Info-presse en ligne
Ressources pour les journalistes accrédités
AccÚs membres / Devenir membre

Lancement d’un fonds pour soutenir les initiatives Ă  l’appui des marchĂ©s du carbone dans les pays en dĂ©veloppement

Disponible en: English, äž­æ–‡, Ű§Ù„ŰčŰ±ŰšÙŠŰ©, Español
Communiqué de presse n°:2011/232/SDN

Communiqué de presse no 2011/232/SDN

Cancun (Mexique), le 8 dĂ©cembre 2010 — Les pays en dĂ©veloppement qui se donnent de recourir aux instruments de marchĂ© pour porter Ă  l’échelle supĂ©rieure leurs efforts d’attĂ©nuation du changement climatique vont dĂ©sormais avoir accĂšs Ă  un appui d’ordre technique et financier grĂące aux ressources mobilisĂ©es par un nouveau mĂ©canisme mondial dont le lancement a Ă©tĂ© annoncĂ© aujourd’hui.

C’est en marge de la ConfĂ©rence des parties Ă  la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques que le prĂ©sident du Groupe de la Banque mondiale, Robert B. Zoellick, a annoncĂ© la mise en place de ce mĂ©canisme, appelĂ© Partenariat pour le dĂ©veloppement des marchĂ©s du carbone, qui a fait ce mĂȘme jour Ă  Cancun l’objet d’engagements s’élevant Ă  plus de 20 millions de dollars.

Des promesses de contribution ont en effet Ă©tĂ© reçues de l’Australie (pour 10 millions de dollars australiens), de la Commission europĂ©enne (pour 5 millions d’euros) et des États-Unis (pour 5 millions de dollars), et cela vient s’ajouter Ă  un engagement de 5 millions de dollars annoncĂ© auparavant par la NorvĂšge. Par ailleurs, l’Allemagne, le Japon et le Royaume-Uni ont eux aussi annoncĂ© leur intention de contribuer financiĂšrement Ă  ce fonds.

En termes de capitalisation totale, le partenariat vise un objectif de 100 millions de dollars. Il est censĂ© devenir opĂ©rationnel au dĂ©but de 2011, et permettra de financer toute une gamme d’initiatives, aussi bien techniques que politiques ou opĂ©rationnelles, destinĂ©es Ă  dĂ©velopper les marchĂ©s du carbone.

« Ce nouveau partenariat, qui rĂ©unit les nations dĂ©veloppĂ©es et en dĂ©veloppement, aidera les pays Ă  se prĂ©parer Ă  la mise en place de dispositifs intĂ©rieurs d’échange de quotas d’émissions, et autres instruments de marchĂ©, pour atteindre leurs objectifs nationaux en matiĂšre d’attĂ©nuation », a dĂ©clarĂ© Ă  ce sujet M. Zoellick. « Le fait que les pays en dĂ©veloppement recherchent un appui pour dĂ©velopper pleinement leurs marchĂ©s Ă  cet Ă©gard tĂ©moigne de l’élan dans le sens d’une action au niveau national dans le domaine climatique. Ces pays n’attendent pas : cela s’inscrit dans leurs objectifs de dĂ©veloppement et ils ont entrepris de lancer le mouvement. »

Un certain nombre de pays, tels que la Chine, le Chili, l’IndonĂ©sie et le Mexique, envisagent d’utiliser les instruments de marchĂ© et mĂ©canismes d’échange de quotas d’émissions comme moyen d’encourager l’investissement dans des solutions de rechange aux technologies qui Ă©mettent du carbone. Ils se donnent de tirer ainsi parti des enseignements accumulĂ©s depuis dix ans dans le cadre du MĂ©canisme pour un dĂ©veloppement propre instituĂ© au titre du Protocole de Kyoto, en les adaptant Ă  leur propre contexte. C’est ainsi que les responsables chiliens ont mis Ă  l’étude la mise en place d’un marchĂ© intĂ©rieur d’échange de quotas. De mĂȘme, l’Inde a entrepris de se doter d’un dispositif semblable appliquĂ© aux certificats d’énergie renouvelable et de rendement Ă©nergĂ©tique.

La Chine a elle-mĂȘme dĂ©cidĂ© de se joindre au partenariat. Comme l’a expliquĂ© le vice-prĂ©sident de sa Commission nationale pour le dĂ©veloppement et la rĂ©forme, Xie Zhenhua: « La Chine a lancĂ© des projets pilotes de promotion de l’économie Ă  faible intensitĂ© de carbone dans cinq villes et huit provinces. Elle compte explorer la faisabilitĂ© des programmes intĂ©rieurs d’échange de quotas d’émissions comme moyen d’assurer l’attĂ©nuation. Le Partenariat pour le dĂ©veloppement des marchĂ©s du carbone viendra Ă  point nommĂ© Ă  l’appui de cette initiative. »

En annonçant la contribution de l’Australie au partenariat, le ministre du Changement climatique et de l’EfficacitĂ© Ă©nergĂ©tique, Greg Combet, a dĂ©clarĂ© : « Un marchĂ© du carbone de grande envergure et fonctionnant de maniĂšre effective aidera les pays Ă  rĂ©duire la pollution due au carbone de la maniĂšre la plus juste, efficiente et coĂ»t-efficace qui soit. L’Australie se promet de travailler avec les autres partenaires Ă  la mise en place de la capacitĂ© voulue pour Ă©tablir et dĂ©velopper les marchĂ©s du carbone. »

Intervenant au cĂŽtĂ© de M. Zoellick, le ministre chilien de l’Énergie, Ricardo Raineri Bernain, a prĂ©sentĂ© l’initiative menĂ©e par son pays pour mettre en place un marchĂ© des Ă©changes de quotas d’émissions. Parmi les autres personnalitĂ©s prĂ©sentes figuraient des ministres et hauts responsables de la Commission europĂ©enne et de plusieurs pays : Afrique du Sud, Allemagne, Australie, Chine, Colombie, Espagne, États-Unis, IndonĂ©sie, Japon, Mexique, NorvĂšge, Royaume-Uni et SuĂšde.


Pour de plus amples informations sur les activités de la Banque mondiale
relatives au marché du carbone, veuillez consulter le site :
www.carbonfinance.org

Pour en savoir plus sur le Partenariat pour le développement des marchés du carbone,
cliquez sur le lien suivant :
http://go.worldbank.org/HMHGOI2O00

Pour plus de renseignements sur les activités de la Banque mondiale
dans le domaine du changement climatique, rendez-vous sur le site :
www.worldbank.org/climatechange

Contacts :
À Cancun: Robert Bisset – (202) 415-9646 rbisset@worldbank.org
Isabel Hagbrink – (202) 441-6250 ihagbrink@worldbank.org

À Washington: Elisabeth Mealey – (202) 458-4475 emealey@worldbank.org




Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/DP245WEY50