Assemblées générales 2007-Forum de politique générale de la société civile

Disponible en: English, Español, العربية

Forum de politique générale de la société civile 2007
Washington, DC, USA
18-22 octobre 2007

Le Forum de politique générale de la société civile s’est tenu du jeudi 18 octobre au lundi 22 octobre 2007 durant les Assemblées générales 2007 du Groupe de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI). Les équipes de la société civile du Groupe de la Banque mondiale et du FMI se sont chargées de l’organisation. Les sessions de dialogues politiques du Forum ont réunis le personnel de la Banque et du Fonds, des représentants d’OSC et du gouvernement ainsi que d’autres personnes pour discuter de problèmes importants devant être résolus au cours des Assemblées générales 2007.  Ces séances étaient organisées soit par la Banque, le Fonds ou les OSC, soit conjointement par toutes les trois parties. Elles incluaient notamment les thèmes suivants : gouvernance, industries extractives, reconstitution des ressources de l’IDA, accès aux services, modalités de prêts, changement climatique, agriculture et PRSP. Une discussion ouverte a également été organisée avec le président de la Banque, Robert Zoellick, et le directeur général du Fonds, Rodrigo de Rato, ainsi qu’une réunion avec Lars Tunnel de l’IFC.

Au cours des prochaines semaines, nous publierons des résumés, des listes de participants et des photos de la plupart des sessions. Visitez cette page régulièrement !

Jeudi      Vendredi  Samedi

    Dimanche

    Lundi

Les sessions suivantes ont été transmises en direct sur Internet et peuvent être visionnées en cliquant sur les liens ci-dessous :

  • Samedi, 12 h 30 - 14 h 00 --- Des millions d’enfants n’ont pas accès aux Ă©coles : sont inclus les enfants handicapĂ©s dans le cadre de l’Initiative pour l’accĂ©lĂ©ration de l’éducation pour tous et des Plans d’action nationaux. Pour afficher cette session, veuillez cliquer ici. (a)
    .
  • Lundi, 11 h 00 - 12 h 30 --- Partenariats entre les secteurs public et privé : opportunitĂ©s et dĂ©fis. Le partenariat Fonds mondial-Banque mondiale et « We Are the Future Model ». Pour afficher cette session, veuillez cliquer ici. (a)

Final

  Jeudi 18 octobre

 

  11 h 00 - 12 h 30
 site : MCC1-100

 

 

 

 

 

 

Encouragement et renforcement de l’engagement des pays demandeurs pour améliorer la gouvernance

Sponsors : InterAction, Transparency International, Banque mondiale
Orateurs  : Valeria Merinodirani, Transparency International, Équateur  ; Preeti Shroff-Mehta, World Learning ; Parmesh Shah, Asie du Sud Développement rural, Banque mondiale, Animateur  : Sylvain Browa, InterAction

Cette session a été l’occasion de confronter les expériences d’institutions très différentes, comme la société civile et le Groupe de la Banque mondiale, afin d’encourager une gouvernance publique plus responsable et réceptive. Elle a également permis d’explorer les opportunités et les défis liés à l’application des approches des pays demandeurs en matière de gouvernance, qu’il s’agisse d’accès aux informations, de problèmes de capacité, etc. Par ailleurs, les efforts du Groupe de la Banque mondiale pour soutenir ces approches ont été mis en lumière, ainsi que la difficulté à les rationaliser. La stratégie de gouvernance et de lutte anti-corruption (GAC) ainsi que le plan d’exécution offrent des opportunités importantes pour renforcer les approches des pays demandeurs afin d’améliorer la gouvernance. Ils ont aussi constitué un cadre de référence utile pour cette session. Cette session a également permis de répondre à plusieurs questions clés : 1) Quels sont les expériences, les opportunités et obstacles rencontrés par les OSC qui cherchent à renforcer la responsabilité du gouvernement ? 2) Quelles mesures le Groupe de la Banque mondiale prend-il pour encourager une gouvernance basée sur la demande lors de ses opérations ? 3) À l’avenir, comment le Groupe de la Banque mondiale et les OSC peuvent-ils travailler de façon complémentaire pour mettre en œuvre la stratégie GAC ?

  13 h 00 - 15 h 00
 site : MCC1-100

 

 

 

 

 

 

 

 

Accès universel aux services de base dans les pays en voie de développement : le cas de la santé publique et de l’éducation

Sponsor : Oxfam International
Animateur/président  : Peter Bakvis, directeur, Global Unions ; Participants  : Max Lawson, conseiller politique senior, Oxfam GB ; Akansha Marphatia, ActionAid, représentante de la Campagne mondiale pour l’Éducation ; Andrew Kumbatira, Réseau de la Justice économique au Malawi ; Ruth Kagia, directrice, équipe Éducation, Banque mondiale ; Julian Schweitzer, directeur, équipe Santé, Nutrition et Population, Réseau du Développement humain, Banque mondiale.

