Info-presse en ligne
Ressources pour les journalistes accrédités
AccÚs membres / Devenir membre

La Banque mondiale lance un mĂ©canisme d'intervention rapide d’un montant de 1,2 milliard de dollars face Ă  la crise alimentaire

Disponible en: æ—„æœŹèȘž, Ű§Ù„ŰčŰ±ŰšÙŠŰ©, äž­æ–‡, English, Español, Bosnian, руссĐșĐžĐč

Personnes Ă  contacter :

À Washington : Amy Stilwell (202) 458 4906 

astilwell@worldbank.org;

Geetanjali Chopra (202) 473 0243

Gchopra@worldbank.org;

Télévision/Radio : Camille Funnell (202) 458 9369

cfunnell@worldbank.org

 

WASHINGTON, le 29 mai 2008 –  Le Groupe de la Banque mondiale a annoncĂ© aujourd’hui qu’il appuierait les efforts dĂ©ployĂ©s au plan international pour surmonter la crise alimentaire mondiale en crĂ©ant un mĂ©canisme de financement rapide portant sur un montant de 1,2 milliard de dollars pour faire face aux besoins immĂ©diats ;   sur ce montant, 200 millions de dollars seront accordĂ©s sous forme de dons en faveur des populations vulnĂ©rables des pays les plus pauvres du monde.

 

En annonçant l’adoption de plusieurs mesures pour faire face aux problĂšmes alimentaires qui se posent dans l’immĂ©diat et Ă  plus long terme, le Groupe de la Banque mondiale a indiquĂ© qu’il porterait le montant global de son appui mondial au titre de l’alimentation et de l’agriculture, qui est actuellement de 4 milliards de dollars, Ă  6 milliards de dollars l’annĂ©e prochaine et qu’il lancerait des instruments de gestion des risques, ainsi que des mĂ©canismes d’assurance des rĂ©coltes pour protĂ©ger les pays pauvres et les petits agriculteurs.

 

« Il est essentiel que, dans la perspective de la rĂ©union qui se tiendra Ă  Rome la semaine prochaine, nous fassions porter nos efforts sur des initiatives prĂ©cises. Celles-ci nous aideront, avec nos partenaires, Ă  lutter contre le risque de souffrir de la faim et de malnutrition que courent les deux milliards d’ĂȘtres humains qui se dĂ©battent pour survivre dans le contexte du renchĂ©rissement des prix alimentaires, et Ă  contribuer Ă  l’adoption d’une solution pour le long terme Ă  laquelle devront participer de nombreux pays et institutions », a expliquĂ© le PrĂ©sident du Groupe de la Banque mondiale, Robert B. Zoellick.

 

Des dons sont approuvĂ©s aujourd’hui en faveur de Djibouti (5 millions de dollars), HaĂŻti (10 millions de dollars) et le LibĂ©ria (10 millions de dollars). Dans le mois qui vient, la Banque mondiale compte fournir un appui sous forme de dons au Togo, au YĂ©men et au Tadjikistan. Ces pays sont inscrits sur la liste des pays hautement prioritaires Ă©tablie sur la base des Ă©valuations rapides des besoins menĂ©es sur le terrain en collaboration avec le Programme alimentaire mondial, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture et le Fonds international de dĂ©veloppement agricole. Des Ă©valuations rapides des besoins ont dĂ©jĂ  Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©es dans plus de 25 pays, et 15 autres sont en cours.

 

Le mĂ©canisme de 1,2 milliard de dollars, qui est conçu pour faire face aux besoins immĂ©diats, appuie des systĂšmes de protection des plus vulnĂ©rables tels que les programmes « vivres contre travail », les transferts monĂ©taires conditionnels et l’alimentation scolaire. Il appuie la production de denrĂ©es alimentaires — pour cette annĂ©e mais aussi les suivantes — en fournissant des semences et des engrais, en amĂ©liorant les systĂšmes d’irrigation des petits agriculteurs et en fournissant un appui budgĂ©taire pour compenser la rĂ©duction des droits frappant les produits alimentaires et autres charges imprĂ©vues

 

La Banque mondiale constitue Ă©galement, dans le cadre de ce nouveau mĂ©canisme, un fonds fiduciaire pluridonateurs pour faciliter la coordination des politiques et des opĂ©rations des bailleurs de fonds, et mobiliser un appui financier en vue de la fourniture rapide de semences et d’engrais aux petits agriculteurs pour les prochaines semailles.

 

Le nouveau mĂ©canisme d’intervention rapide vient s’ajouter Ă  d’autres activitĂ©s entreprises par le Groupe de la Banque mondiale pour faire face Ă  la crise alimentaire mondiale. Les Administrateurs de la Banque mondiale examinent actuellement des propositions d’initiatives visant Ă  fournir des instruments de gestion des risques aux pays pauvres confrontĂ©s Ă  la sĂ©cheresse et Ă  d’autres catastrophes.

 

«  Nous collaborons avec nos Administrateurs au dĂ©ploiement de produits d’assurance et d’instruments de couverture sur base indicielle afin de protĂ©ger les agriculteurs et les pays pauvres de chocs liĂ©s au climat et Ă  l’offre », a expliquĂ© M. Zoellick.

 

Suite Ă  une proposition qui sera examinĂ©e par le Administrateurs de la Banque en juin, le Malawi pourrait ĂȘtre le premier de plusieurs pays Ă  avoir recours Ă  la Banque mondiale en tant qu’intermĂ©diaire pour obtenir accĂšs Ă  des dĂ©rivĂ©s climatiques. Si le Malawi devait connaĂźtre une sĂ©cheresse, il serait protĂ©gĂ© d’une hausse du prix du maĂŻs importĂ©. L’IFC, qui est l’institution membre du Groupe de la Banque mondiale chargĂ©e de promouvoir les investissements dans le cadre du secteur privĂ©, propose de fournir des systĂšmes d’assurance rĂ©coltes et cheptel aux petits agriculteurs des pays en dĂ©veloppement.

 




Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/AGCZZUM6A0