Info-presse en ligne
Ressources pour les journalistes accrédités
Accès membres / Devenir membre

Bolivie : Projet de transformation des zones rurales au moyen d'infrastructures décentralisées (IDTR)

Disponible en: English, Español
Accès à l'électricité dans les zones rurales de Bolivie
Accès à l'électricité dans les zones rurales de Bolivie
Un partenariat public/privé éclaire les foyers
des régions les plus pauvres de Bolivie

Vue d'ensemble

Un projet soutenu par l'Association internationale de développement (IDA) apporte l'électricité à quelque 130 000 personnes vivant en lisière des villes et dans les zones rurales de Bolivie, grâce à une extension du réseau et à l'installation de systèmes solaires chez les particuliers, dans des écoles et dans des dispensaires. Certains des habitants les plus démunis du pays sont désormais desservis.

Défi

En Bolivie, 30 % seulement des ruraux ont accès à l'électricité, ce qui classe le pays en avant-dernière position pour toute l'Amérique latine. Avec un produit intérieur brut (PIB) par habitant de 4 495 dollars en 2008, la Bolivie est le pays le plus pauvre d'Amérique du Sud. L'incidence de la pauvreté en milieu rural, où vivent plus d'un tiers de la population, est particulièrement élevée : 82 % des habitants sont considérés comme pauvres et 59 % comme extrêmement pauvres. La faible densité de population (huit habitants par km² en moyenne) et la faiblesse du revenu par habitant se traduisent par des coûts d'infrastructures élevés, en particulier dans les zones rurales. L'offre de services d'infrastructures dans les campagnes boliviennes est donc une priorité nationale qui, comparativement, coûte cher au pays.

Pour relever ce défi, l'IDA a approuvé en 2003 un prêt de 20 millions de dollars pour le Projet de transformation des zones rurales au moyen d'infrastructures décentralisées (IDTR). Deuxième de ce type à être mis en place en Amérique latine, ce projet opérationnel depuis 2005 cherche à étendre et à améliorer la fourniture d'électricité afin de servir de catalyseur au développement des zones rurales de Bolivie. Il fait partie intégrante du programme « De l'électricité pour vivre dignement » adopté par les autorités.


Démarche

Le projet a élaboré une approche intégrée pour élargir l'accès à l'électricité dans le pays malgré un relief très accidenté. Cette approche a consisté à (i) introduire un nouveau modèle de fourniture d'électricité par le biais d'installations solaires dans des zones rurales isolées et une densification du réseau dans les zones périurbaines (situées à la lisière des grandes villes) ; (ii) metttre en place le cadre réglementaire requis pour une électrification durable en milieu rural ; (iii) nouer des partenariats avec des fonds fiduciaires gérés par la Banque mondiale pour offrir une assistance technique aux autorités dans les phases de conception et de mise en œuvre du projet ; et (iv) reproduire la démarche du projet IDTR dans le Projet de décentralisation de l'électricité pour un accès universel, soutenu par le Partenariat mondial pour l'aide basée sur les résultats (GPOBA), qui fournira également à titre pilote des lanternes solaires « Pico-PV » aux ménages les plus démunis.

(i) La stratégie du projet IDTR fait appel à des contrats de service à moyen terme innovants, qui couvrent l'installation de systèmes solaires photovoltaïques (PV) et une assistance pendant quatre ans après l'installation pour le fonctionnement et l'entretien, afin de contribuer à la pérennisation et au développement du marché local. Ces contrats de service ont été attribués à l'issue d'un processus international d'appel d'offres lancé en 2005. Les dossiers de soumission précisaient le montant maximal de la dotation (650 dollars) et la quantité minimale de systèmes à installer dans chaque zone. Les soumissionnaires proposant le maximum d'installations solaires domestiques par zone ont remporté le marché. Selon les termes prévus, les opérateurs sont rémunérés aux résultats.

(ii) Le projet couvrait aussi l'introduction d'un cadre réglementaire adapté, par le biais des Réglementations de l'électrification en zones rurales adoptées en 2005 et la création, en 2007, du Bureau du suivi technique, chargé de superviser et de contrôler les contrats de service. Le Bureau du suivi technique est responsable du suivi et de l'évaluation des résultats obtenus et des autres obligations contractuelles.

