Info-presse en ligne
Ressources pour les journalistes accrédités
AccÚs membres / Devenir membre

Mali : Fiche de résultats

Disponible en: Español, English
Photo - Curt Carnemark/Banque mondiale

Asseoir les bases de la croissance sur l'Ă©ducation, l'Ă©nergie et l'agriculture


Vue d'ensemble

Le Mali est l'un des pays les plus pauvres du monde et l'appui qu'il reçoit de l'IDA vise Ă  Ă©tablir ses fondements Ă©conomiques dans les domaines de l'Ă©ducation, de l'agriculture et de l'Ă©nergie. GrĂące au soutien de l'IDA et d'autres bailleurs de fonds, le taux brut de scolarisation primaire du Mali a atteint 76 % en 2009, contre 60,9 % en 2001, avec une amĂ©lioration significative de la rĂ©ussite scolaire. Plus de 650 000 personnes et 803 institutions publiques — dont 172 Ă©coles et 139 centres de santé — ont Ă©tĂ© raccordĂ©es au rĂ©seau Ă©lectrique dans les zones rurales. GrĂące Ă  l'accĂšs accru au financement dont bĂ©nĂ©ficient les agriculteurs et les autres opĂ©rateurs privĂ©s intervenant dans le secteur agricole et Ă  la rĂ©fection de 1 101 km de routes rurales, la production agricole dans les zones bĂ©nĂ©ficiaires a augmentĂ© de 71 % en 2009.

Fiche intégrale (6 pages)
Mali : Asseoir les bases d'une croissance plus solide
(a) (PDF, avril 2011)

DĂ©fi

Le Mali est un vaste pays enclavĂ© qui a un ensemble assez limitĂ© de ressources naturelles et de capital humain, ainsi qu'une population extrĂȘmement dispersĂ©e. Il est situĂ© au cƓur du Sahel, rĂ©gion exposĂ©e Ă  des risques de sĂ©cheresses et de dĂ©sertification, alors que la trĂšs grande majoritĂ© de ses habitants tirent directement leurs moyens de subsistance de leur environnement Ă  travers l'Ă©levage, l'agriculture ou la pĂȘche. Sa superficie fait du Mali le plus grand des pays de la CommunautĂ© Ă©conomique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO). Sa population s'Ă©lĂšve Ă  environ 14 millions d'habitants.


DĂ©marche

Assurer un accĂšs Ă©quitable Ă  une Ă©ducation de qualitĂ© est l’objectif central que vise l’appui fourni par  l’Association internationale de dĂ©veloppement (IDA) au Mali. Le systĂšme Ă©ducatif a bĂ©nĂ©ficiĂ© du contexte macroĂ©conomique favorable, qui s’est traduit par un surcroĂźt de ressources. En pourcentage du budget ordinaire total, la part de l’éducation est ainsi passĂ©e Ă  prĂšs de 30 % en 2008, contre 23,7 % en 2004. L’IDA a en cours un projet financĂ© par un crĂ©dit Ă  l’investissement pour soutenir la mise en Ɠuvre des rĂ©formes dans ce secteur (date de clĂŽture prĂ©vue en dĂ©cembre 2010).

Le Projet sur l'Ă©nergie domestique et la gĂ©nĂ©ralisation de l'accĂšs Ă  l'Ă©lectricitĂ© est destinĂ© Ă  aider le Mali Ă  adopter une approche pluridimensionnelle de l’énergie rurale, ainsi qu’un mode de gestion communautaire des zones forestiĂšres, dans le but d’assurer un approvisionnement durable en bois de feu et des initiatives de substitution de combustibles. Il a donnĂ© lieu Ă  la crĂ©ation de l’Agence malienne pour le dĂ©veloppement de l’énergie domestique et de l’électrification rurale, organisme spĂ©cialisĂ© dĂ©pendant de l’État et servant de guichet unique pour l’approvisionnement Ă©nergĂ©tique des mĂ©nages et l’électrification des zones rurales Ă  travers le pays. Il a en outre contribuĂ© Ă  la mise en place d’un fonds d’électrification rurale pour le financement des dĂ©penses d’équipement initiales des sous-projets entrepris dans ce domaine. Ce nouveau cadre institutionnel et financier a permis aux opĂ©rateurs privĂ©s locaux de devenir l’élĂ©ment moteur du projet en apportant un cofinancement de contrepartie de l’ordre de 25 % en moyenne pour les sous-projets en question.