La façon dont la Banque a aidé les pays les plus pauvres à atteindre les objectifs de développement pour le Millénaire était l’un des sujets traités durant les Assemblées générales de la Banque mondiale/FMI. Toutefois, sans éducation et soins de santé gratuits, universels et publics, et sans soutien financier prévisible à long terme, il ne sera pas possible d’atteindre les ODM. Dans le récent rapport Oxfam, intitulé «   In the Public Interest: Health, Education, and Water and Sanitation For All » (Dans l’intérêt public : santé, éducation, eau et assainissement pour tous), les donateurs et les gouvernements des pays en voie de développement sont encouragés à consacrer plus de fonds au renforcement de systèmes de santé publique et d’éducation efficaces et viables dans les pays en voie de développement. Selon ce rapport, seuls les gouvernements ont la capacité d’offrir un accès universel aux services gratuits ou fortement subventionnés pour les pauvres et qui répondent aux besoins de tous les citoyens, notamment les femmes et les fillettes, les minorités et les populations les plus démunies. Cette session a servi de cadre à un dialogue animé sur le rôle de la Banque mondiale et des autres donateurs dans le soutien aux systèmes publics des pays en voie de développement. Elle a également permis d’offrir une aide plus prévisible par le biais du budget ou du soutien par secteur.

 15 h 30 - 17 h 30
 site : MCC1-200

 

 

 

 

 

 

Problèmes et défis liés à l’évaluation de l’impact des réformes politiques sur les groupes concernés

Sponsor : Banque mondiale
Présentatrice  : Elizabeth Stuart, Oxfam International ; Participants  : Steen Jorgensen, directeur, service du développement social, Luca Barbone, directeur, groupe de réduction de la pauvreté, Banque mondiale ; Robert Gillingham, FMI.

Cette session a servi de plateforme de discussion pour les participants qui ont pu parler de la façon dont le Groupe de la Banque mondiale et le FMI évaluent les impacts des réformes qu’ils soutiennent. Grâce à l’instrument Analyse d’impact social et Pauvreté (AISP), le Groupe de la Banque mondiale et le FMI évaluent l’impact de répartition probable des réformes politiques sur le bien-être des différentes parties prenantes, en particulier la population pauvre. Le but est d’offrir des choix politiques fondés sur l’expérience et d’encourager un débat entre les parties prenantes sur les options de réforme politique. Toutefois, lors d’une séance d’information récente, un groupe d’ONG affirmait que malgré les améliorations apportées à l’AISP, le Groupe de la Banque mondiale et le FMI n’évaluaient toujours pas systématiquement les conséquences probables de leurs différentes actions politiques sur les pauvres. Lors de cette session, un représentant de ces ONG a fait valoir les arguments principaux et les conclusions de la séance d’information. Les représentants du Groupe de la Banque mondiale et du FMI ont partagé leurs vues, et les participants ont délibéré des problèmes qui sont apparus.

  15 h 30 - 17 h 30
 site : MCC1-100

 

 

 

 

 

Aller au-delà du débat sur la privatisation-Nouvelles approches de financement de l’eau et de l’électricité

Sponsor  : fondation Friedrich Ebert
Orateurs  : Mme Katharina Gassner, économiste senior, département de l’économie financière et de l’urbanisation (FEU), Banque mondiale ; M. Jomo K.S., secrétaire général adjoint au développement de l’économie, Nations Unies, département des Affaires économiques et sociales ; M. David Hall, directeur, Unité de recherche internationale sur les services publics (PSIRU) ; M. Daniel Platz, responsable des Affaires économiques, bureau de Financement du développement ; M. Frank Schroeder, économiste senior, fondation Friedrich Ebert.

Toute approche politique réaliste visant à élargir et améliorer l’accès aux services publics implique un investissement financier supplémentaire et prévisible dans l’infrastructure. Cette session mettait l’accent sur un nouveau cadre (a) de discussion des finances publiques. Plutôt que de soupeser les avantages de la fourniture de services publique ou privée, la discussion a permis de considérer la possibilité d’un service public et de débattre des options politiques afin d’augmenter l’accès des pauvres à l’eau et à l’électricité.

 18 h 00 - 20 h 30
 IMF HQ1
 Salle de réunion A et B 

 

 

Discussion ouverte et réception avec les représentants de la société civile

M. Robert B. Zoellick, président du Groupe de la Banque mondiale et M. Rodrigo de Rato, directeur général du Fonds monétaire international (FMI), ont répondu aux questions des représentants des organisations de la société civile accréditées auprès des Assemblées générales. La session était animée par M. Emmanuel O. Akwetey, directeur administratif, Institut pour une gouvernance démocratique au Ghana. Une réception a suivi la discussion. Webcast (a) Transcription (a)

Retour en haut de la page

Vendredi 19 octobre

 

  9 h 00 - 10 h 30
 site : MCC1-100

 

 

 

 

Du changement climatique et du CO2 aux forêts et à la finance : risques et perspectives du Fonds de partenariat pour le carbone forestier

Sponsors : Centre d’information de la Banque, Greenpeace, Réseau Économie et Énergie durable (SEEN)
Participants d’OSC  : Daphne Wysham, Réseau économie et énergie durable ; Luke Fletcher, Jubilee Australia ; Susanne Breitkopf, Greenpeace. Participants de la Banque mondiale  : Benoît Bosquet, Réseau de développement viable ; Gerhard Dieterle, conseiller forestier, développement agricole et rural ; autre(s) participant(s) de la Banque (à déterminer).

