Info-presse en ligne
Ressources pour les journalistes accrédités
Accès membres / Devenir membre

Inde : Un projet permet d'accroître les revenus des femmes

Dernière mise à jour : février 2007
Un projet permet d'accroître les revenus de 8 millions de femmes

Défi à relever

Les indicateurs de pauvreté indiens figurent parmi les plus alarmants de la planète. Dans l’État d’Andhra Pradesh, ces indicateurs sont encore plus mauvais : en 2000, 30 % de la population vivait sous le seuil de pauvreté ; le taux de malnutrition des enfants de 0 à 6 ans avoisinait les 30 % ; et le taux d’alphabétisation des femmes était de 33 %, l’un des plus bas du pays. Des décennies de programmes de lutte contre la pauvreté ont échoué.

La démarche suivie

Le Andhra Pradesh District Poverty Initiatives Project (Projet d’initiatives de lutte contre la pauvreté du district de l’Andhra Pradesh) et le Andhra Pradesh Rural Poverty Reduction Project (Projet de réduction de la pauvreté en milieu rural en Andhra Pradesh) étaient conçus pour permettre aux populations rurales pauvres d’améliorer leurs conditions et leur qualité de vie, ainsi que de réduire leur vulnérabilité aux chocs tels que la maladie, les décès dans la famille, les récoltes déficitaires, les maladies du cheptel, etc. À cette fin, les projets ont facilité l’organisation en petits groupes et l’autogestion dans les communautés rurales, avec une focalisation particulière sur les femmes. Il s’agissait également de faciliter l’accès des pauvres à des services financiers en suscitant l’intérêt du secteur privé pour ce marché méconnu, mais à fort potentiel. La constitution, par les femmes pauvres, de groupes d’entraide leur servant de garantie réciproque et de caution bancaire est un aspect essentiel de la gestion des risques.

Résultats

Dans l’État d’Andhra Pradesh, les revenus de près de 90 % des ménages ruraux pauvres, dont ceux de 8 millions de femmes, ont augmenté.

Principales réalisations :
- Le nombre de ménages ayant accès au crédit a augmenté de plus de 6 millions en 2006, par rapport à moins de 500 000 en 2000.
- Un secteur financier pour les pauvres voit actuellement le jour en Andhra Pradesh. Les banques prêtent aujourd'hui 20 fois plus aux ménages pauvres en milieu rural qu’avant le projet, ayant identifié un vaste nombre de nouveaux clients. Les flux de crédit annuels à destination des ménages pauvres ont augmenté, passant de 23 millions de dollars en 2000 à 445 millions de dollars en 2006. Depuis 2000, le flux de crédit cumulé provenant des banques commerciales s’élève à 1,1 milliard de dollars.
- L’épargne cumulée des ménages pauvres a atteint 292 millions de dollars en 2006.
- Plus de 1,2 million de paysans pauvres bénéficient d’une assurance décès ou invalidité permanente, alors qu’ils n’étaient que 1 000 à en profiter avant le projet.
- Près de 8 millions de femmes pauvres en zone rurale se sont organisées en 629 870 groupes d’entraide et 28 282 associations villageoises. Le projet compte permettre à l’ensemble des foyers ruraux pauvres de s’organiser sur ce modèle d’ici à 2008.
- Quelques 20 600 jeunes personnes ont été formées et se voient offrir des emplois dans les secteurs des services et de la construction par le biais de partenariats avec des sociétés privées.
- Les projets ont aidé les organisations communautaires à vendre leurs produits frais et leurs services à de meilleurs prix sur le marché.

 

Contribution de l’IDA

- L'IDA a contribué 261 millions de dollars depuis 2000.
- La stratégie de l’IDA en matière d’investissement en Andhra Pradesh consiste à utiliser des investissements publics et privés pour que les populations en situation de pauvreté constituent un risque acceptable, et une clientèle attirante en matière de crédit et d’investissement. Les projets investissent en moyenne 140 dollars par ménage, mais ce petit montant déclenche quelques 3 450 dollars d’investissements en prêts par des institutions financières commerciales.
- L’IDA a apporté une assistance technique en matière de développement institutionnel, d’élaboration de produits financiers, de facilitation de liens avec le marché, ainsi que de surveillance et d’évaluation de celui-ci ;
- Ces programmes tirent parti du Projet de lutte contre la pauvreté en Asie du Sud (South Asia Poverty Alleviation Project) du Programme des Nations Unies pour le développement (UN Development Programme), ainsi que sur l’expérience des groupes d’entraide de femmes acquise par le gouvernement de l’État sur une décennie.

Prochaines étapes

La capacité de mise en œuvre de groupes d’entraide renforcés par ces projets de l’IDA s’est traduite en actes dans des domaines dans lesquels des nécessités se faisaient sentir, en dehors du périmètre immédiat du projet. Quelques 20 millions de dollars ont par exemple été apportés pour reconstituer les moyens de subsistance affectés par le tsunami, dans un délai de six mois suivant la catastrophe, en faisant appel au ciblage communautaire et à la microplanification mis en place dans le cadre de ces projets. De la même manière, les groupes d’entraide font office de franchises pour les divers programmes publics, y compris de sensibilisation au SIDA.

Pour aider la plupart des ménages en situation de pauvreté à s’en sortir et pour que l’Andhra Pradesh atteigne les Objectifs de développement du millénaire au plus tard en 2015, environ 600 millions de dollars sont nécessaires. Cela permettra de mettre en place des institutions de bonne qualité et d’utiliser plus de ressources provenant de banques commerciales et d’autres institutions financières. Le succès et l’échelle de ces projets ont induit une demande d’opérations similaires en Asie du Sud, et en particulier dans les États les plus pauvres d’Inde orientale, au Pakistan, en Afghanistan, au Népal, au Sri Lanka et au Bangladesh.

En savoir plus

Projet d'appui aux initiatives de lutte contre la pauvreté au niveau des districts dans l'Andhra Pradesh (2000-2006) et Projet de réduction de la pauvreté dans les zones rurales de l'Andhra Pradesh (2002-2007)
Documents du project I  |  Documents du projet II | Fiche d'information (texte uniquement)




Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/A3OKGZTTE0