Info-presse en ligne
Ressources pour les journalistes accrédités
Accès membres / Devenir membre

Sri Lanka : Fiche de résultats

Disponible en: Español, English
Aux côtés des étudiants

Sri Lanka : une double transition pour devenir un pays à revenu intermédiaire et assurer une paix durable


Vue d'ensemble

Depuis plus de 55 ans, l'Association internationale de développement (IDA) fournit à la fois des financements et une assistance technique à l'appui du développement économique du Sri Lanka. Aujourd'hui, le pays est en passe de rejoindre les rangs des pays à revenu intermédiaire, avec une croissance du produit intérieur brut (PIB) réel qui s'est élevé à 3,5 % en 2009 et devrait atteindre 8 % en 2010.

Défi

Aujourd'hui, le Sri Lanka doit centrer ses efforts sur l'accélération de la croissance ; pour cela il doit investir davantage dans l'infrastructure — après de nombreuses années de négligence â€”, ainsi que dans sa population et construire ainsi une véritable « Ã©conomie de la connaissance Â». Des plans sont en cours pour étendre les services portuaires et aéroportuaires, entretenir et remettre en état les réseaux routiers existants, et moderniser et étendre le réseau ferroviaire. Les autorités prévoient également de construire des autoroutes et des voies expresses, d'étendre la production, la transmission et la distribution d'électricité, et d'accélérer le développement de l'enseignement secondaire et tertiaire.

La fin du conflit armé en 2009 offre au pays l'occasion d'entreprendre des réformes et de travailler avec le secteur privé pour mettre en place une économie plus dynamique et florissante. La vision stratégique à moyen terme du gouvernement, telle que définie dans la « Mahinda Chinthana Â», vise un taux de croissance à moyen terme de 8 % par an, ce qui équivaudrait à voir le PIB par habitant doubler d'ici à 2016. Le défi consistera à faire passer l'investissement intérieur de son niveau actuel d'environ 20 % du PIB à 30 % ou plus.


Démarche

La stratégie d'aide-pays (CAS) actuelle du Groupe de la Banque mondiale pour le Sri Lanka, qui couvre la période allant de juillet 2008 à juin 2012, aligne son soutien sur le cadre de développement du gouvernement sur 10 ans. La CAS est axée sur un développement inclusif et équitable, l'amélioration du climat d'investissement, et l'extension de la fourniture de services, avec une enveloppe de prêts annuelle de l'ordre de 200 millions de dollars. Cette stratégie, qui a été formulée en pleine intensification du conflit armé en 2007-2008, était en rupture avec les pratiques passées dans la mesure où elle reconnaissait le potentiel de l'aide à remédier non seulement aux conséquences du conflit, mais aussi à ses causes. Elle vise à éviter que le conflit ne soit alimenté involontairement et engage l'IDA à allouer des ressources suffisantes aux régions et aux populations touchées par les conflits. La CAS a introduit un instrument de filtre destiné à examiner les opérations de prêts à l'aune du conflit. Le gouvernement du Sri Lanka est confronté à la tâche immense de la reconstruction et de la réinstallation des populations déplacées par le conflit alors même que l'environnement économique est loin d'être propice à la reprise d'après-guerre.


Résultats

Depuis 1999, l'IDA appuie des projets d'irrigation pour aider les communautés du Nord et de l'Est qui ont été dévastées par la guerre. Entre 2004 et 2009, plus de 35 000 hectares de terres irriguées ont de nouveau été cultivées et sept grands systèmes d'irrigation ont été remis en état, bénéficiant ainsi à plus de 55 000 foyers d'agriculteurs.

Le Sri Lanka a accompli des progrès impressionnants sur le plan de la scolarisation et de l'alphabétisation. En 2005, plus de 95 % des écoliers achevaient la cinquième année de primaire, mais ils n'étaient que 80 % à terminer le cycle d'éducation de base (de la première à la neuvième année). Quatre ans plus tard, le taux d'achèvement de l'éducation de base est passé à plus de 90 % — soit 300 000 Ã©lèves supplémentaires â€”, ce chiffre concernant par ailleurs aussi bien les filles que les garçons.

Le Sri Lanka a l'un des systèmes de santé les plus avancés parmi les pays en développement. Les services de santé préventifs et curatifs sont offerts gratuitement et les résultats de santé du pays sont parmi les meilleurs d'Asie du Sud.