Cette session a fourni une occasion de discuter du soutien apporté par la Banque au marché du carbone afin d’encourager la réduction des émissions résultant de la déforestation et de la dégradation des forêts. Les participants ont également cherché à tirer des leçons des réformes déjà mises en place par la Banque dans le secteur forestier et sur le marché du carbone afin de s’en inspirer à l’avenir. La discussion à mis l’accent sur les risques et les perspectives du Fonds de partenariat pour le carbone forestier (FCPF), son impact potentiel sur les futures négociations internationales sur le climat et les approches alternatives pour diminuer la déforestation.

 11 h 00 - 12 h 30
 site : MCC1-100

 

 

 

 

Les réussites et les défis posés par les dispositifs de sécurité : le point de vue de l’Éthiopie

Sponsors :Save the Children
Orateurs  : Son Excellence Ato Sufian Ahmed, ministre des Finances et du Développement économique, Éthiopie ; orateur de la Banque mondiale (à déterminer) ; orateur du ministère du Développement international (à déterminer) ; David Throp, Save the Children ; président  : députée Betty McCollum, membre du Congrès des États-Unis et présidente du Réseau parlementaire sur la Banque mondiale (à déterminer).

Le débat sur les programmes de protection sociale et des dispositifs de sécurité de la trésorerie s’intensifie dans le monde entier. Un nouveau Sommet ministériel africain sera probablement organisé l’année prochaine et de plus en plus de projets sont mis en œuvre en Amérique latine et en Afrique. Grâce au soutien de la Banque mondiale et du DFID, ainsi qu’à la participation de Save the Children RU, l’Éthiopie est à l’avant-garde de ce mouvement en Afrique. Les réalisations accomplies et les défis qui doivent être relevés tandis que ces types de programmes sont testés et exécutés ailleurs.

  11 h 30 - 12 h 30
 site : MCC1-200

 

 

 

Portes ouvertes pour discuter des nouvelles politiques de l’Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA)

Sponsor  : MIGA
Propos d’ouverture  : Yukiko Omura, vice-président administratif, MIGA ; Orateurs  : Frank Lysy, directeur, Économie et Politique, et Moina Varkie, directrice, Sensibilisation externe et Partenariats.

La MIGA a financé une session à l’intention des OSC et des parties prenantes pour que celles-ci puissent parler des nouvelles politiques de viabilité sociale, environnementale et de divulgation.  

 9 h 00 - 10 h 30
dans le bâtiment de l’IFC

Programme des séminaires  (a) : « Les tendances et les défis de la mondialisation - L’expansion mondiale : perspectives et risques. »

 10 h 45 - 12 h 15
dans le bâtiment de l’IFC

Programme des séminaires    (a) : « La nouvelle architecture financière : jeunes bouteilles et vieux millésimes ou changement de paradigme ? »

  12 h 00 - 14 h 30
 Banque mondiale
 Bâtiment principal
 salle MC4-800

 

 

Forum sur le rôle clé de l’agriculture dans la transformation économique en Afrique

Cette session a mis l’accent sur le potentiel agricole comme facteur de réduction de la pauvreté en Afrique et a permis de montrer que la Banque a adopté une approche multisectorielle dans ce domaine. La discussion a fourni l’occasion d’entendre différentes opinions sur le développement agricole en Afrique du point de vue des entreprises, de la société civile, des représentants du gouvernement et des agences internationales. La Banque a également pu expliquer comment les conseils figurant dans le Rapport sur le développement dans le monde 2008 : l’agriculture au service du développement  peuvent être mis en pratique et profiter aux agriculteurs africains.

  13 h 30 - 15 h 00
 site : MCC1-200

 

 

 

Discussion avec le bureau du Conseiller en conformité/médiateur (CAO) : la résolution des conflits grâce au contrôle participatif

Sponsor : bureau CAO
Orateurs : Mme Meg Taylor, CAO ; David Atkins, hydrologue, équipe d’étude hydrologique ; et Susan Wildau, médiatrice, associés des Centrales de Distribution régionales (CDR)

Minera Yanacocha est la plus grande mine d’or d’Amérique du Sud. L’IFC est impliquée dans ce projet controversé depuis 1993. En 2002, un déversement accidentel de mercure a marqué le début de l’implication du CAO dans le projet Yanacocha et dès 2001, les communautés touchées ont déposé une plainte. Lors de cette session, le CAO a expliqué comment un projet participatif de contrôle de l’eau, lancé dans le cadre de la Mesa de Diàlogo y Consenso CAO-Cajamarca, a permis d’élargir la capacité, d’approfondir les connaissances et de renforcer la confiance des citoyens locaux, qui étaient, et continuent d’être, touchés par l’exploitation des mines. Outre la présentation spécifique du cas de Yanacocha, la session a permis aux participants d’échanger des idées et des points de vue sur la façon dont les programmes de contrôle coopératifs peuvent aider les entreprises et les communautés touchées à collaborer pour aborder et résoudre les conflits.

