Cadre de développement intégré

Les projets financés par la Banque mondiale se veulent l’expression concrète des stratégies nationales de réduction de la pauvreté, lesquelles s’articulent autour des quatre principes du Cadre de développement intégré. Présenté au Conseil des Gouverneurs de la Banque mondiale en 1998, ce Cadre traduit l’évolution profonde de la conception du développement intervenue depuis les années 90 :
  • Les stratégies de développement doivent être globales et définies par une vision à long terme. Contrairement aux stratégies de développement antérieures, qui mettaient l’accent sur la stabilisation macroéconomique à court terme et les réajustements de la balance des paiements, le Cadre de développement intégré privilégie les facteurs structurels et sociaux à plus long terme, tels que l’expansion ou l’amélioration des services de santé et d’éducation, l’entretien des infrastructures et la formation d’une nouvelle génération de fonctionnaires.
  • Chaque pays doit concevoir et piloter son propre programme de développement en s’appuyant sur la participation des citoyens. Le CDI part du principe que lorsqu’un pays s’« approprie » les réformes, le gouvernement et la population sont davantage déterminés à les faire aboutir.
  • Les gouvernements, les bailleurs de fond, la société civile, le secteur privé et les autres parties prenantes doivent collaborer, sous la direction des pays bénéficiaires, pour mener à bien les stratégies de développement. La mise en place de partenariats fondés sur la transparence, la confiance mutuelle et la concertation peuvent accroître l’efficacité et l’utilité de l’aide et conforter la capacité des pays à préparer et exécuter un large éventail de programmes.
  • Le bilan des activités de développement doit être fondé sur des résultats mesurables. Auparavant, la Banque prenait surtout en considération les apports à la réalisation de projets et les décaissements pour évaluer les activités de développement, approche qui ne mesurait que l’affectation et la consommation de ressources. Le CDI fait ressortir la nécessité d’évaluer plus particulièrement l’impact de l’aide sur les populations et sur leurs besoins.

Pour en savoir plus

  • Site web du Cadre de développement intégré  (a)
  • La Conférence de Monterrey 2002  (a) sur le financement du développement a abouti à un consensus entre pays développés et pays en développement sur la nécessité pour chacun d’assumer ses responsabilités en vue de réaliser un développement durable et de réduire la pauvreté. Les principes du CDI constituent le fondement de l’action à mener pour appliquer ce consensus à l’échelon national.
  • Dernier rapport d’activité  (a) sur l’application du Cadre de développement intégré
  • Évaluations  (a) des progrès accomplis par les pays dans l’application du CDI



Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/I3F0HXWHR0