RĂ©sultats

L'IDA aide le Mali à élargir l'accÚs aux services énergétiques de base pour contribuer à assurer la croissance économique et la réduction de la pauvreté :

  • Encourager la participation du secteur privĂ© local. Le projet a donnĂ© lieu au financement d’environ 80 sous-projets gĂ©rĂ©s par 46 opĂ©rateurs privĂ©s. À la fin de mai 2010, quelque 43 311 branchements hors rĂ©seau avaient Ă©tĂ© effectuĂ©s pour les mĂ©nages et pour l’éclairage public, donnant ainsi accĂšs Ă  l’électricitĂ© Ă  650 000 personnes environ. En outre, environ 803 établissements publics, dont 172 écoles et 139 centres de santĂ©, ont bĂ©nĂ©ficiĂ© d’un accĂšs Ă  l’électricitĂ© hors rĂ©seau dans le cadre du projet.
  • Renforcer le rĂŽle des femmes.GrĂące Ă  une formation aux notions de base en matiĂšre de comptabilitĂ© que des ONG ont dispensĂ©e dans les langues locales grĂące Ă  un financement accordĂ© dans le cadre du projet, les associations fĂ©minines jouent aujourd’hui un rĂŽle important comme prestataires de services Ă©nergĂ©tiques au niveau des communautĂ©s isolĂ©es. Cet aspect du projet fait appel Ă  des plateformes multifonctionnelles, qui consistent en un moteur diesel montĂ© sur un chĂąssis et auquel peuvent ĂȘtre attachĂ©s des appareils divers (moulins, dĂ©cortiqueuses, chargeurs de batteries, appareils de menuiserie et de charpenterie, etc.). Ce matĂ©riel contribue notamment Ă  rĂ©duire le temps et les efforts consacrĂ©s au traitement des aliments, et permet ainsi aux agriculteurs — et en premier lieu aux femmes — de vendre des produits de plus grande valeur et d’ĂȘtre plus prĂ©sents sur les marchĂ©s. À ce jour, ces plateformes multifonctionnelles ont Ă©tĂ© installĂ©es dans 64 communautĂ©s rurales, permettant ainsi 7 200 branchements individuels.
  • Introduire les technologies basĂ©es sur les Ă©nergies renouvelables pour rĂ©pondre aux besoins en milieu rural. Sur une pĂ©riode de six ans, plus de 7 926 systĂšmes d’énergie solaire Ă  usage domestique et plus de 500 systĂšmes d’énergie solaire photovoltaĂŻque ont Ă©tĂ© mis en place Ă  travers le pays.
  • Promouvoir une gestion durable du bois de feu et un processus de substitution des combustibles. Afin de contribuer Ă  assurer un approvisionnement durable en bois de feu, principal matĂ©riau utilisĂ© pour la cuisine et le chauffage, le projet a entrepris (en partenariat avec la Direction nationale de la conservation de la nature) de placer environ 874 000 hectares de forĂȘts sous gestion communautaire. Par le biais d’ONG et d’opĂ©rateurs locaux privĂ©s, il a Ă©galement donnĂ© lieu Ă  la distribution d’environ 748 500 foyers et fourneaux amĂ©liorĂ©s, et d’environ 51 385 rĂ©chauds Ă  gaz. Le recours accru Ă  des foyers et fourneaux amĂ©liorĂ©s est censĂ© contribuĂ© Ă  rĂ©duire la pollution de l’air dans les habitations, qui est l’un des principaux facteurs de risque pour la santĂ© auxquels sont exposĂ©s les femmes et les enfants. Ce type de pollution est en effet associĂ© Ă  des problĂšmes tels que les maladies respiratoires aiguĂ«s, la conjonctivite ou l’insuffisance pondĂ©rale Ă  la naissance.

Perspectives

Une grande incertitude prĂ©vaut encore concernant le rythme et la vigueur de la relance de l'Ă©conomie mondiale. Si un optimisme prudent s'est manifestĂ© de nouveau pendant le troisiĂšme trimestre de 2009 avec la reprise de la croissance (notamment aux États-Unis), le rythme de la reprise est variable, le chĂŽmage reste important et des risques de ralentissement dus aux faiblesses budgĂ©taires sont apparus au grand jour. La faiblesse des marchĂ©s de l'emploi, en particulier en Europe, pourrait entraĂźner une baisse continue des envois de fonds. Une dĂ©tĂ©rioration des termes de l'Ă©change pourrait affecter les perspectives macroĂ©conomiques du Mali. Le principal problĂšme est que les marges de manƓuvre politiques dans de nombreux pays avancĂ©s ont Ă©tĂ© soit Ă©puisĂ©es ou sont beaucoup plus limitĂ©es, compte tenu des niveaux d'endettement Ă©levĂ©s et des contraintes qui pĂšsent sur les bilans budgĂ©taires. Ces incertitudes sont aggravĂ©es par la vulnĂ©rabilitĂ© du Mali aux mauvaises conditions mĂ©tĂ©orologiques et aux autres catastrophes naturelles et par la baisse Ă  venir des niveaux de la production d'or maliennei.

(a) indique une page en anglais.


Pour en savoir plus, veuillez consulter le site des Projets.



Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/XBNEN5X800