Favoriser la circulation des personnes et des véhicules à Lagos

 
DerniĂšre mise Ă  jour : juin 2009
L'IDA en action
Favoriser la circulation des personnes et des véhicules à Lagos
Liens connexes:
- Qu'est-ce que l'IDA ?
- Nos activités au Nigéria (a)

En savoir plus sur le Nigéria :
(Les liens ci-dessous sont en anglais.)
- Emprunts précédents
- Données et statistiques
- Recherche
- Nous contacter

Le défi à relever

SixiÚme plus grande ville au monde, Lagos, qui connaßt également la croissance la plus rapide, avait grand besoin d'un réseau de transport en commun, peu coûteux, fiable et rapide. Dans la capitale commerciale du Nigéria qui compte une population de 17 millions d'habitants, la plupart des services de transport public sont fournis par environ 75 000 exploitants individuels de minibus, appelés localement danfos (minibus transportant entre 8 et 25 passagers) et molues (minibus de plus grande taille pouvant transporter entre 30 et 50 passagers) et par des moto-taxis appelées okadas.

 

Peu fiables et peu sûrs pour la plupart, ces véhicules contribuent fortement à la pollution de la ville et au chaos qui caractérise la circulation à Lagos. En raison de leurs habitudes de conduite souvent imprudentes, ils représentent également un danger pour les passagers et pour les autres usagers de la route.

 

NĂ©anmoins, ils demeurent une part importante du rĂ©seau de transport de Lagos et les habitants de la ville y ont recours, Ă  raison de prĂšs de 16 millions de voyages par jour dans la ville. En outre, le coĂ»t du transport public supportĂ© par les usagers Ă  faibles revenus reprĂ©sente plus de 20 % de leur revenu disponible. Le manque de capacitĂ©s en matiĂšre de gestion et de planification a contribuĂ© Ă  la mauvaise qualitĂ© des services de transport urbain. Donner les moyens au rĂ©seau de transport public de Lagos de rĂ©pondre aux besoins d’une population en pleine croissance reprĂ©sente donc un enjeu essentiel pour la ville.

La démarche suivie

L’IDA a approuvĂ© un projet de transport urbain d'un montant de 150 millions de dollars en 2002, en vue de renforcer la capacitĂ© du gouvernement de l'État Ă  gĂ©rer le secteur du transport dans la zone mĂ©tropolitaine de Lagos. Le projet s’est inspirĂ© des meilleures pratiques mises en Ɠuvre Ă  Bogota (Colombie) et Ă  Curitaba (BrĂ©sil) et avait pour objectif d’amĂ©liorer le fonctionnement du transport urbain pour le rendre plus abordable, fiable, propre et sĂ»r.

 

Dans le cadre de ce projet, l’IDA a Ă©galement appuyĂ© plusieurs programmes de renforcement des capacitĂ©s dans le domaine de la planification des politiques de transport et financĂ© l'Ă©tude de faisabilitĂ© d'un rĂ©seau de transport rapide en autobus (Bus Rapid Transit - BRT), le long d'un couloir prioritaire.

 

Parallùlement, le gouvernement de l'État de Lagos a pris d’importantes mesures :
- Il a mis sur pied l’AutoritĂ© de transport de la zone mĂ©tropolitaine de Lagos, LAMATA (Lagos Metropolitan Transport Authority), un organisme qui a reçu pour mission de transformer le systĂšme de transport de l'État de Lagos ;
- Il a soutenu la mise en place d’un rĂ©seau BRT, le long d'un couloir prioritaire de 20 km. Le BRT est un rĂ©seau de transport en commun par autobus qui assure un service rapide, confortable et peu coĂ»teux. Des voies de passage prioritaires rĂ©servĂ©es et un service clientĂšle d'excellente qualitĂ© permettent au rĂ©seau BRT de reproduire les performances et les caractĂ©ristiques infrastructurelles d'un rĂ©seau de transport ferroviaire moderne, et ce Ă  un coĂ»t infĂ©rieur de moitiĂ© ;
- Il a crĂ©Ă© des mĂ©canismes de financement pour permettre Ă  LAMATA de s’acquitter de ses fonctions ;
- Il a proposé de cofinancer une part trÚs importante des investissements d'infrastructure (environ 35 millions de dollars).