(iii) Le projet a obtenu le soutien du Programme d'assistance pour la gestion du secteur de l'énergie (ESMAP), afin de consolider la conception et la mise en œuvre des activités. Une étude de l'ESMAP a permis de définir un modèle de distribution des petites lanternes solaires (« Pico-PV ») aux ménages ruraux les plus pauvres. Elle a aussi financé des activités « à la demande » de renforcement des capacités du gouvernement par des experts internationaux pour assurer la mise en œuvre et la conception des différents volets du projet.

(iv) Le GPOBA fournit actuellement une subvention de 5,2 millions de dollars pour étendre la démarche de l'IDTR à 7 000 foyers. Il apporte aussi une assistance technique pour concevoir les dossiers de soumission pour le volet « solaire » de l'IDTR.


Résultats

Le projet fournit des services d'électricité à quelque 130 000 ruraux et habitants des zones périurbaines de Bolivie. Dans les zones rurales isolées, où l'installation d'un réseau électrique n'est pas viable, économiquement parlant, le projet a élaboré un nouveau modèle pour assurer un accès durable à l'électricité solaire. Depuis le lancement du projet, en 2005, plus de 9 200 systèmes solaires à usage domestique ont été installés dans les zones rurales les plus pauvres du pays, profitant à près de 45 000 personnes. En outre, 87 installations solaires ont été déployées sur des écoles et des dispensaires, desservant 30 000 autres habitants. À El Alto, la grande cité pauvre satellite de la capitale, 20 000 habitants bénéficient désormais de l'éclairage public. Près de 8 000 nouveaux raccordements électriques sont en construction, pour environ 35 000 personnes, dans le cadre du déploiement du réseau chez les clients situés à proximité des périmètres obligatoires des concessions sans en faire partie.

Le projet a également soutenu le programme « De l'électricité pour vivre dignement » adopté par les autorités, avec deux grands résultats : (i) l'introduction en 2008 dans la Constitution du pays du droit à un service d'électricité au titre des droits de l'homme fondamentaux ; et (ii) la mise au point, en 2005, de réglementations pour l'électrification des zones rurales. En 2007, le projet a également financé la création du Bureau du suivi technique, l'organisme régulateur pour l'électrification rurale hors réseau, rattaché au vice-ministère chargé de l'électricité et des énergies alternatives.


Contribution de la Banque

L'IDA a accordé un prêt de 20 millions de dollars au projet IDTR, pour des coûts totaux estimés à 32,8 millions.

Le GPOBA fournit une subvention de 5,2 millions de dollars pour financer environ 7 000 installations solaires à usage domestique.


Partenaires

Le projet a noué des partenariats à plusieurs niveaux : (a) avec les municipalités et les préfectures qui ont aidé à identifier les bénéficiaires et fourni un cofinancement ; (b) avec les bureaux américain et bolivien de l'Association nationale américaine des coopératives d'électricité rurales (NRECA), qui ont assuré des formations et une assistance technique pour la densification du réseau périurbain ; (c) avec la GTZ, l'agence allemande de coopération, pour tester et développer un marché des PICO-PV et aider à l'élaboration d'un modèle de prestation pour l'installation de cuisinières économes en énergie ; et (d) avec l'initiative Éclairer l'Afrique, pour le volet PICO-PV.


Prochaines étapes

  • Le deuxième appel d'offres pour le volet « extension du réseau », qui devrait permettre 7 000 raccordements supplémentaires, a été lancé. Les dossiers sont en cours d'examen.
  • L'appel d'offres du GPOBA pour le Projet de décentralisation de l'électricité pour un accès universel a été lancé en juillet 2010.
  • Le projet va également préparer une demande de financement additionnel pour élargir la couverture par des systèmes solaires à usage domestique et la densification du réseau périurbain, afin de répondre aux immenses besoins encore non satisfaits et permettre à un groupe encore plus important de ménages de profiter de ces installations.

(a) indique une page en anglais.


Pour en savoir plus, veuillez consulter le site des Projets.



Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/W4XS1YDUX0