Info-presse en ligne
Ressources pour les journalistes accrédités
Accès membres / Devenir membre

Usine Mozal au Mozambique

Dernière mise à jour : mai 2007
L’IDA en action : encourager l’investissement et la croissance économique au Mozambique
Encourager l’investissement et la croissance économique au Mozambique
Liens :
Qu’est-ce que l’IDA ?
- Nos activités au Mozambique (en anglais)

En savoir plus sur le Mozambique :
(les liens ci-dessous sont en anglais)
- Emprunts précédents
- Données et statistiques
- Recherche
- Contactez-nous

Défi à relever

Après la fin du conflit au Mozambique, la restauration de la stabilité macroéconomique et la création d'un environnement propice aux secteurs à forte croissance potentielle constituaient des défis critiques.

Démarche

Le projet Mozal de construction d’une installation de fonderie destinée à produire de l’aluminium pour l’exportation, était le premier projet d’investissement étranger de grande ampleur au Mozambique. Les efforts conjoints de l’IDA, l’Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA) et la Société financière internationale, qui font toutes partie du Groupe de la Banque mondiale, ont permis l’achèvement de Mozal I avec six mois d’avance et pour un budget inférieur à celui prévu initialement. Le premier aluminium a été produit en juin 2000. En 2003, l’usine de Mozal a été agrandie afin de doubler sa capacité et de la porter à plus de 500 000 tonnes par an, pour en faire l’une des plus importantes fonderies de la planète.

Résultats

Faisant office de catalyseur des investissements étrangers au Mozambique après la guerre civile, le projet a représenté environ 3 % du PIB et 5 à 10 % de la croissance économique récente, avec des apports importants dans les domaines de l’emploi, des recettes fiscales, du change et des infrastructures.

Principales réalisations :
- Le projet a permis de multiplier par trois les exportations du pays et ajouté plus de 7 % du PIB au cours de ses premières années d’exploitation et, d’après les estimations, environ 10 % en 2001. Son impact sur la balance commerciale a été positif à hauteur de 173 millions de dollars par an.
- Au cours de ses cinq premières années, le projet a généré plus de 300 millions de dollars de profit sur change au bénéfice du Mozambique, et environ 70 millions de dollars en recettes fiscales pour le gouvernement.
- Des voies de circulation, des ports, des unités de production d’électricité, des installations de télécommunications, l’approvisionnement d’eau et des systèmes de drainage ont été construits ou modernisés en liaison avec l’implantation de Mozal.
- Au cours des deux phases de sa construction, Mozal a créé 15 000 emplois qui, pour la plupart, sont allés à des mozambicains. Le projet fournit actuellement du travail à 1 150 salariés permanents, 1 600 sous-traitants et 10 000 personnes indirectement, par le biais d’entreprises sous-traitantes locales.
- Grâce à des fiducies spéciales, le Mozal Community Development Trust (MCDT) et le SME Empowerment Linkage Program (SMEELP), Mozal apporte son soutien à des communautés vivant aux alentours de la fonderie, avec des activités dans les secteurs des infrastructures communautaires, de l’éducation et de la formation, de la santé (prévention du SIDA, malaria, etc.), de l’environnement, du développement de PME, des sports et de la culture.
- Le projet, qui est le plus gros investissement étranger au Mozambique, a démontré que des investissements à grande échelle pouvaient être couronnés de succès dans l’environnement post-conflit du pays. Des investisseurs étrangers ont, depuis lors, développé plusieurs projets à forte intensité capitalistique (projet minier Moma, pipeline SASOL et port de Maputo Port).

