Info-presse en ligne
Ressources pour les journalistes accrédités
Accès membres / Devenir membre

Ghana: amélioration du système de santé

Dernière mise à jour : février 2007
Une approche novatrice au Ghana a permis d'améliorer le système de santé
La situation sanitaire s'améliore au Ghana grâce à une approche sectorielle
Liens :
- Qu'est-ce que l'IDA ?
- Nos activités au Ghana

En savoir plus sur le Ghana :
(Les liens ci-dessous sont en anglais.)
- Emprunts précédents
- Données et statistiques
- Recherche
- Contacts

Le défi à relever

En dépit des progrès remarquables que le Ghana accomplis dans les années 90, surtout comparé au reste de l'Afrique, la situation sanitaire de sa population restait précaire. Le pays avait beau être doté d'un des systèmes de santé les plus avancés du continent, sa couverture était largement insuffisante pour répondre aux besoins des Ghanéens.

La démarche suivie

- Le Projet d'appui au secteur de la santé a aidé le gouvernement à mettre en œuvre sa stratégie de santé à moyen terme, officiellement intitulée « Vision 2020 ».
- Il a adopté une approche novatrice portant sur l'ensemble du secteur et axée sur la réorganisation du ministère de la Santé et l'effort de planification en matière de santé publique.

Résultats

Le ministère de la Santé a été réorganisé et l'accès aux services de santé amélioré, contribuant à mettre les soins de santé à la portée du citoyen moyen.

Principales réalisations :
- À présent, 98 % des femmes enceintes bénéficient de soins prénatals.
- Sur le plan géographique, les possibilités d'accès aux services de santé se sont renforcées : non seulement les infrastructures existantes ont été remises en état, mais le pays dispose à présent de deux hôpitaux de district nouveaux (en plus de 11 autres qui sont d'anciens centres de santé mis aux normes), de 126 nouveaux centres de santé et de trois nouveaux hôpitaux régionaux.
- Un service ininterrompu a été institué dans les hôpitaux, et les soins de santé primaire ont été améliorés. L'approvisionnement continu en médicaments essentiels s'est traduit par un taux de disponibilité de 95 à 100 % à l'échelon des districts.
- Le nombre de visites ambulatoires par habitant est passé de 0,39 en 1996 à 0,49 en 2001. Le pourcentage d'accouchements assistés par du personnel sanitaire est passé de 38 à 50 %. Le taux de vaccination contre la poliomyélite est passé de 49 % en 1996 à 98 % en 2001.
- L'apport de fonds, de programmes de formation et de matériel a renforcé le processus de décentralisation de la prise de décisions au profit des services de gestion en place au niveau des régions et des districts.

Contribution de l’IDA

- Apport financier de 34,2 millions de dollars entre 2002 et 1997.
- Les avis de politique sectorielle fournis par l'IDA, en collaboration avec d'autres organismes bilatéraux et multilatéraux, ont en outre aidé le pays à entreprendre la réforme de son secteur de la santé.
- L'IDA a introduit ce qui était à l'époque une approche novatrice de portée sectorielle (ce qui se fait souvent désormais) après avoir procédé à une analyse de la situation sanitaire dans le pays. Elle a fait prendre conscience aux autres donateurs de la nécessité d'un changement complet, ce qui tranchait radicalement par rapport à l'approche suivie habituellement. Le processus de mise au point et de planification a mis en jeu de nombreux partenaires partageant les mêmes objectifs de développement mais suivant des procédures différentes.
- L'apport de ressources au secteur de la santé a été effectué par l'IDA au moyen d'un Fonds de santé tenu en commun avec les autres partenaires de développement. L'IDA a par ailleurs fourni un appui technique pour le compte de l'ensemble de ces partenaires, notamment en matière de gestion financière et pour la mise en place d'un système fiable de passation des marchés.

Partenaires

De nombreux partenaires ont été associés à ce processus de renforcement du programme de réforme de la santé au Ghana, notamment divers organismes des Nations Unies, la Communauté européenne, et les pays suivants : Danemark, États-Unis, Japon, Pays-Bas et Royaume-Uni.

Prochaines étapes

- Les taux de mortalité infantile, juvénile et maternelle sont en train de stagner, d'où la nécessité d'accroître les interventions pour assurer la réalisation des objectifs ciblés établis à cet égard dans le contexte des ODM.
- Le secteur de la santé fait à présent l'objet d'un crédit complémentaire d'environ 90 millions de dollars de la part de l'IDA. L'apport escompté de la part d'autres partenaires extérieurs s'élève à 325 millions de dollars, et celui de l'État à 638 millions de dollars, pour un programme sur cinq ans dont le coût global est estimé à 1 113 millions de dollars.
- La préparation de ce projet relais de la Banque mondiale a donné à celle-ci l'occasion de mettre à jour et d'ajuster certaines de ses propres procédures (notamment dans les domaines de la passation des marchés et de la gestion financière).

En savoir plus

Projet d'appui au secteur de la santé (1997-2002)
Documents du projet | Fiche synthétique