Info-presse en ligne
Ressources pour les journalistes accrédités
Accès membres / Devenir membre

La Banque mondiale et le Tchad signent un protocole d’accord sur la réduction de la pauvreté

Disponible en: English

Contacts:

À Washington: Tim Carrington (202) 473-8133

tcarrington@worldbank.org

Damian S. Milverton(410) 702-5775

dmilverton@worldbank.org

 

WASHINGTON, 14 Juillet 2006— Des représentants de la Banque mondiale et du gouvernement du Tchad ont signé un protocole d'accord selon lequel le gouvernement du Tchad s'engage à consacrer 70% de ses dépenses budgétaires à des programmes prioritaires de réduction de la pauvreté ce qui va contribuer à la croissance à long terme et au développement de nouvelles opportunités grâce à la création d'un fonds de stabilisation. Le Gouvernement va également améliorer la transparence et la bonne gouvernance avec une nouvelle promesse d’appui au rôle que joue le Collège de contrôle et de surveillance des ressources Pétrolières.

 

Les programmes prioritaires identifiés par l'accord portent sur la santé, l'éducation, l'agriculture, les infrastructures, l'environnement, le développement rural, le déminage et la gouvernance.

 

Pendant la période couverte par l’accord, la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) travailleront en partenariat avec le Gouvernement pour développer un cadre devant guider le processus budgétaire annuel et ce, dès le budget 2007. La Banque mondiale continue de travailler avec les autorités sur le budget 2006 en cours d’examen par l’Assemblée nationale. Selon le nouvel accord, les excédants de recettes par rapport aux prévisions du cadre de dépenses seront versés dans un fonds de stabilisation pour être utilisés dans le future.

 

Afin de définir les priorités de la réduction de la pauvreté et fournir un cadre permanent des dépenses, la Banque mondiale, les autres partenaires, et la société civile soutiendront le Gouvernement dans la préparation d’un Document de stratégie de la réduction de la pauvreté (DSRP). La préparation de cette stratégie prendra environ 12 mois et une fois achevée, elle sera mise en œuvre dans le cadre d’une loi.

 

Au début de cette année, la Banque mondiale et le Tchad sont parvenus à un accord intérimaire selon lequel 70% des revenus pétroliers seraient alloués aux secteurs prioritaires. Le nouvel accord étend substantiellement l’engagement du Tchad à ses populations les plus pauvres dans la mesure où 70% de tous les revenus du Tchad seront alloués aux programmes de réduction de la pauvreté.

 

"Nous avons maintenant une bonne base pour travailler. C'est un grand pas en avant", a déclaré le Président de la Banque mondiale, Paul Wolfowitz. "Les autorités tchadiennes se sont engagées à affecter tous les revenus du pétrole, et pas seulement les redevances, aux dépenses de santé et de l'éducation, et autres besoins essentiels des pauvres", a-t-il ajouté.

 

En outre, la Banque et les autorités tchadiennes ont accepté de renforcer le Collège de contrôle et surveillance des ressources pétrolières – une structure indépendante chargée du contrôle de l'utilisation des revenus pétroliers – en s’assurant qu’il dispose de ressources nécessaires pour accomplir efficacement ses tâches.

 

Le nouvel accord prévoit également de continuer à allouer 5% des revenus pétroliers aux projets bénéficiant aux populations de la région productrice de pétrole.

 




Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/4Q001GRFA0