des groupes de visiteurs compos√©s de 15 personnes et plus. Organis√©es certains mardis et jeudis du mois, dans la matin√©e, ces sessions font un tour d’horizon de la Banque, son histoire et sa mission, et des enjeux que pr√©sente le d√©veloppement, pour ensuite donner lieu √† une s√©ance de questions-r√©ponses. Les places disponibles pour ces sessions sont attribu√©es dans l’ordre d’arriv√©e, et les groupes de visiteurs sont regroup√©s chaque fois que possible en une seule et m√™me session. Pour les groupes de 50 personnes et plus, des sessions distinctes peuvent √™tre organis√©es, mais un pr√©avis de la visite envisag√©e doit nous √™tre communiqu√© pour cela au moins un mois √† l’avance. Toutes les demandes en ce sens doivent √™tre adress√©es par courrier √©lectronique √† Angelica Silvero (msilvero@worldbank.org).

    FAQback to top


  • Quelle est la politique de la Banque en mati√®re d’information ?
  • La Banque estime que l’√©change d’informations est essentiel √† un d√©veloppement durable¬†(a), et c’est pourquoi nous sommes pr√™ts √† saisir toute occasion d’√©changes avec un public aussi large que possible au sujet de notre action. L’acc√®s √† l’information encourage un d√©bat public, permet √† un plus grand nombre de comprendre les probl√®mes de d√©veloppement et conf√®re au processus de d√©veloppement une plus grande transparence et un plus haut degr√© de responsabilit√©. Il renforce en outre l’adh√©sion du public aux efforts de d√©veloppement, ce qui se traduit par des am√©liorations qualitatives de l’aide que nous fournissons. C’est pourquoi nous avons pour politique de rendre compte ouvertement de nos activit√©s.


    Dans cette optique, nous avons √©largi la gamme d’informations mises √† la disposition du public et simplifi√© le processus d’acc√®s √† ces informations. Les documents de projets, y compris les √©valuations environnementales et sociales, sont ainsi disponibles tout au long du cycle des projets, de m√™me que ce qui a trait aux r√©sultats de nos projets, aux travaux de recherche correspondants et aux √©valuations r√©trospectives. Une approbation est souvent refus√©e √† un projet si les documents le concernant ne sont pas rendus publics conform√©ment aux r√®gles de diffusion de l’information. C’est pour permettre au public d’avoir acc√®s en temps voulu √† ces informations que nous avons cr√©√© l’InfoShop¬†(a) de la Banque mondiale, qui est situ√© √† Washington. La diffusion de nos informations se fait √©galement √† l’√©chelle mondiale par le biais de nos Centres d’information du public (PIC)¬†(a), dont les personnels s’emploient activement √† mettre en œuvre des programmes de communication dans les pays qu’ils servent.

    FAQback to top


  • D’o√Ļ la Banque tire-t-elle ses ressources ?
  • Nous employons plusieurs moyens diff√©rents pour mobiliser les fonds qui servent au financement des pr√™ts √† faible int√©r√™t et des cr√©dits et dons ne portant pas int√©r√™t que la Banque mondiale (BIRD et IDA) accorde aux pays en d√©veloppement et √† faible revenu.


    Les pr√™ts que la BIRD accorde aux pays en d√©veloppement sont principalement financ√©s par la vente de ses obligations cot√©es AAA sur les march√©s internationaux des capitaux, qui attirent l’int√©r√™t d’un groupe extr√™mement divers d’investisseurs priv√©s et institutionnels d’Am√©rique du Nord, d’Europe et d’Asie. Bien que la BIRD r√©alise une l√©g√®re marge sur ses pr√™ts, la plus grande partie de ses revenus provient des pr√™ts consentis sur son propre capital. Ce capital comprend les r√©serves accumul√©es au fil des ans et le capital vers√© √† la Banque par les 187 pays membres qui sont ses actionnaires. Le revenu de la BIRD couvre √©galement les co√Ľts de fonctionnement de la Banque mondiale, et a aliment√© les contributions √† l’IDA et √† l’all√©gement de la dette. C’est au prix d’une discipline financi√®re stricte que nous sommes en mesure de maintenir la notation AAA de nos obligations et de continuer √† accorder un appui financier aux pays en d√©veloppement.


    Le soutien de ses actionnaires est aussi d’une grande importance pour la Banque. Il trouve sa manifestation √† la fois dans l’appui financier que nous avons re√ßu de nos actionnaires et dans le respect par nos pays membres emprunteurs de leurs obligations de service de la dette √† l’√©gard de la BIRD. Nous pouvons √©galement tabler sur 178 milliards de dollars qui constituent ce qu’on appelle le ¬ę capital appelable ¬Ľ, que nous pourrions demander √† nos actionnaires de verser si jamais cela s’av√©rait n√©cessaire pour satisfaire aux obligations de la BIRD en termes de cr√©ances (obligations) ou de garanties. Mais nous n’avons jamais eu √† proc√©der √† un tel appel de capital. Pour plus de renseignements sur les obligations et autres titres d’emprunt de la Banque mondiale, reportez-vous √† la section de notre site qui leur est consacr√©e (World Bank Debt Securities).