Contribution

Après la fin du conflit au Mozambique, la stratégie de l’IDA a été axée sur la restauration de la stabilité macroéconomique, la mise en place de conditions propres à encourager l’émergence et l’expansion de secteurs à fort potentiel de croissance, et le développement des ressources humaines. Avant 1998, l’année de la mise en service du projet Mozal, 1,4 milliard de dollars en fonds de l’IDA ont été approuvés pour des projets au Mozambique. Certains de ces projets, tels que la réforme de l’administration publique, ont contribué à encourager de manière indirecte le climat du pays en matière d’investissement. Au cours de cette période, d’autres projets de l’IDA ont eu un impact plus immédiat et ouvert la voie à l’investissement de Mozal :
- Développement d’infrastructure : une série d’investissements de l’IDA en matière de développement et de modernisation des transports, tels que le Projet d’assistance technique à la revitalisation du corridor de Maputo (Maputo Corridor Revitalization Technical Assistance Project) et le Premier projet d’aménagement d’axes routiers et de transport maritime côtier (First Roads and Coastal Shipping Project), ont contribué à améliorer les systèmes d’axes routier, ferroviaires et portuaires desservant la ville de Maputo et ses environs.
- Privatisation des transports : des initiatives destinées à réduire la part du gouvernement dans le secteur privé, telles que le Projet de restructuration d’entreprise industrielle (Industrial Enterprise Restructuring Project) et le troisième Crédit de redressement économique (Third Economic Recovery Credit), ont contribué à la privatisation du port de Maputo et à des opérations ferroviaires, améliorant l’accès du fret aux installations.
- Modernisation de l’alimentation en énergie : par le biais de son Projet d’assistance technique et de réhabilitation énergétique (Energy Technical Assistance and Rehabilitation Project), l’IDA s’est attachée à remettre en état les installations et le matériel, ainsi qu’à améliorer le contrôle, par la direction, du réseau de distribution d’énergie de Maputo. Associé à l’investissement d’Eskom, en 2000, dans le secteur de l’énergie, cet effort est venu renforcer la fiabilité de l’alimentation en électricité des installations de traitement et de fabrication de la région de Maputo.
- Promotion du secteur privé : d’autres efforts de l’IDA, tels que le Projet de développement de PME (Small/Medium Scale Enterprise Development Project), et d’autres activités non dédiées aux prêts, telles que la Conférence sur le développement du secteur privé (Private Sector Development Conference) et l’Étude sur les entraves au redressement industriel (Study on Impediments to Industrial Recovery), ont amélioré le climat de l’investissement au Mozambique et promu le potentiel du pays en tant que destination des investissements internationaux.

Résultats

- En 1998, la MIGA a apporté son soutien en émettant une garantie de 40 millions de dollars à l’intention de l’Industrial Development Corporation of South Africa Limited (IDC) pour couvrir ses garanties de prêt à la Banque européenne d’investissement (BEI) en liaison avec son investissement dans le projet. La garantie couvrait l’investissement contre les risques d’expropriation, de guerre et de troubles civils. En 2000, la MIGA a étendu une autre garantie de 70 millions de dollars à Eskom, société sud-africaine de production d’électricité, pour de nouvelles installations de distribution d’électricité fournissant une alimentation critique au site de Mozal et à la zone environnante.
- La SFI a soutenu le projet Mozal à la fois par des financements et en aidant la société à améliorer sa contribution durable à la communauté locale. La SFI a fourni 75 millions de dollars pour la construction initiale du site de Mozal, et 91 millions de dollars pour son extension en 2003. La SFI a également apporté sa contribution au développement du programme Small and Medium Enterprise (SME) Empowerment Linkages de Mozal. Elle a notamment alloué des aides au développement du potentiel des PME et offert aux fournisseurs tuteurs un soutien en matière de management. À titre de soutien aux initiatives de Mozal en matière de santé publique, la SFI a versé 100 000 dollars à un programme de sensibilisation et de prévention du SIDA, ainsi qu’une aide stratégique à l’une des cliniques médicales du Community Development Trust de Mozal, dans le but d’empêcher la transmission du VIH de la mère à l’enfant.

Prochaines étapes

Le programme de développement du Mozambique est actuellement centré sur l’exploitation de l’impact positif de grands projets comme Mozal pour encourager la croissance économique dans d’autres secteurs de l’économie. Même si les « méga-projets » ont contribué dans une large mesure à renforcer la croissance économique et les revenus, de nombreuses PME locales dans tout le pays sont toujours confrontées à des difficultés ; la productivité de la main d’œuvre et du capital sont inférieures aux moyennes régionales et certains portefeuilles bancaires connaissent des difficultés importantes. En plus du récent programme en faveur de l’annulation de la dette de 2,4 milliards de dollars au Mozambique, l’actuelle stratégie d’assistance nationale de l’IDA prend en compte la croissance générée par les activités agricoles et à forte intensité de main d’œuvre, ainsi que par les services, susceptibles de contribuer à répartir la richesse et les opportunités économiques avec plus d’équité dans le pays.




Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/AULY5YJZB0