 13 h 00 - 15 h 00
 site : MCC1-100

 

 

 

 

 

Le rĂ´le des pays Ă  faible revenu dans la gouvernance du FMI/de la Banque mondiale

Sponsor  : Center of Concern, CIDSE, Eurodad
Orateurs  : SE M. Timothy Thahane, ministre des Finances et de la Planification économique, Lesotho (à déterminer) ; SE M. Manuel Chang, ministre des Finances, Mozambique (à dàterminer) ; SE M. Lazare Essimi Menye, ministre de l’Économie, de la Finance et du Budget, SE M. Abdoulaye Diop, ministre de l’Économie et des Finances, Sénégal (à déterminer) ; représentant du Bureau du directeur administratif pour les pays nordiques, Banque mondiale (TBC) ; Prof. Danny Bradlow, American University.

Les pays à faible revenu, particulièrement après une série de remboursements rapides effectués par les membres du Fonds, représentent la portion la plus large d’emprunteurs du Fonds et sont les pays sur lesquels le Fonds a toujours le plus d’influence. Les pays à faible revenu sont également les utilisateurs exclusifs de l’IDA, bras financier de la Banque mondiale. Ce groupe a soulevé les questions suivantes : quelle est la pertinence de la réforme de la formule des quotas par rapport au vote des membres les plus pauvres ? Dans la même perspective, quelle est la pertinence des votes de base ? Quels sont les éléments nécessaires pour amener les votes de base à leur proportion d’origine ? Dans quelles circonstances la participation des pays receveurs aux discussions de l’IDA serait-elle justifiée ? Quelles formes cette participation pourrait-elle prendre ? Quelle est l’évaluation des expériences précédentes avec une participation limitée des pays receveurs à certaines discussions de l’IDA ?

 13 h 30 - 15 h 00
dans le bâtiment de l’IFC

Programme des séminaires (a) :  (1) « Tendances et défis de la mondialisation : le rôle croissant des fonds d’actions et des fonds spéculatifs privés » ; et (2) « La nouvelle architecture financière : fondements et scène mondiale : sommes-nous au seuil d’un nouvel « Âge d’or » de la philanthropie ? »

 15 h 15 - 16 h 45
dans le bâtiment de l’IFC

Programme des séminaires   (a) :  (1) « Tendances et défis de la mondialisation : comment soutenir la mondialisation ? » ; et (2) « La nouvelle architecture financière de la santé : progrès et avancement. »

 17 h 00 - 18 h 30
dans le bâtiment de l’IFC

Programme des séminaires  (a) : « Moins de carbone, plus d’espoir : les mesures contre le changement climatique au service du développement. »

Retour en haut de la page

Samedi 20 octobre

 

 9 h 00 - 10 h 30
 site : MCC1-100

 

 

 

 

 

 

 

La viabilité et le Rapport sur le développement mondial 2008 : coup d’œil sur le développement rural de la Banque mondiale et stratégies agricoles

Sponsors  : ActionAid International, fondation Heinrich Boell
Orateurs  : Dr Goodal Gondwe, ministre des Finances, Malawi ;  Sophia Murphy, Institute for Agriculture and Trade Policy, États-Unis ; Eric Gutierrez, ActionAid International ; David Byerlee, RDM 2008 Banque mondiale ; Collins Magalasi, ActionAid Malawi ; Animateur  : fondation Heinrich Boell (à déterminer).

Le Rapport sur le développement dans le monde (RDM) est la publication phare de la Banque mondiale et donne à la Banque l’opportunité de présenter sa stratégie de développement la plus cohérente dans un domaine donné. Pour la première fois depuis 1982, le RDM 2008 traite exclusivement des politiques de développement agricole et rural. Ce panel de discussion a permis de poser un regard critique sur le RDM 2008, de proposer d’autres politiques agricoles et, par le biais de présentations d’alternatives politiques mises en œuvre au Malawi et au Viet Nam, de poser les questions suivantes : les stratégies de développement de la Banque mondiale pour le secteur rural correspondent-elles aux nouvelles demandes du secteur agricole ? Les dimensions écologiques et sociales de l’agriculture sont-elles suffisamment prises en compte ? Par conséquent, le RDM 2008 est-il le signe d’une nouvelle orientation des politiques agricoles/rurales de la Banque mondiale, ou réaffirme-t-il simplement une prédisposition à adopter des approches axées sur le marché ?

 11 h 00 - 12 h 30
 site : MCC1-100



 

Afrique subsaharienne Perspective économique régionale 

Sponsor  : FMI
Orateurs  : Andrew Berg et Calvin McDonald, département Afrique

Cette session incluait une présentation des conclusions principales des Perspectives économiques régionales (REO) du FMI ainsi que des risques liés à ces perspectives. Ont également été présenté les études de cas incluses aux REO sur la création d’un espace budgétaire pour la hiérarchisation des dépenses.

 11 h 00 - 12 h 30
 site : MCC1-200
 

 

 

 

 

Introduction au bureau du Conseiller en conformité/médiatrice (CAO)

Sponsor : bureau CAO
Oratrice : Mme Meg Taylor, CAO

La CAO a examiné les trois rôles clés du bureau : (1) traitement des plaintes en fonction des personnes concernées par les projets ; (2) supervision des audits des projets de l’IFC/MIGA ; et (3) conseil indépendant au président du Groupe de la Banque mondiale et gestion de l’IFC/MIGA. Par ailleurs, le personnel CAO a offert un aperçu des plaintes en cours et récemment closes, des Directives opérationnelles CAO et d’une nouvelle initiative de sensibilisation à l’intention des personnes concernées par les projets. Au cours de cette session interactive, le personnel CAO a sollicité des opinions et idées auprès des Organisations de la société civile concernant les priorités des stratégies et de l’initiative de sensibilisation en vue de relever les défis principaux auxquels les IRM doivent faire face.

