Info-presse en ligne
Ressources pour les journalistes accrédités
Accès membres / Devenir membre

Libéria : Fiche de résultats

Disponible en: English, Español
UN Photo/John Isaac

Libéria : De l'ère post-conflit au développement à long terme


Vue d'ensemble

Depuis 2003, le Libéria a réalisé des progrès remarquables malgré les difficultés et menaces importantes auxquelles il fait face. Il a tenu des élections démocratiques, restauré un système de gestion des finances publiques, entamé la reconstruction des institutions du secteur public, rétabli la prestation de certains services publics essentiels et jeté les bases d'un système d'administration locale. Ces efforts ont abouti en juin 2010 à un accord avec les créanciers publics du pays portant sur une partie de la dette libérienne représentant 2,7 milliards de dollars.

Défi

Le Libéria a accompli d'immenses avancées depuis le retour de la paix en 2003. Mais après 14 ans de guerre civile, le pays éprouve aussi de très grandes difficultés à reconstruire pleinement les institutions de l'État et ses infrastructures, à relancer la prestation des services, et surtout, à permettre à chaque citoyen de participer à la croissance économique et à la reconstruction de l'État.

Avec des indicateurs de développement extrêmement faibles, le Libéria reste un des pays les plus pauvres du monde. Pendant les années de guerre, les services de santé et d'éducation étaient assurés surtout par les organisations non gouvernementales (ONG). Les autorités font face à d'importants problèmes d'ordre institutionnel et financier pour assurer le fonctionnement normal des services publics.

Grâce au dynamisme impulsé par la reconstruction, le Libéria dispose des atouts lui permettant d'instaurer une croissance économique forte, mais la reprise économique est sérieusement entravée par la crise économique mondiale. La croissance s'est fortement ralentie, tombant à 4,6 % en 2009, mais devrait rebondir à 8,5 % d'ici à 2011. Les dépenses publiques par habitant restent parmi les plus faibles au monde (68 dollars pendant l'exercice 2009-2010), ce qui fait du Libéria un pays fortement dépendant de l'aide extérieure. Cette situation est aggravée par sa faible capacité de création de revenus.


Démarche

Au Libéria, l'Association internationale de développement (IDA) concentre ses interventions sur trois objectifs principaux : i) reconstruire les fonctions et institutions fondamentales de l'État ; ii) réhabiliter l'infrastructure afin d'accélérer la croissance économique ; et iii) instaurer une croissance favorable aux pauvres tout en poursuivant les objectifs transversaux de développement des capacités, de promotion de l'égalité hommes-femmes et de protection de l'environnement.

Fort des succès obtenus jusqu'ici, la Banque a recours à divers instruments associant les appuis budgétaires et les prêts d'investissement pour aider le Libéria à mettre en place des réformes fondamentales dans la gouvernance économique, notamment au niveau de la gestion des finances publiques, du régime de passation des marchés et de la fonction publique. Concernant les services essentiels, la Banque s'emploie à renforcer aussi bien les capacités institutionnelles et d'action, tout en facilitant également la participation des communautés à la hiérarchisation des besoins liés à la reconstruction. Dans le secteur crucial des transports, la Banque travaille dans un environnement où les capacités locales de passation de contrats sont extrêmement limitées. Elle utilise des approches novatrices pour attirer les premières entreprises du secteur privé au Libéria depuis de nombreuses années tout en s'efforçant simultanément de développer le marché naissant de la sous-traitance locale afin de favoriser le recours aux entreprises et à la main-d'œuvre locales dans les futurs projets. La Banque s'attache également à assurer que la croissance est accessible à tous les citoyens, à travers des projets d'agriculture à petite échelle, de création d'emplois, de formation professionnelle et de développement des compétences afin de permettre aux citoyens de tirer profit des débouchés créés par l'accélération de la croissance économique.


Résultats

  • De grands corridors routiers ont été remis en état ou réparés. Près d'un dixième du réseau routier du Libéria, soit 842 kilomètres, a fait l'objet de travaux au cours des dernières années.
  • L'approvisionnement en eau s'est amélioré, avec un taux d'accès à l'eau salubre atteignant 57 % le dans les zones urbaines. Les améliorations en cours dans le réseau de distribution (février 2010–février 2011) permettent d'ajouter plus de 39 000 mètres de conduites de transport et 45 bornes-fontaines publiques à Monrovia, ce qui devrait profiter d'après les estimations à 81 000 résidents de la capitale libérienne. Les modèles techniques choisis pour la rénovation de l'usine de traitement des eaux de Monrovia ont été mis au point dans le cadre d'un financement de l'IDA, tandis que la construction sera financée par la Banque africaine de développement.
  • Un nouveau projet de gestion des déchets solides financé par plusieurs bailleurs de fonds est entré en vigueur. Il s'inspire d'un système de gestion des déchets solides mis en place dans le cadre d'un projet de l'IDA et fonctionne de façon parallèle. Grâce à ces projets, Monrovia a enregistré la collecte de plus de 200 000 tonnes de déchets solides depuis 2007 ; la création de nouveaux casiers de décharge sanitaire permettant d'assurer une meilleure protection de l'environnement ; et des améliorations du système de collecte favorisant une meilleure salubrité urbaine. L'IDA a également financé la réhabilitation de la mairie de Monrovia, qui comporte une salle de spectacle assurant la fonction de centre culturel pour les habitants et de source de revenu pour la ville.
  • Le projet d'emploi temporaire « argent contre travail Â» a fourni des emplois de courte durée dans les travaux publics à 17 000 personnes dans l'ensemble des 15 comtés du pays depuis son lancement en octobre 2008.

Perspectives

À l'heure où le Libéria sort de la phase immédiate de l'après-conflit pour s'orienter vers une phase de développement à long terme, la Banque soutient un programme global de dialogue renforcé, de travaux d'analyse et d'orientation stratégique à l'appui des plans de croissance à moyen terme du pays. Ce programme s'articule autour des axes suivants : une croissance économique favorable aux pauvres, la création d'emplois, le renforcement des capacités et les corridors miniers/de croissance. Ces interventions comprennent également des travaux d'orientation stratégique par secteur tels que l'élaboration d'un Plan national de l'énergie et d'un Plan directeur du secteur de l'énergie, ainsi qu'une stratégie nationale pour les routes et une stratégie d'éducation et de formation professionnelle. Dans le même temps, la Banque poursuivra ses efforts pour aider le Libéria à approfondir et asseoir sur des bases durables son programme fondamental de réforme de la gouvernance, à offrir plus de possibilités d'emploi aux citoyens et à améliorer la gestion des prestations de services essentiels.

(a) indique une page en anglais.