Depuis 2004, le soutien de l'IDA a contribué à améliorer les services de santé dans les zones rurales en accroissant la proportion d'établissements de santé des niveaux inférieurs (niveaux primaire et secondaire) qui fournissent des services d'urgence, ainsi que la proportion d'hôpitaux répondant à des normes de qualité élevées.

Le projet d'énergie renouvelable pour le développement économique rural a contribué à fournir de l'électricité hors réseau à plus de 100 000 foyers entre 2004 et 2009. Quelque 4 700 ménages utilisent de l'électricité produite dans le cadre de projets de biomasse et d'hydroélectricité au niveau des villages.

Le projet d'aide pour le réseau routier appuyé par l'IDA a remis en état 620 km de routes nationales entre 2006 et 2009, réduisant les frais moyens d'entretien des véhicules pour les autoroutes nationales de 23,9 Ã  15,37 roupies sri lankaises par kilomètre (soit de 0,2 dollar à 0,13 dollar/km).

Témoignages


J'étudie dans cette école depuis la maternelle. Le bâtiment de l'école est beaucoup mieux aujourd'hui et les enseignants viennent régulièrement à l'école, et nous aussi.

Akbar, étudiant


Contribution de la Banque mondiale

Au 1er mars 2011, le portefeuille de prêts de l'IDA au Sri Lanka comprend 17 projets représentant 1,25 milliard de dollars d'engagements dans divers secteurs : routes, énergie, éducation, santé, irrigation et développement rural, notamment. Avec la fin de la guerre civile au nord et à l'est, les opérations existantes de même que les nouveaux prêts au Sri Lanka ont été réorientés vers des activités de sortie de conflit, et en particulier sur la reconstruction et l'aide au retour des personnes déplacées à l'intérieur du pays. Cela s'est traduit par une forte augmentation de l'aide de l'IDA au pays. Au cours de l'exercice 2010, l'IDA a approuvé 365 millions de dollars de prêts à la fois dans le cadre de nouvelles opérations et de financements additionnels — en 2009, seulement 122,1 millions de dollars avaient été approuvés Ã  titre de financement additionnel pour des opérations existantes. Le Sri Lanka ne représente par ailleurs que 1 % de l'ensemble des fonds fiduciaires administrés par la Banque mondiale pour la région Asie du Sud.


Partenaires

L'IDA a traditionnellement été l'un des cinq principaux bailleurs de fonds au Sri Lanka, après la Chine, le Japon, la Russie et la Banque asiatique de développement. Ensemble, ces bailleurs de fonds fournissent au pays environ 1,98 milliard de dollars par an. La Chine est devenue le premier bailleur de fonds en 2007 en termes d'assistance financière. À la fin de 2001, l'Iran a également offert au Sri Lanka une ligne de crédit pour la compagnie pétrolière sri lankaise et la modernisation d'une raffinerie de pétrole. L'ensemble des agences des Nations unies, de pair avec un certain nombre d'organisations non gouvernementales (ONG) internationales, sont particulièrement actives dans la fourniture d'aide humanitaire liée au conflit et aux déplacements qu'il a occasionnés.


Perspectives

Compte tenu des défis macro-budgétaires majeurs qui attendent le pays, le Sri Lanka a signé un accord de confirmation sur 20 mois avec le Fonds monétaire international (FMI) en juillet 2009 visant à consolider sa position budgétaire, à reconstituer ses réserves internationales, à renforcer le système financier et à améliorer le cadre macroéconomique global. Ces différentes mesures, dans leur ensemble, permettraient au pays de faire face à la crise mondiale et de progresser sur la voie du développement post-conflit. Instaurer une paix durable constitue un défi extraordinaire. Avec sa stratégie d'aide-pays, l'IDA est bien placée pour répondre aux besoins et défis découlant des événements récents en tenant compte de la situation de conflit qu'a connue le pays.

(a) indique une page en anglais.


Liens utiles

Remarques prononcées à la Conférence de presse du Comité du développement lors des Assemblées annuelles 2012 du FMI et de la Banque mondiale
Le Président de la Banque mondiale veut une « banque de solutions » pour relever les défis mondiaux
L’emploi est la pierre angulaire du développement, selon le Rapport sur le développement dans le monde 2013



Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/PWPNT396T0