Info-presse en ligne
Ressources pour les journalistes accrédités
AccÚs membres / Devenir membre

Sénégal: un biocarburant durable bénéficie aux populations

 
DerniĂšre mise Ă  jour : avril 2007
IDA - Sénégal

Le défi à relever

À l’époque oĂč le projet Ă©tait en prĂ©paration, les carburants forestiers traditionnels (bois de chauffage et charbon de bois) reprĂ©sentaient 53 % de la consommation Ă©nergĂ©tique sĂ©nĂ©galaise. Les principales zones urbaines regroupaient la plus grande consommation de charbon de bois. Au fil des ans, le dĂ©veloppement de l’industrie du charbon de bois au SĂ©nĂ©gal a eu pour consĂ©quence (i) la perte graduelle du manteau forestier (approximativement 30 000 hectares par an) dĂ©gradant la biodiversitĂ© et la capacitĂ© de stockage du carbone dans l’écosystĂšme ; (ii) la dĂ©gradation de l’environnement rural (des sols en particulier) ; (iii) l’appauvrissement des zones rurales et une accĂ©lĂ©ration de l’exode rural ; et (iv) un transfert massif des richesses des communautĂ©s rurales vers quelques nĂ©gociants urbains en bois de chauffage. Ces impacts nĂ©gatifs ont affectĂ© de maniĂšre disproportionnĂ©e les femmes et les enfants des campagnes.

La démarche suivie

Pour tenir compte Ă  la fois de l’offre et de la demande en bois de chauffage, le projet a adoptĂ© une approche globale qui comprend les mesures suivantes :
- Cartographie des ressources forestiĂšres, prĂ©paration de plans participatifs de gestion durable des forĂȘts et formation des communautĂ©s sur la mise en place de ces plans, qui concernent plus de 300 000 hectares de forĂȘts dans les rĂ©gions de Tambacounda et de Kolda, enfin, renforcement du processus de zone tampon autour du parc national Niokolo-Koba.
- Établissement de systĂšmes de surveillance et d’évaluation forestiĂšre basĂ©s sur le SIG.
- DĂ©veloppement de mĂ©thodes de substitution de combustibles du secteur privĂ© et de l’utilisation de poĂȘles amĂ©liorĂ©s.
- Renforcement des institutions impliquĂ©es dans la gestion du secteur et promotion de la participation de la sociĂ©tĂ© civile, en se concentrant spĂ©cifiquement sur les femmes et les occasions de mobilisation aux niveaux des villages et des rĂ©gions. Les villages sont devenus contractuellement responsables des forĂȘts dans la zone du projet.

RĂ©sultats

Les rĂ©sultats ont montrĂ© que, tout en arrĂȘtant la dĂ©forestation, la production et la commercialisation de biocarburants peuvent ĂȘtre stabilisĂ©es, ce qui contribue Ă  prĂ©server l’écologie et Ă  augmenter les revenus des villages. En 2004, plus de 20 % de la consommation sĂ©nĂ©galaise de biocarburant provenaient de forĂȘts gĂ©rĂ©es durablement.

Principales réalisations :
- Les forĂȘts gĂ©rĂ©es durablement par les communautĂ©s se sont Ă©tendues Ă  une superficie de plus de 378 161 hectares (un chiffre qui surpasse les objectifs du projet), fournissant plus de 370 000 tonnes de biocarburant durable par an.
- Les villageois ont bĂ©nĂ©ficiĂ© d’actions de dĂ©veloppement rural et de formation s’ils respectaient les plans de forĂȘts durables. Des microentreprises communautaires ont Ă©tĂ© crĂ©Ă©es, regroupant des unitĂ©s de carbonisation amĂ©liorĂ©e gĂ©rĂ©es par les bĂ©nĂ©ficiaires, des coopĂ©ratives d’apiculteurs, des unitĂ©s/systĂšmes collectifs et individuels de diversification agricole ; des unitĂ©s d’élevage de bĂ©tail et de volailles, des unitĂ©s d’artisanat, etc. Alors que les activitĂ©s liĂ©es aux biocarburants et Ă  l’élevage de bĂ©tail ont Ă©tĂ© principalement rĂ©servĂ©es aux hommes, les autres activitĂ©s ont, pour la plupart, Ă©tĂ© gĂ©rĂ©es directement par les femmes.
- Une base de revenus incrĂ©mentiels durables (des produits du bois ou non) a Ă©tĂ© Ă©tablie, d’un montant total d’environ 12,5 millions de dollars par an, soit l’équivalent d’une moyenne de 40 000 dollars par village participant. Sur ce total, plus de 30 % dĂ©coulaient des activitĂ©s Ă©conomiques gĂ©nĂ©rĂ©es par les femmes.
- Plus de 20 % de l’approvisionnement Ă©nergĂ©tique du SĂ©nĂ©gal en 2004 provenaient de ressources renouvelables sous la forme de biocarburants durables. (Cette proportion est aujourd’hui passĂ©e Ă  50 %, grĂące au lancement d’un programme d’abattage durable de bois vert avec rotation sur huit ans).
- Les substitutions de combustibles (du charbon de bois au kĂ©rozĂšne et au GPL) et l’utilisation de poĂȘles amĂ©liorĂ©s ont directement profitĂ© Ă  quelque 250 000 familles dans les principales rĂ©gions urbaines et pĂ©ri-urbaines du SĂ©nĂ©gal, rĂ©duisant les effets nĂ©gatifs sur la santĂ© associĂ©s Ă  la pollution intĂ©rieure.
- Les actions de formation et les plans de microcrĂ©dits ont favorisĂ© la crĂ©ation d’un marchĂ© Ă©conomique viable pour les poĂȘles amĂ©liorĂ©s.

Contribution de l’IDA

- L’IDA a contribuĂ© Ă  hauteur de 5,2 millions de dollars au projet, dont le montant total s’élevait Ă  19,8 millions de dollars.
- Elle a Ă©tĂ© la premiĂšre Ă  utiliser le SIG pour le dĂ©veloppement des plans participatifs et communautaires de gestion des forĂȘts et des ressources naturelles.
- Elle a lancĂ© des dĂ©marches communautaires de dĂ©veloppement rural qui seront reproduites dans les rĂ©gions non forestiĂšres, dans lesquelles l’activitĂ© Ă©conomique principale sera l’agriculture, la pĂȘche ou autre.

Partenaires

De la prĂ©paration Ă  la supervision du projet, la Banque mondiale a travaillĂ© en Ă©troite collaboration avec l’agence de coopĂ©ration nĂ©erlandaise (DGIS) qui a versĂ© 8,8 millions de dollars. Le Fonds pour l’environnement mondial a Ă©galement co-financĂ© le projet (4,7 millions de dollars).

Prochaines Ă©tapes

- La crĂ©ation d’une base de revenus durables et diversifiĂ©s et la gĂ©nĂ©ration d’une demande productive d’énergie ont incitĂ© 317 villages situĂ©s dans la zone du projet Ă  se porter candidats Ă  l’électrification rurale et Ă  l’accĂšs Ă  d’autres services Ă©nergĂ©tiques modernes.
- Une deuxiĂšme phase de transition de ce projet est aujourd’hui en cours, portant sur 269 000 hectares supplĂ©mentaires. Un second projet devrait Ă©tendre le succĂšs du modĂšle communautaire et participatif PROGEDE Ă  d’autres parties du SĂ©nĂ©gal, Ă  partir de 2008.

En savoir plus

Projet : gestion durable et participative de l’énergie (1997-2004)
Documents du projet




Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/OOG9XE3PX0