Info-presse en ligne
Ressources pour les journalistes accrédités
Accès membres / Devenir membre

L’amélioration de la production de coton en Ouganda

Dernière mise à jour : avril 2007
L’IDA en action : l’amélioration de la production de coton en Ouganda

Défi à relever

Le secteur de l’agriculture en Ouganda est de loin la source principale de revenus, d’emploi, d’alimentation et de devises du pays : plus de 88 % de la population vit dans les zones rurales, tirant ses revenus de l’agriculture. Mais les exportations de coton ougandais ont fortement baissé, passant de plus de 500 000 balles par an au début des années 1970 à moins de 30 000 balles par an dans les années 1980 en raison de la baisse des prix de la bourre de coton.

Démarche

Le projet de développement du sous-secteur du coton soutenu par l’IDA était destiné à faire revivre la production et les exportations de coton en accroissant la concurrence dans les domaines du traitement et de la commercialisation du coton et en améliorant les services d’assistance aux agriculteurs. Plus spécifiquement, l’objectif du projet était d’améliorer la performance de l’industrie de l’égrenage du coton, de fournir un programme national de recherche et de développement et d’améliorer le crédit et la livraison de graines aux agriculteurs.

Résultats

L’industrie du coton a vécu une réhabilitation après un état de délabrement : la production a augmenté de plus de 400 % par rapport aux niveaux d’avant le projet.

Principales réalisations :
- La production moyenne de coton a atteint les 120 000 balles par an en 2001-2002, contre 35 000 balles en 1993-1994.
- La superficie de production de coton est passée de 55 000 hectares en 1993-1994 à 119 000 en 2000-2001.
- Le rendement de coton a augmenté à 440 kg/ha en 2000-2001, contre 360 kg/ha en 1994-1995.
- Les usines nationalisées d’égrenage ont restauré leurs capacités financières grâce à un programme d’allègement de la dette financé par le projet. Une concurrence efficace dans le traitement du coton a résulté en des paiements rapides aux agriculteurs.
- L’industrie est aujourd’hui bien desservie par l’autorité semi-indépendante d’organisation du développement du coton et l’association ougandaise des égreneurs et exportateurs de coton.
- L’institut réhabilité de recherche agricole Serere a restauré la pureté génétique et la qualité physiques des plants.
- Des technologies pesticides intégrées ont été essayées avec succès et adoptées par les agriculteurs.
- Bien que la réduction de la pauvreté ne soit pas un objectif explicite du projet, le taux de pauvreté rurale dans l’Ouganda de l’est (où la pauvreté est élevée) est passé de 58,8 % en 1992-1993 à 46,0 % en 2002-2003.

Contribution

- Le coût total du projet était de 28,5 millions de dollars, avec un financement de l’IDA de 13,8 millions de dollars de 1994 à 2001.
- Les conseils politiques et analytiques rigoureux de l’IDA ont posé les fondements d’un dialogue efficace avec le gouvernement, le secteur privé et les agriculteurs ; ceci a résulté en un accroissement de l’engagement pour libéraliser l’industrie du coton.
- L’IDA a appuyé le pilotage et l’adoption réussis de nouvelles technologies par les fermiers et de mécanismes efficaces d’attribution de crédits.

Partenaires

Le Fonds international pour le développement de l’agriculture (FIDA).

Prochaines étapes

La production de coton a atteint 150 000 balles en 2003-2004 grâce au soutien de l’USAID (dont l’objectif était d’accroître la compétitivité du coton ougandais sur les marchés internationaux). Les recettes des exportations de coton n’ont que pratiquement doublé en raison de la faiblesse des prix internationaux, mais le sous-secteur a montré une résilience aux mouvements des prix, rendant la pérennité hautement probable. Les perspectives d’accès au crédit rural s’améliorent et le fondement a été posé pour un système d’approvisionnement fiable en graines. L’IDA a continué son appui par le biais des services de conseils à l’agriculture nationale, une approche innovante conçue pour faire passer la prestation de services de vulgarisation agricole du secteur public à la délivrance gérée et détenue par les agriculteurs.

En savoir plus

Projet de développement du sous-secteur du coton (1994-2001)
Documents du projet




Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/JVQABMYGR0