Info-presse en ligne
Ressources pour les journalistes accrédités
Accès membres / Devenir membre

La Banque mondiale et les parlements

Disponible en: Ñ€ÑƒÑÑÐºÐ¸Ð¹, 中文, العربية, English, Español

Les parlementaires et le Groupe de la Banque mondiale

Les parlementaires, représentants élus des peuples, peuvent représenter un puissant groupe de plaidoyer pour la cause du développement. Ils votent les lois, examinent et adoptent les budgets d'aide extérieure, analysent les politiques de développement et tiennent les gouvernements comptables des programmes financés par la Banque mondiale.

Le Groupe de la Banque mondiale, de son côté, revêt un grand intérêt pour les parlementaires, car il constitue le canal par lequel est acheminé un cinquième de l'aide aux pays les plus pauvres. Il est aussi une importante source de connaissances et d'informations sur la manière d'obtenir de bons résultats en matière de développement.

Comment la Banque mondiale collabore-t-elle avec les parlementaires ?

Libre accès aux connaissances

La Banque mondiale considère que la transparence et la responsabilité sont indispensables pour mener à bien les processus de développement et accomplir sa mission de lutte contre la pauvreté. Animée par la volonté d'encourager l'adhésion du public, les partenariats et la participation d'un large éventail d'acteurs autour des initiatives de développement, la Banque mondiale s'attache à partager son capital de connaissances selon des principes de transparence et de libre accès. Elle offre un accès gratuit et illimité à un ensemble complet de données sur le développement des pays du monde, permettant ainsi aux décideurs de prendre des décisions éclairées et d'en mesurer plus précisément les résultats. The World Bank provides free and open access to a comprehensive set of data about development in countries around the globe, allowing policymakers to make better-informed decisions and measure improvements more accurately.

Renforcement des capacités

Au cours de ces dix dernières années, l'Institut de la Banque mondiale a formé plus de 10 000 membres de parlements en partenariat avec des organisations parlementaires. En tant que « courtier du savoir » et centre de recherche pour l'action, la Banque mondiale coopère avec les partenaires de développement du monde entier pour renforcer la capacité des institutions, des parlementaires et de l'ensemble des personnels des parlements. Conformément à la mission de la Banque, l'Institut de la Banque mondiale s'emploie à développer la capacité des parlements pour qu'ils soient en mesure de remplir efficacement les responsabilités qui leur incombent, notamment en termes de supervision, de représentation et de législation, et ainsi de mieux contribuer à un développement qui repose sur l'ouverture et la collaboration. Cet objectif passe par un renforcement des réseaux parlementaires régionaux afin que ceux-ci puissent servir de plateformes d'échange entre pays du Sud, ainsi que par des formations structurées et le partage des connaissances. Des mécanismes de planification des actions et d'évaluation par les pairs permettent par ailleurs d'appliquer les meilleures pratiques internationales et régionales au niveau national. L'Institut de la Banque mondiale intervient notamment dans les secteurs de la transparence budgétaire, du changement climatique et des industries extractives. Il siège également au Conseil du portail multilatéral pour le développement parlementaire récemment créé (www.agora-parl.org)

Échanges continus

Les échanges de la Banque mondiale avec les parlementaires s'effectuent à travers des ateliers, des partages d'informations, des séminaires, des séances d'informations informelles et des rencontres dans les parlements. À titre d'exemple, la Banque mondiale encourage régulièrement les députés à participer à des consultations sur les politiques de la Banque ou ses stratégies d'aide-pays. Aux côtés du FMI, la Banque mondiale organise des ateliers parlementaires d'une journée à l'occasion de ses Assemblées annuelles et de ses Réunions de printemps. Elle reçoit par ailleurs régulièrement des délégations parlementaires à son siège, à Washington, tandis que lors de leurs déplacements dans les États membres, les membres de la direction de la Banque mondiale organisent souvent des réunions informelles avec les commissions chargées des dotations de la politique étrangère, des finances ou du développement. La Banque mondiale est également en relation avec un certain nombre d'organisations parlementaires, notamment le Réseau parlementaire sur la Banque mondiale et le FMI, l'organisation GLOBE (Global Legislators Organizations en anglais) et l'Union interparlementaire (UIP).