    L’IDA, qui est √† l’√©chelle mondiale la principale source d’aide concessionnelle (sous forme de pr√™ts ne portant pas int√©r√™t et de dons), voit ses ressources reconstitu√©es tous les trois ans par 40 pays donateurs. Des fonds suppl√©mentaires sont r√©unis gr√Ęce aux remboursements du principal sur ses cr√©dits ne portant pas int√©r√™t et √† √©ch√©ance de 35 √† 40 ans, lesquels peuvent ainsi servir √† de nouvelles op√©rations de pr√™t. L’IDA entre pour pr√®s de 40 % dans nos activit√©s de pr√™t.

    FAQback to top


  • La Banque r√©alise-t-elle des b√©n√©fices ? Si oui, qu’est-ce qu’elle en fait ?
  • Effectivement, il nous arrive souvent de clore notre exercice en situation d’exc√©dent, gr√Ęce au produit des int√©r√™ts per√ßus sur certains pr√™ts et des commissions pr√©lev√©es sur certains services. Une partie de cet exc√©dent est transf√©r√©e √† l’IDA, institution de la Banque mondiale qui accorde aux pays les plus pauvres des dons et des cr√©dits ne portant pas int√©r√™t. Le reste nous sert √† consentir un all√©gement de dette aux pays pauvres tr√®s endett√©s, √† accro√ģtre nos r√©serves, ou encore √† √™tre pr√™ts √† r√©pondre √† des crises humanitaires impr√©vues.

    FAQback to top


  • Pourquoi, apr√®s 60 ann√©es d’existence de la Banque, y a-t-il encore tant de pauvret√© ? N’est-ce pas l√† un signe d’√©chec de sa mission consistant √† lib√©rer le monde de ce fl√©au ?
  • Pour la Banque, le fond du probl√®me est qu’il y a eu des progr√®s de faits, mais pas assez. Nous continuons de faire tout notre possible pour veiller √† ce que les exemples de projets et d’approches couronn√©s de succ√®s soient diffus√©s sur une plus grande √©chelle, afin d’avoir ainsi un impact plus marqu√© en termes de r√©duction de la pauvret√©. Par ailleurs, nous avons tir√© les le√ßons des erreurs pass√©es et cherchons constamment √† am√©liorer nos politiques et programmes. Si la pauvret√© reste certes une r√©alit√©, bien des progr√®s ont √©t√© faits :

    • Au cours des 40 derni√®res ann√©es, l’esp√©rance de vie dans les pays en d√©veloppement a progress√© de 20 ans — soit √† peu pr√®s autant qu’entre le d√©but de notre √®re et le milieu du XXe si√®cle.
    • En l’espace de 30 ans, le taux d’analphab√©tisme des adultes dans ces m√™mes pays a pratiquement √©t√© r√©duit de moiti√©, pour tomber √† 25 %.
    • Au cours des 20 derni√®res ann√©es, le nombre absolu de ceux qui ont moins de 1 dollar par jour pour vivre a commenc√© √† baisser pour la premi√®re fois, dans le m√™me temps o√Ļ la population mondiale augmentait de 1,6 milliard.
    • Sur les dix derni√®res ann√©es, la croissance des pays en d√©veloppement a d√©pass√© celle des pays d√©velopp√©s, contribuant dans ces pays √† la cr√©ation d’emplois et √† l’augmentation des recettes dont a besoin l’√Čtat pour assurer les services essentiels.

    FAQback to top


  • Pourquoi y a-t-il tant de critiques envers la Banque et y a-t-il eu ces manifestations √† son encontre ?
  • Le r√īle que nous jouons dans les processus de d√©veloppement et de mondialisation accrue de l’√©conomie est souvent mal per√ßu. D’un c√īt√©, cela tient √† ce que nous ne nous sommes pas tr√®s bien acquitt√©s de notre travail d’explication sur la mission de la Banque ou sur notre action. De l’autre, nos critiques ont cherch√© √† faire peser sur la Banque la responsabilit√© de tous les maux qui sont associ√©s selon eux √† la mondialisation — le ph√©nom√®ne d’int√©gration croissante des √©conomies et soci√©t√©s du monde entier r√©sultant de l’essor des √©changes de biens, de services, de capitaux, de technologies et d’id√©es, ph√©nom√®ne √©conomique sur lequel la Banque n’a pourtant pas de prise. Quant aux manifestations, elles ont attir√© l’attention du monde entier sur le probl√®me des niveaux consid√©rables d’endettement multilat√©ral support√©s par les pays √† tr√®s faible revenu, niveaux dont les pays √† revenu √©lev√© ont fini par admettre qu’ils √©taient intol√©rables et ne permettaient gu√®re aux pays pauvres de pouvoir √† la fois rembourser ces dettes et lutter contre la pauvret√©. Cela a amen√© la Banque et le Fonds mon√©taire international √† lancer l’Initiative en faveur des pays pauvres tr√®s endett√©s (PPTE) et les pays √† revenu √©lev√© √† prendre de nouveaux engagements financiers pour aider la Banque √† consentir des all√©gements de dette¬†(a) en faveur de ces m√™mes pays.

    FAQback to top


Mise à jour : septembre 2010

(a) indique une page en anglais.




Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/IAAFI5X0P0