RĂ©sultats

LancĂ© en mars 2008, le projet fournit aux usagers de Lagos un moyen de transport fiable, peu coĂ»teux et propre pour se dĂ©placer dans la ville. Des Ă©tudes prĂ©liminaires indiquent qu'Ă  ce stade, plus de 200 000 voyageurs journaliers utilisent ce rĂ©seau d'autobus, ce qui dĂ©passe de plus de 100 % le nombre d’utilisateurs anticipĂ©. Il a suscitĂ© l’enthousiasme de nouveaux usagers qui, jusqu'alors, Ă©vitaient d'emprunter les transports publics, notamment les membres de la classe moyenne possĂ©dant des voitures, les personnes ĂągĂ©es ou handicapĂ©es et les enfants. La mise en place du rĂ©seau BRT Ă  Lagos est le premier du genre en Afrique subsaharienne et illustre une dĂ©marche globale et intĂ©grĂ©e permettant d’amĂ©liorer les transports publics.

 

Points importants :
- Les passagers du rĂ©seau BRT bĂ©nĂ©ficient non seulement d’un transport fiable, propre et sĂ»r, mais aussi d'une rĂ©duction de 30 % du tarif moyen, passant de 140 naira (1,20 dollar) en 2003 Ă  100 naira (0,80 dollar) actuellement.
- Une réduction du temps de déplacement le long du couloir de 20 km, qui est passé de 90 minutes à 50 minutes au cours de la période.
- Une réduction moyenne du temps d'attente (de 20 minutes en 2003 à 10 minutes en 2009).
- Enfin, le projet a contribuĂ© Ă  crĂ©er 1 000 emplois directs, principalement pour des diplĂŽmĂ©s, et des emplois indirects pour plus de 500 000 personnes dans l'État. De plus, il a mis en évidence les capacitĂ©s des opĂ©rateurs locaux Ă  gĂ©rer un projet de transport public avec succĂšs et a suscitĂ© un grand intĂ©rĂȘt chez les banques locales et les financiers, ainsi que chez les concessionnaires de vĂ©hicules, dans la perspective de projets BRT futurs.

Contribution de l’IDA

L’IDA a apportĂ© un financement pour l’assistance technique et la planification initiale du rĂ©seau, ainsi que les investissements concernant l’infrastructure. De plus, le soutien de l’IDA a contribuĂ© Ă  :

- Attirer la confiance du secteur privĂ© et minimiser les risques perçus Ă  entreprendre des partenariats public-privĂ© en faveur d’investissements dans le transport public ;
- Utiliser l’expertise technique pour les analyses de politiques, la conception et la coordination de projet et mettre Ă  profit le financement provenant d’autres partenaires de dĂ©veloppement (harmonisation de l’aide) ;
- Favoriser la contribution du Nigeria aux efforts mondiaux en matiĂšre de lutte contre les changements climatiques.

Prochaines

Le succĂšs du projet pilote de BRT a crĂ©Ă© des attentes chez les habitants de Lagos, qui souhaitent maintenant que les services du BRT soient Ă©tendus Ă  d’autres parties de la ville. Pour cette raison, l’IDA, conjointement avec l’Agence Française de DĂ©veloppement (AFD), met actuellement en Ɠuvre un projet d’un montant de 300 millions de dollars en vue d’étendre les services du BRT, le long d’un couloir de 40 km dans la ville, qui permettra de transporter environ 500 000 personnes par jour. Ce projet peut maintenant servir de modĂšle de bonnes pratiques Ă  d'autres rĂ©seaux BRT en prĂ©paration en Afrique subsaharienne, notamment au Ghana, en Tanzanie, au Kenya et en Ouganda.

 

Liens utiles

L’emploi est la pierre angulaire du dĂ©veloppement, selon le Rapport sur le dĂ©veloppement dans le monde 2013
Selon la Banque mondiale, il faut repenser le rîle de l’État dans la finance
La Banque mondiale nomme Kaushik Basu comme Ă©conomiste en chef



Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/L0PFM2KHX0