  12 h 30 - 14 h 00
 site : MCC1-100

 

 

 

 

 

 

Des millions d’enfants n’ont pas accès aux écoles : sont inclus les enfants handicapés dans le cadre de l’Initiative pour l’accélération de l’éducation pour tous et des Plans d’action nationaux

Sponsor : World Vision
Orateurs  : Philippa Lei, conseillère senior sur la politique des droits de l’enfant, World Vision RU et rédactrice du nouveau rapport « Des millions d’enfants n’ont pas accès aux écoles : sont inclus les enfants handicapés dans le cadre de l’Initiative pour l’accélération de l’éducation pour tous et des Plans d’action nationaux » ; Joy Phumaphi, vice-présidente, Réseau sur le développement humain, Banque mondiale ; autres (à déterminer).

Sur les 77 millions d’enfants ne fréquentant toujours pas l’école, un tiers sont des enfants handicapés et moins de 10 % des enfants handicapés en Afrique vont à l’école. À l’échelle mondiale, il est essentiel d’inclure les enfants handicapés dans le système éducatif pour atteindre l’objectif d’instruction primaire universelle d’ici 2015. Par ailleurs, l’accès à une instruction de base de qualité constitue un droit humain fondamental. Ce séminaire a permis d’examiner les difficultés auxquelles sont confrontés les enfants handicapés des pays du Sud par rapport à l’éducation. Des conseils et des exemples pratiques ont été fournis afin que l’Initiative pour l’accélération de l’éducation pour tous du programme Éducation pour tous ainsi que les gouvernements nationaux et les partenaires donateurs, dont la Banque mondiale, puissent mieux faire face à cette situation.

 13 h 00 - 15 h 30
 site : MCC1-200

 

 

 

 

 

Plafonds salariaux, politiques fiscales et monétaires, et absorption des rentrées de fonds - mises à jour et étapes suivantes

Sponsor  : Action Aid International
Orateurs  : M. John Hicklin, directeur adjoint, bureau d’évaluation indépendant (BEI) du FMI ; M. David Goldsbrough, Center for Global Development ; Mme Akanksha A. Marphatia, ActionAid International ; M. Jan Kees Martijn, FMI ; Animateur  : M. Peter Chowla, Projet Bretton Woods

Cette session traitait principalement d’un rapport datant d’avril 2007, réalisé par le BEI portant sur « Le rôle du FMI en Afrique subsaharienne » (a) et d’études connexes menées par des OSC et le personnel du FMI. Les participants ont cherché à déterminer si les cibles politiques, fiscales et monétaires des programmes de prêts soutenus par le FMI étaient inutilement restrictives et si elles compromettaient la capacité des pays emprunteurs à absorber et dépenser les nouveaux afflux d’aide étrangère. Par ailleurs, le sujet des plafonds salariaux et de leurs conditions d’utilisation a également été abordé.

 13 h 30 - 15 h 00
 site : Banque mondiale
 Bâtiment « I »
 1850 I Street, NW
 Salle I1-200

 

 

Le programme du Comité de développement et le déploiement des biens publics mondiaux

Sponsor : fondation Friedrich Ebert (FES)
Oratrices  : Heidemarie Wieczorek-Zeul, ministre de la Coopération économique et du Développement, Allemagne  ; Nancy Birdsall, présidente, Center for Global Development ;
Animateur  : Jürgen Stetten, directeur, FES New York

Tout comme les années précédentes, la fondation Friedrich Ebert (FES) a animé une discussion organisée pendant les Assemblées générales des Institutions financières internationales (IFI). Les représentants d’ONG et Mme Heidemarie Wieczorek-Zeul, ministre allemande du Développement et de la Coopération économique, ont parlé des points faibles du programme du Comité de développement de la Banque mondiale.

 16 h 00 - 17 h 30
 site : MCC1-100

 

 

 

 

La deuxième génération de Documents de stratégie pour la réduction de la pauvreté - Qu’est-ce qui a changé ?

Sponsors : Afrodad, Jubilee USA, Action Aid International
Orateurs  : Vitalis Meja, Afrodad ; Peter Lanzet, EED (à déterminer) ; Louise Cord, Banque mondiale ; Animateur  : Rick Rowden, Action Aid International

AFRODAD a financé une étude de cas dans cinq pays afin d’évaluer dans quelle mesure la deuxième génération de Documents de stratégie pour la réduction de la pauvreté (PRSP) est différente de la première en termes de processus et de contenu. Ces études étaient axées sur l’analyse des similarités et des différences ainsi que de leur efficacité pour résoudre les problèmes à long terme entravant la réduction de la pauvreté dans certains pays africains, dont le Burkina Faso, le Ghana, le Mozambique, la Tanzanie et l’Ouganda.
 
