Info-presse en ligne
Ressources pour les journalistes accrédités
Accès membres / Devenir membre

Rwanda: Un combat contre le VIH/SIDA

Dernière mise à jour : avril 2007
L'IDA en action au Rwanda - Santé

Défi à relever

Lors de l’élaboration du projet en 2002, le Rwanda se classait parmi les 10 pays africains les plus gravement touchés par le VIH/SIDA. À cette époque, le financement n’était pas adapté à l’étendue et à l’ampleur de l’épidémie, et la thérapie antirétrovirale pouvant sauver des vies était uniquement accessible, dans quelques centres urbains, à ceux qui avaient les moyens de se l’offrir.

Démarche

Dès le départ, le gouvernement rwandais a fait preuve d’un engagement marqué vis-à-vis de la prévention et du traitement du VIH. Il a rapidement reconnu l’impact négatif de l’épidémie sur le développement, a adopté une approche multisectorielle et a développé un plan stratégique national de lutte contre le VIH/SIDA. Le Rwanda a demandé l’appui de la Banque dans le cadre du Programme plurinational de lutte contre le VIH/SIDA (MAP) en Afrique. Le projet est financé par un don de 30,5 millions de dollars de l’IDA et couvre toute la gamme de services préventifs, médicaux et de soutien à l’attention des personnes victimes du VIH/SIDA. La plupart des activités ont eu une portée nationale et ont été financées sur base de la demande. Les organisations de la société civile, les organisations confessionnelles et les associations de citoyens ont fortement bénéficié de cette aide.

Résultats

L’accès aux soins et au traitement pour les personnes atteintes du SIDA a été étendu aux zones rurales où la majorité des Rwandais vivent avec moins de 0,70 dollar par jour. Ce développement a permis de réduire les taux d’infection au VIH des jeunes rwandais.

Principales réalisations :
- Dans le cadre du projet MAP, plus de 5 000 patients ont bénéficié d’importantes subventions pour accéder à la thérapie antirétrovirale pouvant sauver des vies, soit environ 60 % des demandeurs. La majorité de ces patients sont des femmes pauvres qui auraient pu succomber à la maladie. Au total, le Rwanda a offert un traitement antirétroviral à plus de 32 000 patients sur 130 sites répartis dans le pays, contre 870 patients sur 7 sites en décembre 2002.
- On assiste également à une évolution encourageante en termes de prévention. Le pourcentage de femmes sachant identifier les méthodes correctes de prévention de la transmission sexuelle et s’élevant contre les idées reçues a sensiblement augmenté, passant d’environ 23 % en 2000 à plus de 51 % en 2005. On a par ailleurs constaté un recul des taux d’infection au VIH parmi les jeunes rwandais (ONUSIDA 2006), une baisse à laquelle le projet a contribué.
- Dans le cadre de ce projet financé par l’IDA, environ 500 000 personnes ont subi un test de dépistage.
- Environ 12 millions de préservatifs ont été distribués.
- Quelque 27 000 orphelins et enfants vulnérables ont bénéficié d’une participation financière à leurs frais de scolarité.
- Environ 52 000 foyers ont obtenu une subvention leur permettant de souscrire à une assurance santé communautaire, soit 250 000 personnes concernées.
- Environ 100 000 individus ont pu participer à des activités rémunératrices.
- Des capacités de diagnostic, de traitement et de suivi des patients atteints du SIDA ont été développées dans 12 hôpitaux régionaux qui reçoivent environ 2 millions de Rwandais. Le programme est en phase de décentralisation au sein de 18 centres de santé supplémentaires, ce qui permettra de réduire le temps de déplacement des patients et les coûts du système.
- Des approches innovantes ont été mises en place, comme la création de bons pour un test de dépistage du VIH et de contrats de services de VIH/SIDA basés sur la performance.

Contribution

- Les subventions s’élèvent à 30,5 millions de dollars depuis 2003 ; une subvention supplémentaire de 10 millions de dollars a récemment été approuvée par les membres du Conseil d’administration de la Banque.
- L’IDA a financé des travaux d’analyse qui ont débouché sur l’élaboration du programme de traitement ; les "US Centers for Disease Control" ont été mandatés pour réaliser une étude de référence et pour développer un modèle de soins pour le projet.
- L’IDA a consacré un budget aux traitements antirétroviraux, tandis que la Banque mondiale et le Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme ont financé les médicaments génériques. Le United States President’s Emergency Plan for AIDS Relief (PEPFAR ou Plan d’urgence du président des États-Unis pour l’aide contre le sida) a parallèlement fourni des médicaments de marque sur la base des tarifs négociés au préalable par la Fondation Clinton et des systèmes d’approvisionnement nationaux. Cette approche a permis de générer d’importantes réductions de coût et de développer des compétences approfondies en matière de planification et de prévision.
- L’IDA a été le fer de lance d’une importante étude sur l’impact du programme national.
- L’IDA a contribué à la création de capacités nationales destinées à répondre au problème du VIH grâce à des mécanismes de répartition des fonds à l’échelle nationale. Les systèmes du Programme d’action plurinational de planification et de contrôle ont également servi de modèle pour le développement d’un système de planification et de contrôle à l’échelle régionale.
- Grâce à ce programme, l’IDA complète les besoins de financement, en sa qualité de bailleur de fonds de dernier ressort. Le programme est un gage de rapidité et de souplesse et permet de tirer les leçons des expériences passées. En outre, il encourage les stratégies participatives qui incitent les bénéficiaires à envisager leurs propres interventions.

Partenaires

Le Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme, les US Centers for Disease Control et le United States President’s Emergency Plan for AIDS Relief (PEPFAR).

Prochaines étapes

À ce stade, le principal défi à relever consiste à utiliser la subvention de 10 millions de dollars récemment approuvée pour consolider et préserver les résultats obtenus grâce aux investissements initiaux et pour développer une stratégie de financement à long terme de lutte contre le VIH/SIDA.

En savoir plus

Projet multisectoriel sur le VIH/SIDA (2003-08)
Documents du projet  |  Subvention supplémentaire (Février 2007) | Rapport sur le SIDA (extrait en anglais) | Article (a)

 


Liens utiles

Les prix alimentaires reculent mais restent élevés et proches de leurs pics historiques
L'innovation : un vecteur promouvant l’égalité des sexes et le développement économique en Afrique, selon la Banque mondiale
Les marchés alimentaires d’Afrique pourraient générer une opportunité de 1 000 milliards de dollars à l’horizon 2030



Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/D3UWNN3NR0