Info-presse en ligne
Ressources pour les journalistes accrédités
Accès membres / Devenir membre

L'Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA)

Disponible en: English, русский, Español, 中文
L'Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA)
Liens utiles
(en anglais)
En quoi consiste le programme de garantie des investissements ?
Pourquoi la MIGA offre-t-elle des garanties d'investissement ?
Comment la MIGA aide-t-elle les investisseurs à découvrir les opportunités ?
Bulletin d'information aux investisseurs de la MIGA
Programme de micro-investissements

En bref

  • L’Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA) a pour mandat d’encourager les investissements directs étrangers (IDE) dans les pays en développement afin de favoriser la croissance économique, réduire la pauvreté et améliorer les conditions de vie des populations.

  • La MIGA soutient les investissements qui contribuent au développement en offrant des garanties contre les risques politiques, lesquels peuvent se manifester sous la forme d’inconvertibilité des monnaies et de restriction aux transferts ; d’expropriation, de guerre, de terrorisme et de troubles civils ; de rupture de contrat ; et de non-respect des obligations financières souveraines.

  • La MIGA, qui célèbre son 25e anniversaire en 2013, a émis depuis sa création plus de 27 milliards de dollars de garanties (assurance contre les risques politiques) à l’appui de plus de 700 projets d’investissement dans une centaine de pays en développement. Son portefeuille actuel dépasse les 10 milliards de dollars.

  • Les projets que la MIGA soutient contribuent à créer des emplois, à assurer des services d’infrastructure de base, comme l’approvisionnement en eau et en électricité, à renforcer les systèmes financiers, à procurer des recettes fiscales, à transférer des compétences et un savoir-faire technologique, et à aider les pays à exploiter leurs ressources naturelles d’une manière durable sur le plan de l’environnement.

  • Les garanties de la MIGA agissent comme un catalyseur pour restaurer la confiance des investisseurs vis-à-vis des marchés. L’Agence aide également à résoudre les différends entre investisseurs et pays hôtes afin de préserver les projets qu’elle appuie et leurs retombées positives.

  • Afin de maximiser les capacités de couverture qu’elle peut apporter à un projet, la MIGA œuvre en étroite collaboration avec des organismes de réassurance du secteur privé et public. En couvrant les transactions, la MIGA permet à des clients et des pays hôtes d’accéder à une capacité d’assurance qui leur serait inaccessible autrement.

  • Sur fond de précarité de l’environnement international, la MIGA est de plus en plus sollicitée pour ses garanties contre les risques politiques.
Priorités stratégiques
La stratégie de la MIGA consiste à intervenir en priorité dans les domaines où elle peut avoir le plus d’impact :
  • Investissements dans les pays admissibles aux crédits de l’IDA. Généralement, ce sont les marchés aux besoins les plus importants et qui bénéficieraient le plus des investissements étrangers, mais qui sont mal desservis par les assurances privées.

  • Investissements dans les pays fragiles et touchés par des conflits. Malgré la bonne disposition des donateurs à l’égard de ces pays au sortir d’un conflit, à terme, les flux d’aide finissent par se tarir. Compte tenu de la méfiance de nombreux investisseurs face aux risques potentiels, l’assurance contre les risques politiques joue un rôle crucial pour attirer les investissements.

  • Investissements dans des projets complexes, principalement dans les infrastructures et les industries extractives. L’insuffisance d’options de financement public rend l’investissement privé crucial.

  • Appui aux investissements Sud-Sud. Les investissements entre pays en développement représentent une part grandissante des flux d’IDE — tandis que leur intégration économique peut avoir un impact important.
Résultats
Au mois de décembre 2012, ce qui correspond à la fin du premier semestre de l’exercice 2013, la MIGA avait fourni 1,2 milliard de dollars de garanties pour 12 projets (compte non tenu de ceux relevant du Fonds d’affectation spéciale de garantie des investissements en Cisjordanie et à Gaza). L’exposition brute de la MIGA s’élevait à 10,5 milliards de dollars.
  • L’exposition brute globale pour l’Afrique subsaharienne atteignait 2,2 milliards de dollars, soit 21 % de l’exposition brute totale de la MIGA. Celle-ci a émis 745,6 millions de dollars de garantie pour six projets en Afrique subsaharienne : production d’énergie et production de gaz et de pétrole en Côte d’Ivoire ; usine de désalinisation de l’eau au Ghana ; services d’inspection des importations au Niger ; manutention du fret aérien en Sierra Leone ; et extension de la centrale hydroélectrique de Bujagali en Ouganda. Pour comparaison, l’an dernier, la MIGA a émis 636,4 millions de dollars pour 17 projets dans la région.

  • Les investissements dans les pays touchés par un conflit (Côte d’Ivoire, Libye et Sierra Leone) ont représenté un total de 565 millions de dollars — contre des niveaux respectifs de 340 millions et 238 millions de dollars sur les exercices 2012 et 2011. En facilitant les indispensables apports d’IDE, la MIGA participe à l’effort de reconstruction de bon nombre de ces pays, surtout dans la phase cruciale de transition, lorsque les autorités tentent de restaurer la stabilité.

  • Dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, la MIGA a émis une garantie pour un projet d’industrie manufacturière en Libye (c’est la première fois que ce pays fait appel à un instrument financier du Groupe de la Banque mondiale) et fourni pour 150 millions de dollars de réassurance à la Société de promotion des investissements privés à l’étranger (OPIC) afin de couvrir le projet Apache de développement et d’exploration de gisements de pétrole et de gaz en Égypte. La MIGA a en outre soutenu trois petits projets dans le cadre du Fonds d’affectation spéciale de garantie des investissements en Cisjordanie et à Gaza.
Sur l’exercice 2012, la MIGA a fourni 2,7 milliards de dollars de nouvelles garanties, en hausse de 27 % par rapport à 2011. Elle a soutenu 52 projets (dont deux relevant du Fonds d’affectation spéciale de garantie des investissements en Cisjordanie et à Gaza), contre 38 pendant l’exercice 2011. Les projets liés aux domaines stratégiques prioritaires de la MIGA ont représenté 70 % de ces nouvelles transactions, sachant que 58 % des investissements couverts par la MIGA concernaient au moins l’un de ses quatre domaines stratégiques prioritaires, dont plus de la moitié destinés aux pays les plus pauvres. La diversification du portefeuille de la MIGA, qui couvre toutes les régions et tous les secteurs, mérite d’être soulignée.
  • La MIGA poursuit sa diversification géographique. Elle a récemment mis en place un pôle en Asie afin d’accompagner les investisseurs qui cherchent à multiplier leurs opérations sur ces marchés émergents. Les bureaux de la MIGA à Paris s’adressent aux clients européens intéressés par des investissements en Afrique, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, ainsi qu’en Europe orientale et centrale. La MIGA a en outre un représentant en Cisjordanie/Gaza.
Voir aussi
Présentation des garanties de la MIGA
Bulletin d’information aux investisseurs de la MIGA
Programme de micro-investissements
Fonds d’affectation spéciale de garantie des investissements en Cisjordanie et à Gaza
Fonds pour les défis sociaux et environnementaux en Afrique
Rapport sur les investissements dans le monde et les risques politiques

Contacts :
Mallory Saleson,
(202) 473-0844,
msaleson@worldbank.org

Rebecca Post,
(202) 473-1964,
rpost@worldbank.org

Cara Santos Pianesi
(202) 458-2097,
csantospianesi@worldbank.org

Contact pour les investisseurs :
Michael Durr,
(202) 458-4798,
mdurr@worldbank.org

Dernière mise à jour : mars 2013



Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/TRBK8BV2D0