Cette discussion était axée sur les points faibles des PRSP de première génération et sur la façon dont ceux-ci ont été renforcés dans les PRSP de deuxième génération.

Retour en haut de la page

Dimanche 21 octobre

 

  9 h 00 - 10 h 30
 site : MCC1-100

 

 

 

 

L’instrument de soutien politique (PSI) du FMI : plus de flexibilité ou un entravement continu ? Études de cas de l’Ouganda, du Mozambique et du Bangladesh

Sponsor  : ActionAid
Orateurs  : Specioza Kiwanuka, économiste ougandaise, directrice des programmes d’ActionAid-Ouganda ; Jesse Griffiths, analyste politique chez ActionAid-RU et auteur principal de « What Progress? A Shadow Review of World Bank Conditionality » (Quels progrès ? Un examen des conséquences de la conditionnalité de la Banque mondiale) ; Soren Ambrose, avec le réseau Solidarité Afrique, auparavant codirecteur de 50 Years is Enough.

Au cours de cette session, un document préparatoire a été présenté sur les Programmes sectoriels d’investissement (PSI) en cours d’exécution en Ouganda et au Mozambique, ainsi que sur la récente décision du Bangladesh à l’encontre d’un PSI. Les questions clés suivantes ont été soulevées : quand les PSI cesseront-ils d’entraver les pays bénéficiaires ? Quand commencera-t-on à explorer des options de politique fiscale et de dépenses publiques autres que celles recommandées par le FMI ? Quand les dépenses et les investissements publics en lien avec les services de base seront-ils hiérarchisés ?

 11 h 00 - 12 h 30
 site : MCC1-100

 

 

 

 

 

Initiative de recouvrement des avoirs volés StAR : défis, opportunités et plan d’action

Sponsor : New Rules for Global Finance Coalition
Participants  : Randi Ryterman et Rick Messick, Banque mondiale ; Office contre la drogue et le crime, Nations Unies (à déterminer) ; David Spencer, Tax Justice Network International ; Tom Cardamone, Global Financial Integrity. Animatrice  : Jo Marie Griesgraber, New Rules for Global Finance Coalition.

Le 17 septembre 2007, la Banque mondiale et les Nations Unies ont annoncé le lancement d’une initiative commune afin d’aider les nations en voie de développement à récupérer plusieurs milliards de dollars d’actifs volés. Selon cette initiative, on estime qu’entre 1 et 1,6 billion de dollars est perdu chaque année en raison de diverses activités illégales, notamment la corruption, les activités criminelles telles que la drogue, la contrefaçon de biens, le blanchiment d’argent, le trafic illégal d’armes et la fraude fiscale. Chaque année, certains dirigeants corrompus de pays pauvres omettent de déclarer jusqu’à 40 milliards de dollars et dissimulent leur butin à l’étranger. Une fois ces fonds sortis du pays, ils sont très difficiles à récupérer, comme des pays tels que le Nigeria et les Philippines l’ont découvert.

 13 h 00 - 14 h 00
 site : Murrow Park

L’Action mondiale contre la pauvreté (AMP) a organisé une représentation intéressante et unique du Requiem de la Pauvreté à Murrow Park, juste en face de l’entrée du bâtiment principal de la Banque mondiale. Le Requiem de la Pauvreté est une morceau musical et vocal pour chœur et percussions, qui, par le biais de la musique, dénonce l’injustice et la pauvreté ainsi que la nécessité d’améliorer la situation. Ce spectacle a été joué par un chœur multiethnique et un ensemble de percussions du lycée Lehigh Valley Charter High School for the Performing Arts et de l’Ensemble de percussions Kutztown.

  13 h 00 - 14 h 30
 site : MCC1-100

 

 

 

 

 

Obtenir ce que l’on veut du Fonds : l’Initiative pour la transparence mondiale et le FMI

Sponsors : Global Transparency Initiative (GTI)
Orateurs : Peter Chowla, Projet Bretton Woods ; Bruce Jenkins, Centre d’information de la Banque  ; Présidente  : Bhumika Muchhala, Centre d’information de la Banque

L’Initiative de Transparence mondiale vise à renforcer la responsabilité des IFI par rapport à l’intérêt public et à élargir l’espace politique pour débattre des modèles de développement. La Charte de transparence de cette initiative définit les normes et les principes gouvernant la politique de divulgation des IFI. Le FMI possède toute une série d’informations sur les économies et les politiques de ses membres, mais ces renseignements ne sont pas toujours rendus publics. Le groupe de l’Initiative de Transparence mondiale a élaboré un Guide de la Transparence au FMI, qui a été distribué durant cette session. Le but de ce Guide est d’aider la société civile à trouver les informations dont elle a besoin afin d’assurer la défense des droits et d’être politiquement active au niveau du Fonds et à l’échelle nationale. Ce Guide souligne également les problèmes qui sous-tendent les politiques d’information du FMI et offre des conseils concernant l’amélioration des pratiques de divulgation du FMI ainsi qu’une analyse de la future politique de transparence du FMI.

