Info-presse en ligne
Ressources pour les journalistes accrédités
Accès membres / Devenir membre

Kenya : la Banque mondiale approuve un projet d’eau et d’assainissement d’un coût de 150 millions de dollars

Disponible en: English
Communiqué de presse n°:2008/168/AFR

Contacts
À Nairobi: Keziah Muthoni Muthembwa (+254-20) 322 6484
kmuthembwa@worldbank.org 
À Washington: Janique Racine (+1-202) 458 2048
jracine@worldbank.org

NAIROBI, le 20 décembre 2007 — Le Conseil des Administrateurs de la Banque mondiale a approuvé aujourd’hui un crédit* d’un montant de 150 millions de dollars en faveur du Kenya pour accroître l’accès aux services d’eau potable et d’assainissement dans les régions desservies par les services des eaux Athi Water Services Board, Coast Water Services Board et Lake Victoria North Water Services Board.

Le Projet d’amélioration des services d’eau et d’assainissement (WaSSIP) permettra d’augmenter l’accès à des services d’approvisionnement en eau et d’assainissement fiables, abordables et durables, et d’améliorer les services d’eau et d’assainissement des zones desservies par les trois services des eaux susmentionnés. Actuellement, environ 60 % des Kenyans ont accès à l’eau potable  tandis que 80 % ont  accès à des services d’assainissement de base. Le projet devrait bénéficier à quelque 9,3 millions de Kenyans répartis dans 27 districts en donnant l’accès à de meilleurs services d’eau et d’assainissement, y compris les habitants de certains quartiers urbains informels parmi les plus vastes du Kenya.  

« Les réformes entreprises dans le secteur de l’eau ont imprimé le rythme de la réforme du reste de l’économie du pays. Cela a débuté en 2002 par le vote d’une nouvelle loi sur l’eau et l’effort a été poursuivi par un autre gouvernement, en mettant résolument l’accent sur la prestation de services et sur le renforcement de la gouvernance », affirme Colin Bruce, Directeur des opérations de la Banque pour le Kenya. « Nous nous félicitons de nous joindre à d’autres partenaires de développement pour soutenir la poursuite de ces réformes durant les cinq prochaines années dans le cadre de la Stratégie conjointe d’aide au Kenya à laquelle participent plusieurs bailleurs de fonds (KJAS)».

Les réformes entreprises depuis 2002 dans le secteur de l’eau comprennent i) la clarification des rôles et des responsabilités des institutions opérant dans le secteur ; ii) la participation de plusieurs parties prenantes aux processus de décision des organismes de prestation de services ; iii) l’obligation d’affecter les ressources financières aux opérations prévues au titre des  organismes de prestation de services ; iv) les vérifications financières et techniques des opérations et des résultats des institutions du secteur ; et v) l’amélioration de la gestion financière et des capacités en matière de passation des marchés. La Banque a soutenu ces actions à travers le Projet de restructuration des institutions du secteur de l’eau et de l’assainissement à Nairobi pour un montant de 15 millions de dollars, projet qui est sur la  bonne voie pour s’achever au plus tard le 31 décembre 2007. 

Le projet WaSSIP représente la seconde phase de l’appui de la Banque mondiale au Gouvernement du Kenya dans le contexte de la réforme du secteur de l’eau. Le projet contribuera à  consolider, renforcer et intensifier les mesures envisagées, à améliorer la diffusion d’information et à raffermir les systèmes de gestion du risque et de contrôle interne des institutions de prestation des services d’eau. 

Les activités envisagées dans le cadre du projet WaSSIP incluent : la réhabilitation des installations de production, de distribution et de stockage de l’eau, ainsi que la restauration de l’infrastructure de collecte, de traitement et d’évacuation des eaux usées ; l’expansion des services d’approvisionnement en eau et d’assainissement ; et le renforcement des structures institutionnelles de prestation de service d’eau et d’assainissement, en insistant sur l’obligation pour les services des eaux et les prestataires de services dans le secteur de rendre des comptes et de faire preuve de transparence. Le projet contribuera en outre à rendre pleinement opérationnels les services et juridictions respectivement chargés de la réglementation et des appels dans le secteur de l’eau.

Conformément aux dispositions de la stratégie KJAS d’aide au Kenya et en droite ligne avec les principes de partenariat convenus entre l’État et les partenaires de développement, la coopération allemande représentée par la banque de développement KfW, l’agence GTZ de coopération technique, les services allemands DED de développement et l’Agence française de développement (AFD) apportent eux aussi leur contribution au secteur de l’eau et de l’assainissement au Kenya. Ces principes visent à simplifier la coopération des bailleurs de fonds avec le gouvernement, à éviter le dédoublement des efforts et à promouvoir un ciblage mutuellement partagé des résultats pratiques pour les Kenyans.

Le Projet de développement du secteur de l’eau (WSDP) entrepris par la coopération allemande et qui se trouve dans sa troisième phase est exécuté sous l’autorité des services des eaux Lake Victoria North Water Services Board pour un coût de 58,7 millions d’euros. Au total, un million de Kenyans répartis dans six villes et 20 centres de croissance en milieu rural bénéficient des apports de ce projet. « En unissant nos forces pour réaliser cet important programme d’investissement, notre aide se trouve plus harmonisée, coordonnée et alignée, ce qui contribue à accroître l’efficience et l’efficacité de notre appui et assure le succès et la pérennité des réformes », déclare Joerg Dux, Directeur de KfW à Nairobi.

L’AFD procède actuellement à l’exécution du Projet d’urgence d’investissement physique dans le secteur de l’eau et de l’assainissement à Nairobi pour un coût de 30 millions d’euros ; l’AFD évalue par ailleurs le Projet d’amélioration des services d’eau et d’assainissement de la région côtière d’un coût estimé à quelque 30 millions d’euros et devant être soumis au conseil durant le premier trimestre de 2008. Selon Jean Pierre Marcelli, Directeur régional de l’AFD à Nairobi, « ces deux projets viendront compléter le projet WaSSIP et contribueront à renforcer l’harmonisation des approches adoptées dans l’effort de réforme du secteur et de partage des leçons de l’expérience».

*Ce crédit est accordé conformément aux conditions habituelles de l’Association internationale de développement (IDA) — le guichet concessionnel de la Banque mondiale —  pour une durée de 40 ans et est assorti d’une période de grâce de 10 ans.


Pour en savoir plus, veuillez consulter le site des Projets.



Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/AHJQJPFJ70