Escroqueries à l’investissement et autres fraudes

Disponible en: 中文, Español, العربية, English

  • Les particuliers et les entreprises doivent-ils se méfier d’escroqueries à l’investissement et autres fraudes se dissimulant sous le nom de la Banque mondiale ?
  • Oui, les particuliers et les entreprises doivent prendre garde de ne pas tomber dans le piège d’escroqueries à l’investissement, du type dit « escroquerie à la demande d’acompte ». Certaines de ces escroqueries à l’acompte abusent de notre raison sociale ou se targuent mensongèrement d’une affiliation avec le Groupe de la Banque mondiale.

    De nombreuses escroqueries, du type de l’escroquerie à l’acompte, proviennent du Nigéria et sont connues comme « arnaques nigérianes » ou encore « lettres 4-1-9 » d’après la section du code pénal nigérian qui traite de ce type de fraude. D’autres types de fraude proviennent de Côte-d’Ivoire et de Sierra Leone.

    La police estime que des milliers de ces sollicitations sont envoyées par courriel ou télécopie chaque semaine à des particuliers ou des entreprises dans le monde entier. Seule une très petite partie utilise effectivement le nom de la Banque mondiale.

    Récemment, deux nouveaux types de fraude sont apparus en Afrique du Sud. Il s’agit d’invitations à ouvrir un compte bancaire personnel à la Banque, qui n’est pas une banque commerciale, ainsi que de messages téléphoniques adressés par les délinquants à leurs victimes potentielles les informant qu’elles ont gagné une somme d’argent, à réclamer à la Banque mondiale.

    FAQsback to top


  • Sous quelles formes se présentent ces tentatives d’escroquerie ?
  • Nous constatons un usage toujours plus sophistiqué de formulaires et de papier à en-tête visant à passer pour une correspondance légitime du Groupe de la Banque mondiale, ainsi que plusieurs fraudes qui se réclament de la Banque. En outre, les escrocs se font souvent passer pour des auditeurs de la Banque ou des membres de la délégation régionale ouest-africaine de la Banque.

    Récemment, des lettres ont été envoyées par télécopie à des créanciers de gouvernements d’Afrique de l’Ouest, présentant leurs expéditeurs comme habilités par ces mêmes gouvernements à rembourser d’anciennes dettes. Il était fait usage d’un papier à en-tête de la Banque apparemment authentique.

    En général les victimes potentielles sont invitées à fournir des données personnelles telles que leur signature ou les coordonnées de leur compte bancaire, et à payer d’avance certaines commissions, souvent présentées comme des « frais de dossier ». En échange, des sommes d’argent sont promises à la victime potentielle, que la personne réclamant les « commissions » n’a aucune intention de payer. Dans certains cas, ceux qui cherchaient à obtenir des fonds ont signé leurs lettres en se servant des noms de membres authentiques du personnel de la Banque, afin de se rendre plus crédibles.

    Voici un exemple d’une escroquerie de ce type utilisant du papier à en-tête et une signature apparemment authentiques de la Banque. Voir exemple (a) (pdf).

    En Afrique du Sud, une nouvelle pratique consiste à adresser un message à un téléphone cellulaire avisant le destinataire qu’il a gagné une somme d’argent payable par la Banque. Le message indique à la personne d’appeler un certain numéro pour obtenir le paiement. Cette escroquerie a été découverte lorsque une victime potentielle s’est présentée dans un bureau local de la Banque pour se faire payer, car le numéro de téléphone, situé dans un autre pays, qui avait été laissé sur son téléphone cellulaire était fort heureusement en dérangement.

    Voyez ici un exemple (a) (pdf) de ce type d’escroquerie au compte bancaire personnel.

    Nous n’avons rien à voir avec ces pratiques, et nous recommandons la plus grande vigilance au public face aux sollicitations de ce genre, qui se prévalent mensongèrement d’une affiliation avec la Banque ou quelque autre membre du Groupe de la Banque mondiale.


    FAQsback to top


  • Que faire si vous recevez un avis suspect relatif à des gains d’argent à recevoir de la Banque ; une télécopie, un courriel ou autre correspondance comportant une demande de paiement ou de transfert de fonds se réclamant de la Banque ou de quelque autre institution membre du Groupe de la Banque mondiale ; ou une invitation à ouvrir un compte bancaire personnel à la Banque mondiale ?
  • Si vous recevez ce qui vous semble une demande d’argent anormale d’un membre quelconque du Groupe de la Banque mondiale, ou si vous vous demandez si une certaine transaction, proposition, notification, directive ou demande émane bien d’un service quelconque du Groupe de la Banque mondiale, veuillez prendre contact avec la Vice-Présidence de la Banque mondiale pour la déontologie institutionnelle (INT) pour vérifier son authenticité. Le département enquête sur les allégations de fraude et de corruption pour le Groupe de la Banque mondiale. Le public ou le personnel de la Banque dispose de plusieurs moyens pour obtenir l’assistance du département :

    • Contactez INT directement au siège de la Banque :

      Téléphone : 202-458-7677
      Télécopie : 202-522-7140
      Courriel : investigations_hotline@worldbank.org

    • Aux États-Unis, utilisez notre numéro d’appel gratuit (1-800-831-0463). Hors des États-Unis, passez par un opérateur international d’AT&T pour avoir accès au numéro gratuit. Veuillez noter que le numéro d’appel gratuit est géré par un fournisseur extérieur, qu’il fonctionne 24 heures sur 24/7 jours sur 7 et offre des services de traduction en plusieurs langues. Les appels anonymes sont acceptés. Veuillez être aussi précis que possible. Indiquez au moins qui, quoi, quand et où. Faites-nous savoir comment vous joindre, au cas où les enquêteurs auraient besoin de plus amples renseignements.
    • Envoyez par courrier les informations particulièrement « sensibles » à l’adresse suivante :
      PMB 3767
      13950 Ballantyne Corporate Place
      Charlotte, NC, 28277
      Etats-Unis

    Consultez le site de la Vice-présidence Déontologie institutionnelle. (a)

    FAQsback to top


  • Annonces et offres d’emploi frauduleuses : que faire si vous recevez un avis suspect du Groupe de la Banque mondiale au sujet d’une annonce ou offre d’emploi vous demandant d’envoyer de l’argent pour participer au processus de recrutement ?
  • Il existe dans le monde entier des annonces et offres d’emploi frauduleuses qui prétendent émaner du Groupe de la Banque mondiale ou lui être associées. Ces pratiques visent à obtenir frauduleusement de l’argent et/ou des données personnelles.

    Le Groupe de la Banque mondiale ne demande aucune somme d’argent au titre de ses procédures de recrutement.

    Les communications officielles du Groupe de la Banque mondiale proviennent toujours d’adresses de courrier électronique finissant soit par @worldbank.org soit par @ifc.org. Si vous avez des raisons de penser que vous êtes peut-être victime d’une offre d’emploi frauduleuse, veuillez nous communiquer les informations y afférentes reçues par vous à l’adresse électronique : abuse@worldbank.org.

    FAQsback to top


Dernière mise à jour septembre 2010




Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/IJ7FI3YVE0