Consultations

La Banque mondiale associe les parlementaires à la préparation de ses stratégies d'aide-pays et les encourage à s'impliquer dans les processus d'élaboration des stratégies de réduction de la pauvreté. Selon une enquête sur les relations qu'entretiennent les bureaux de représentation de la Banque mondiale dans les pays avec les parlementaires, ces derniers ont été invités à prendre part à l'élaboration de trois stratégies d'aide-pays sur quatre en 2009. La Banque mondiale invite également les parlementaires à se prononcer sur ses stratégies sectorielles : l'Organisation mondiale des parlementaires contre la corruption (GOPAC) a par exemple exposé son point de vue sur la récente révision de la stratégie de la Banque mondiale destinée à renforcer son engagement en matière de gouvernance et de lutte contre la corruption.

Limitations

Même si la Banque mondiale collabore avec les parlementaires à plusieurs titres, ses homologues officiels n'en demeurent pas moins les gouvernements de ses 187 États membres, dont les ministres des Finances, de l'Économie, du Développement et des Affaires étrangères siègent au Conseil des gouverneurs. Conformément à la mission définie dans ses statuts, la Banque mondiale n'intervient pas dans les affaires de politique intérieure des pays. Cela signifie que, sauf dans des cas exceptionnels, les fonctionnaires de la Banque mondiale ne peuvent pas porter témoignage devant un organe législatif.

Qui au sein de la Banque mondiale coopère avec les parlementaires ?

Les bureaux-pays de la Banque mondiale et les équipes qui y travaillent sont généralement les interlocuteurs privilégiés des parlementaires. La direction de la Banque mondiale encourage les bureaux-pays à entretenir des dialogues francs et actifs avec les parlements par le biais de consultations sur ses stratégies d'aide-pays ou par d'autres moyens. Selon une enquête conduite récemment par les services chargés des relations extérieures de la Banque mondiale, la plupart des bureaux-pays ont indiqué entretenir des échanges réguliers avec les parlements et les parlementaires. Nombre d'entre eux disposent également de centres d'information du public, qui mettent à disposition les documents et rapports relatifs aux projets financés par la Banque mondiale, ainsi que des publications importantes.

La Banque mondiale est dotée d'une équipe chargée des relations avec les parlementaires et assurant un point de contact centralisé pour ces derniers. Elle joue un rôle de facilitateur et met en contact les membres des parlements et les organisations parlementaires avec les services pertinents de la Banque mondiale et ses bureaux -pays. En organisant des activités conjointes avec des organisations telles que le Réseau parlementaire, la Banque mondiale crée une plateforme de dialogue, de partage d'informations et de plaidoyer pour le développement. En outre, elle répertorie les différents échanges entretenus avec des parlementaires et mène des recherches sur le rôle des parlements dans le développement.

L'Institut de la Banque mondiale, l'organe de la Banque mondiale chargé du partage des savoirs, contribue à renforcer les capacités des parlementaires dans les pays en développement à travers des sessions de formation structurées, l'échange de connaissances et l'appui aux réseaux parlementaires, pour que les parlementaires puissent contribuer à l'amélioration des résultats dans le domaine du développement.

Le Réseau pour la lutte contre la pauvreté et pour la gestion économique (PREM) vise à intégrer au niveau national les efforts de réduction de la pauvreté menés par la Banque mondiale en consolidant les connaissances opérationnelles et analytiques de la Banque. Le réseau PREM soutient également les équipes-pays qui souhaitent œuvrer aux côtés des parlementaires à des activités liées à la gouvernance en général.

Pour en savoir plus, consultez :

• Le site de la Banque mondiale pour les parlementaires : www.worldbank.org/parliamentarians (a)

• « The Eight Pointers », un guide pratique destiné au personnel de la Banque et consacré aux modalités de collaboration avec les parlementaires (disponible sur demande)

Dernière mise à jour : mars 2012

(a) indique une page en anglais.




Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/G6BURP3FS0