 15 h 00 - 16 h 30
 salle HQ2  1-250
 FMI 

 

 

 

 

 

Les aspects macroéconomiques du renforcement de l’aide financière et le rôle du Fonds

Sponsors :départements des Affaires fiscales et de l’Élaboration et de l’examen des politiques du FMI
Président  : M. Mark Plant, directeur adjoint, département de l’Élaboration de l’Examen des politiques, FMI ; Orateurs  : l’honorable James Musoni, ministre des Finances et de la Planification économique, Rwanda ; M. Louis Kasekende, économiste en chef, Banque africaine de développement ; représentant des donateurs [à déterminer] ; M. John Ambler, vice-président senior des programmes, Oxfam America

La perspective du renforcement de l’aide financière offre aux pays à faible revenu la possibilité d’atteindre les objectifs de développement du Millénaire. Toutefois, la gestion de ces apports d’aide pose des problèmes importants en termes de management macroéconomique. Ces difficultés proviennent de l’impact potentiel de flux externes plus élevés sur la compétitivité, l’inflation et la soutenabilité de la dette ainsi que des complications découlant de la volatilité de l’aide et de l’imprévisibilité de la planification fiscale à long terme. Cette session a permis de mettre l’accent sur les défis liés à la politique fiscale, monétaire et des changes en lien avec la gestion de l’aide, notamment les problèmes de compétitivité, d’inflation, de dépenses publiques et de soutenabilité de la dette ainsi que la volatilité de l’aide.

 

  15 h 30 - 17 h 00
 site : MCC1-200

 

 

 

 

 

 

 

Réunion d’information sur le 15e processus de reconstitution des ressources de l’IDA

Sponsors  : Vice-présidence du financement concessionnel et des partenariats mondiaux (CFPVP) de la Banque mondiale
Orateurs  : Aki Nishio, directeur, département de Mobilisation des ressources (FRM) ; Jorge Araujo, économiste en chef, FRM ; Ivar Andersen, responsable senior des opérations, FRM.

Cette session était axée sur le 15e processus de reconstitution des ressources de l’Association internationale de développement (IDA). Le processus IDA15 couvre les années 2009 à 2011, une période critique pour les pays pauvres cherchant à faire des progrès avant l’année cible de 2015. Les discussions sur la reconstitution ont porté sur la fragmentation croissante de l’architecture de l’aide et sur le rôle de l’IDA dans cet environnement nouveau et changeant. D’autres sujets sur la politique de développement, qui ont été abordés durant le processus IDA15 portent sur l’efficacité de l’assistance de l’IDA au niveau national et le soutien de l’IDA envers les États fragiles. Le groupe de discussion a fait le point sur les négociations en cours avec les donateurs et les représentants des pays emprunteurs. Par ailleurs, certains problèmes politiques clés soulevés au cours du 15e processus de reconstitution des ressources de l’IDA ont été brièvement présentés. Suite des questions et réponses.

Retour en haut de la page

Lundi 22 octobre

 

 9 h 00 - 10 h 30
 site : MCC1-100

 

 

 

 

Les IFI dans les pays post-conflit : rôle, activités, impacts

Sponsor : Centre d’information de la Banque
Orateurs  : Louis Dicks-Mireaux, chef adjoint de la division, département de l’Élaboration et de l’Examen des politiques, FMI ; Sarah Cliffe, région Asie de l’Est, BM ; Markus Kostner, consultant, Pays fragiles/touchés par un conflit, BM

Cette session consistait en une discussion interactive entre la Banque mondiale, l’IFC ainsi que le personnel du FMI et des organisations de la société civile. L’objectif de cette session était d’examiner l’engagement des IFI dans les pays post-conflit et les États fragiles, en mettant plus particulièrement l’accent sur les priorités de financement, la formulation des politiques, l’exécution des projets et la participation locale. La discussion a permis aux participants d’approfondir leurs connaissances des activités financées par les IFI pour les OSC dans les pays post-conflit, et d’encourager une plus grande transparence de ces activités en général.

 11 h 00 - 12 h 30
 site : MCC1-100

 

 

 

 

 

Partenariats public-privé : opportunités et défis. Le partenariat Fonds mondial-Banque mondiale et « We Are the Future Model »

Sponsor : The Glocal Forum
Orateurs  : Mattias K. A. Lundberg, unité Jeunes et Enfants, Banque mondiale ; Salvatore Nigro, Glocal Forum ; J. Matthew Clark, Microsoft ;
Trevor Neilson, APCO Worldwide ; M. Robert Patterson, FAO ;  Animateur  : Nell Derick Debevoise, Glocal Forum.

Cette session a permis d’analyser le modèle Partenariat privé-public (PPP) en examinant les fruits de l’Initiative « We are the Future » (WAF) dans six villes (c.-à-d. Freetown, Kigali, Nablus) dans lesquelles les efforts de développement et de pacifisme s’articulent autour d’approche à plusieurs facettes impliquant la santé, la micro-agriculture/la nutrition, les sports, les arts et les activités de technologies de l’information et de la communication pour les jeunes et les enfants. Les participants ont cherché à tirer parti des leçons apprises grâce à ces expériences et ont parlé de la façon dont les villes, les OSC et les organisations de jeunes peuvent se baser sur le modèle PPP pour encourager une collaboration intersectorielle et attirer le soutien des donateurs internationaux afin de promouvoir un développement local efficace.

