Maroc : L'agriculture au centre du développement

Disponible en: English, العربية
ressources french big
Informations complémentaires
Site Web du Rapport sur le développement

Site web sur l'agriculture (a)

La Banque mondiale préconise de remettre l'agriculture au centre des efforts de développement

Mars 2008 - Intitulé "L'agriculture au service du développement", le nouveau rapport sur le développement dans le monde constate que le secteur agricole et le secteur rural ont été négligés et n'ont pas bénéficié d'investissements suffisants ces 20 dernières années.

En effet, alors que 75 % de la population pauvre mondiale vit dans les zones rurales, seulement 4 % de l'aide publique au développement est consacrée à l'agriculture dans les pays en développement.

Une augmentation du PIB par l'agriculture contribuerait environ quatre fois plus efficacement à réduire la pauvreté selon le rapport
Dans les pays en mutation comme la Chine, l'Inde et le Maroc, l'agriculture contribue en moyenne pour seulement 7 % à la croissance du PIB, mais la faiblesse des revenus ruraux par rapport aux revenus urbains pourrait être une source de tensions.

Selon le rapport, il faut insuffler plus de dynamisme dans les secteurs rural et agricole pour atténuer les disparités entre revenus ruraux et urbains et réduire la pauvreté, mais sans tomber dans le piège des subventions et du protectionnisme qui bloqueraient la croissance et augmenteraient la charge fiscale sur les consommateurs pauvres.

Les pays riches doivent réformer certaines politiques portant préjudice aux pauvres

  • Par exemple, les États-Unis doivent impérativement réduire les subventions sur le coton qui font baisser les cours pour les petits cultivateurs en Afrique.
  • Dans le nouveau secteur des biocarburants, les droits de douane élevés et les subventions importantes dans les pays riches renchérissent le prix des denrées alimentaires et limitent les possibilités d'exportation pour les producteurs performants des pays en développement.
  • Les pays industrialisés, premiers responsables du réchauffement climatique, doivent accroître au plus vite leurs efforts pour aider les agriculteurs pauvres à adapter leurs systèmes de production aux changements climatiques.

Un nouveau plan d'action pour une agriculture au service du développement
Selon Robert B. Zoellick, Président du Groupe de la Banque mondiale, "les pays doivent adopter des réformes indispensables pour diminuer les subventions génératrices de distorsions et ouvrir les marchés. La société civile, en particulier les associations de producteurs agricoles, doivent être davantage impliquées dans l'élaboration des politiques agricoles".

D'autres voies possibles. Inciter les petits exploitants à se lancer dans les domaines très porteurs et à forte valeur ajoutée de l'horticulture, de l'aviculture, de l'aquaculture et des produits laitiers servirait à augmenter la productivité dans le secteur des produits alimentaires de base et à aussi créer des emplois ruraux non agricoles.

Des mesures pour protéger l'environnement
Le rapport recommande de prendre des mesures pour mettre en place des systèmes de production plus viables et propose des incitations pouvant favoriser la protection de l'environnement : en effet, l'agriculture est responsable de 85 % de la consommation d'eau dans le monde et elle contribue au déboisement, à la dégradation des sols et à la pollution.

L’application de tarification volumétrique pour l’eau d’irrigation a rencontré des obstacles dans plusieurs pays en développement à l’exception de l’Arménie, l’Iran, la Jordanie, le Maroc, l’Afrique du Sud et la Tunisie.

 Données sur le Maroc

• La population rurale représente 42% de la population totale (2003-2005)
• La main d'oeuvre agricole féminine est de 57.4% (2003-2005)
• Les produits agricoles représentent 21.4% du total des exportations (2005)
• La valeur ajoutée de l'agriculture représente 17% du PIB (2006)

 




Liens utiles

La Banque exhorte les pays en développement à renforcer les composantes fondamentales internes afin de traverser la crise économique mondiale
Les villes face à une forte hausse prévisible du coût de traitement des déchets ménagers
La Banque mondiale dévoile sa nouvelle stratégie pour un développement « vert, propre et à l’abri des chocs climatiques »



Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/P18QFR86J0