Info-presse en ligne
Ressources pour les journalistes accrédités
Accès membres / Devenir membre

Handicap

Disponible en: Español, العربية, English, русский, 中文
-- Liens utiles --
NU: droits et dignité des personnes handicapées
Site Web sur le handicap (a) 

En bref

  • Les personnes handicapées connaissent une situation économique et sociale pire que celle des personnes valides : leur niveau d’éducation est inférieur, leurs conditions de santé moins bonnes, leur accès au marché de l’emploi est plus limité et elles sont davantage victimes de la pauvreté. Elles sont souvent marginalisées et exposées à des pratiques discriminatoires.

  • La pauvreté accroît le risque d’infirmités pour des raisons de malnutrition, d’accès insuffisant à l’éducation et aux soins de santé, de conditions de travail dangereuses, d’environnement pollué et de manque d’accès à une eau propre et à des services d’assainissement.

  • L’infirmité aggrave les risques de pauvreté en raison, notamment, du manque d’emplois, de salaires inférieurs et des dépenses supplémentaires liées au handicap.

  • L’environnement économique, législatif, social et géographique qui caractérise un pays peut entraver, ou au contraire faciliter, la participation des personnes handicapées à la vie économique, sociale et citoyenne.

  • Les actions internationales en faveur du développement peuvent aider les pays à supprimer les barrières à l’encontre des handicapés et favoriser leur pleine intégration dans la société.

Le handicap est une limitation des possibilités d’interaction entre une personne et son environnement (due à une déficience physique ou mentale). L’accès restreint aux opportunités économiques, éducatives et sociales affecte profondément la vie des handicapés, et vient s’ajouter aux défis auxquels ils sont déjà confrontés, de même que leurs proches. L’environnement économique, législatif, physique et social d’un pays a donc un grand impact sur la vie des handicapés : il peut soit créer des barrières menant à leur discrimination et exclusion, soit au contraire faciliter leur participation à la vie économique, civique et sociale.

La prise de conscience du handicap est de plus en plus grande au sein de la communauté internationale. La Convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées (CDPH) encourage un travail multisectoriel visant à la pleine intégration des handicapés dans la société. Elle mentionne spécifiquement, à cet égard, le rôle du développement international. À ce jour, 147 pays ont signé la CDPH et 99 l’ont ratifiée, ce qui a permis l’entrée en vigueur de la convention et l’obligation pour les États participants de l’appliquer dans leur législation nationale. Un nombre croissant de donateurs bilatéraux ont, ces dernières années, développé des stratégies pour intégrer la question du handicap dans leur aide internationale.

Intégrer le handicap dans le développement

Intégration transectorielle dans les opérations de la Banque
Le handicap et la pauvreté sont des phénomènes complexes, dynamiques et étroitement liés. La stratégie de la Banque est dès lors de créer des liens transectoriels et d’intégrer le handicap dans ses activités existantes. Plusieurs projets incluant des actions en faveur des personnes handicapées sont en cours, notamment en Albanie, Azerbaïdjan, Bosnie-Herzégovine, Burundi, Cambodge, Chine, Éthiopie, Jordanie, Malawi, Ouganda, Roumanie, Sénégal, Serbie, Sri Lanka, Tunisie et Uruguay. Par ailleurs, des projets autonomes, comme au Bangladesh et au Pakistan, s’avèrent nécessaires pour traiter de certains aspects spécifiques du handicap. Enfin, outre le financement de projets, l’action de la Banque dans le domaine du handicap passe aussi par un certain nombre de fonds fiduciaires :

  • Le Fonds fiduciaire pour le développement écologiquement et socialement durable appuie des projets en faveur des personnes handicapées dans plusieurs pays, et notamment en Bosnie-Herzégovine, Colombie, Inde, Maroc, Sierra Leone, Viet Nam et Chine. Il intervient dans des secteurs comme le VIH/SIDA et le handicap, l’accessibilité dans les transports et les infrastructures urbaines, et l’estimation de l’invalidité.

  • Le Fonds japonais pour l’élaboration des politiques et la valorisation des ressources humaines a contribué, à hauteur de 40 millions de dollars, à l’intégration des questions de handicap dans des projets de la Banque. Lors d’un premier appel à propositions publié au troisième trimestre de l’exercice 2011, la totalité des demandes de financement pour l’ensemble des régions a dépassé de 38 millions de dollars les fonds disponibles. Un second appel à propositions sera publié au quatrième trimestre de l’exercice 2011.

  • Le Fonds fiduciaire multi-donateurs du Partenariat mondial pour le handicap et le développement, et les équipes du Réseau du développement humain de la Banque, en charge de la protection sociale, des invalidités de travail et du développement, ont collaboré dans la mise en œuvre de différentes activités. Celles-ci incluent une étude sur les catastrophes naturelles et le handicap, des formations régionales au Mozambique portant sur les documents stratégiques de développement, la conception universelle et le tourisme, et des réseaux de praticiens centrés sur la question des femmes et du handicap, ainsi que sur celle de l’éducation et du handicap.

De nombreux secteurs de la Banque sont impliqués dans des initiatives de développement qui contribuent à éliminer les barrières qui limitent l’insertion des personnes handicapées dans la société. Ces initiatives concernent les domaines de l’éducation, de l’emploi, des filets de protection sociale, des transports, de la santé et de la nutrition, de l’eau et de l’assainissement, ainsi que les situations d’après-conflit et les catastrophes naturelles.

Création de connaissances, collecte de données et partage de bonnes pratiques

La Banque intègre le handicap dans le développement par le biais de travaux d’analyse et d’activités de collecte de données et de partage des bonnes pratiques qui incluent la question du handicap dans différents secteurs (santé, éducation, marché du travail, filets de protection sociale, infrastructures, transports, etc.). Elle conduit actuellement des études empiriques sur le handicap dans les pays en développement, le handicap et l’éducation, le handicap et le marché du travail, et travaille à l’élaboration d’un rapport mondial conjoint avec l’Organisation mondiale de la santé.

Appui à la « conception universelle »

Les problèmes d’accessibilité dans les lieux de travail, les écoles, les centres de soins, les transports et les immeubles discriminent considérablement les personnes handicapées. Des progrès importants sont réalisables si les travaux de génie civil — tant pour les bâtiments neufs que les infrastructures en rénovation — considèrent les personnes handicapées comme des bénéficiaires et parties prenantes. La Banque soutient l’utilisation de la « conception universelle » (telle que définie par la CDPH) dans le cadre de ses projets afin qu’ils contribuent à améliorer l’accessibilité. Les bénéficiaires de la conception universelle incluent, à côté des handicapés, les personnes blessées, les femmes enceintes et les personnes âgées. Une note d’orientation destinée aux équipes de la Banque est en préparation pour garantir des réponses adéquates aux questions d’accessibilité concernant les aménagements du génie civil, les technologies de l’information et la communication et d’autres activités financées par des projets de la Banque.

Contacts : 
Phil Hay, (202) 473-1796, phay@worldbank.org 
Melanie Mayhew, (202) 458-7891, mmayhew1@worldbank.org

Dernière mise à jour : mars 2011




Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/KJV8R9GIZ0