 12 h 30 - 14 h 00
 site : MCC1-200

 

 

 

 

« Décrocher le gros lot ! La mise en œuvre de l’initiative EITI peut-elle permettre de rassembler des fonds pour les ODM ? »

Sponsor : Initiative pour la transparence dans les industries extractives au Nigeria (NEITI)
Animateur  : Uche Igwe, NEITI ; Avec la contribution de  : l’honorable David Goldwyn, Goldwyn International Strategies ; Prof. Sylvester Monye, secrétaire adjoint de la Commission de planification nationale du Nigeria ; Christian Layke, World Resources Institute ; Yanus Carrim, MP Afrique du Sud ; Patrick Heller, Stanford University ; Allain Destexhe, MP Belgique.

Cette session a grandement bénéficié des expériences théoriques et pratiques de plusieurs personnes, qui ont enrichi le débat sur les possibilités d’inversement de la situation face au pétrole des pays en voie de développement, riches en ressources.

 13 h 00 - 15 h 00
 site : MCC1-100

 

 

 

 

« Race, inclusion et inégalité en Amérique latine  : les OSC, les gouvernements et les agences donatrices peuvent-ils collaborer en vue de résoudre ces problèmes ? »

Sponsor  : Inter-American Foundation
Orateurs  : Giovanni Harvey, Incubadora Afro Brasileira - IA et Instituto Palmares de Direitos Humanos - IPDH, Brésil ; Andrés Fernando Palacio Chaverra, ministre de la protection sociale, Colombie ; Beatriz Ramírez, secrétaire de l’Organisation des femmes de descendance africaine, Institut national des femmes (INAMU), ministère du Développement social (MIDES), Uruguay ; Luis Gilberto Murillo, ancien gouverneur de Chocó, Colombie, Fellow Associate Phelps Stokes Fund- Washington, D.C. ; Animatrice  : Judith Morrison, Inter-American Foundation.

Cette discussion a permis aux représentants de la communauté de descendance africaine, au gouvernement et au secteur privé de prendre toute une série de bonnes résolutions afin de faire progresser et de relever les défis liés à l’inclusion des descendants africains dans la vie sociale et économique de l’Amérique latine.

 14 h 00 - 15 h 00
 Finance internationale
 Entreprise 
 (2121 Pennsylvania 
 Ave., NW
)
 Salle L-103

Un dialogue avec Lars Thunell, vice-président exécutif et directeur général de la Société financière internationale (IFC) 

Sponsor 
: IFC
Animateur  : Bruce Moats, responsable, Relations d’entreprise, IFC

Cette session de discussion ouverte avec le vice-président exécutif de l’IFC a permis aux participants de mieux comprendre le travail de cette organisation. L’IFC encourage une croissance économique viable dans les pays en voie de développement en investissant dans le secteur privé, en mobilisant des capitaux privés sur les marchés locaux et internationaux et en offrant des services de conseil et de réduction du risque.

 15 h 30 - 17 h 00
 Finance internationale
 Entreprise 
 (2121 Pennsylvania 
 Ave., NW
)
 Salle L-103

 

« L’injustice des accords proposés aux pays riches en matières premières. Un dialogue entre la société civile, la Banque et le Fonds sur la transparence des contrats et la gouvernance des industries extractives. »

Sponsors : Réseau Tiers-Monde (Afrique), Centre d’information de la Banque, campagne « Publish What You Pay » (Publiez ce que vous payez), Oxfam-America
Participants OSC  : Abdulai Darimani, TWN-Afrique ; Sarah Pray, Publish What You Pay-USA ; Heike Mainhard-Gibbs, BIC. Banque mondiale et participants FMI  : Anton Op de Beke, FMI ; Charles McPherson, FMI ; Clive Armstrong, IFC ; Michael Levitsky, IFC ; Motoko Aizawa, IFC ; David Harris, IFC.

Cette discussion a fourni aux participants l’occasion de parler de l’avancement du débat sur la transparence des contrats et sur les droits de l’homme, ainsi que sur l’impact environnemental et social des accords d’investissement de l’industrie extractive. Les participants ont été invités à partager leurs vues sur le rôle des institutions Bretton Woods par rapport à la promotion de l’exploitation des ressources naturelles et aux réformes de la gouvernance dans le secteur de l’extraction, particulièrement vis-à-vis des problèmes de contrat.

 16 h 00 - 18 h 00
 Bâtiment « J » de la Banque mondiale
 (701 18th Street )
 salle J5-099

 

 

L’interaction entre la société civile africaine et les entités régionales en Afrique.

Sponsors : Banque mondiale Région Afrique

Cette session de discussion était axée sur l’inclusion de la société civile africaine dans le débat sur les politiques régionales dans le cadre des organisations régionales africaines, ainsi que sur le rôle du Groupe de la Banque mondiale pour encourager ce processus. Elle a permis aux participants de la société civile africaine aux Assemblées générales 2007 de rencontrer des représentants d’entités régionales, telles que le Marché commun d’Afrique orientale et australe (COMESA) et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), pour analyser ces questions et identifier les stratégies potentielles.

Retour en haut de la page

(a) indique une page en anglais.




Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/5C3LU3AN40