Info-presse en ligne
Ressources pour les journalistes accrédités
AccÚs membres / Devenir membre

Être mieux informĂ© pour mieux choisir : un outil en ligne gratuit renseigne les migrants sur les envois de fonds

Disponible en: English, Español
Communiqué de presse n°:2012/259/LAC

Le CEMLA, le MIF (BID) et la Banque mondiale lancent le site enviacentroamerica.org pour accroĂźtre la transparence des coĂ»ts et des modalitĂ©s d’envoi d’argent

Washington, le 2 fĂ©vrier 2012 - Le Centre d’études monĂ©taires latino-amĂ©ricaines (CEMLA), en coopĂ©ration avec le Fonds d’investissement multilatĂ©ral (MIF) de la Banque interamĂ©ricaine de dĂ©veloppement (BID) et la Banque mondiale, ont lancĂ© aujourd’hui enviacentroamerica.org. Cet outil en ligne gratuit permet de comparer le coĂ»t des envois de fonds des États-Unis vers six pays d’AmĂ©rique centrale et la RĂ©publique dominicaine, contribuant ainsi Ă  rendre plus transparente l’offre de ce marchĂ©.

 

Ce site web donne des informations dĂ©taillĂ©es et actualisĂ©es sur le coĂ»t d’un transfert d’argent entre les États-Unis et le Costa Rica, El Salvador, le Guatemala, le Honduras, le Nicaragua, le Panama et la RĂ©publique dominicaine. Ce coĂ»t est calculĂ© sur la base de deux montants : 200 et 500 dollars.

 

« GrĂące Ă  cette initiative, la communautĂ© hispanique pourra mieux se rendre compte des frais et des solutions disponibles avant de dĂ©cider comment envoyer de l’argent et par quel intermĂ©diaire, a dĂ©clarĂ© Paloma Monroy, spĂ©cialiste des envois de fonds au sein du CEMLA, l’organisme chargĂ© de mettre en Ɠuvre ce dispositif avec l’appui conjoint du MIF et de la Banque mondiale. Cet outil va amĂ©liorer la transparence sur ce marchĂ©, ce qui contribuera Ă  rĂ©duire les coĂ»ts. »

 

Enviacentroamerica.org renseigne sur le coĂ»t facturĂ© par diffĂ©rents prestataires opĂ©rant dans cinq grandes zones d’envoi des États-Unis (Californie, Floride, New York, District de Columbia et Massachusetts) et Ă  destination des pays d’AmĂ©rique centrale et de la RĂ©publique dominicaine, mais aussi sur le coĂ»t des transferts d’argent du Costa Rica vers le Nicaragua.

 

« Les envois de fonds constituent une source vitale de revenus pour des millions de familles en AmĂ©rique centrale et en RĂ©publique dominicaine, a indiquĂ© Massimo Cirasino, responsable de l’infrastructure financiĂšre Ă  la Banque mondiale. Les promoteurs de ce site entendent donc apporter des informations utiles Ă  ceux qui en ont le plus besoin. »

 

Rien que sur le dernier trimestre 2011, on estime qu’aux États-Unis, les immigrants originaires des six pays d’AmĂ©rique centrale et de RĂ©publique dominicaine ont dĂ©pensĂ© au total 200 millions de dollars, voire davantage, en coĂ»ts d’envoi de fonds Ă  leur famille.

 

« DĂšs lors que l’on accroĂźt la transparence du marchĂ© en Ă©toffant les informations sur les tarifs, on donne aux migrants la possibilitĂ© de mieux Ă©valuer les solutions Ă  leur disposition et de se tourner vers le service qui rĂ©pond le mieux Ă  leurs besoins », a expliquĂ© Natasha Bajuk, spĂ©cialiste des envois de fonds au sein du MIF.

 

Voici ce qui ressort de l’analyse des donnĂ©es relatives au dernier trimestre 2011 :

  • Les immigrants originaires d’AmĂ©rique centrale et de RĂ©publique dominicaine ont payĂ©, en moyenne, 12 dollars pour envoyer 200 dollars.
  • Une rĂ©duction d’un point de pourcentage du coĂ»t d’envoi reprĂ©sentera un surcroĂźt d’économies de 150 millions de dollars par an pour l’ensemble des migrants et de leurs familles.
  • Le tarif moyen d’un transfert d’argent des États-Unis vers l’AmĂ©rique centrale et la RĂ©publique dominicaine (en pourcentage de la somme envoyĂ©e) a lĂ©gĂšrement baissĂ© sur les trois derniers mois de 2011, tombant de 5,9 % en octobre Ă  5,7 % en dĂ©cembre.
  • En dĂ©cembre, ce sont les envois de fonds en RĂ©publique dominicaine et au Costa Rica qui ont Ă©tĂ© les plus onĂ©reux, avec un coĂ»t moyen de, respectivement, 14,60 dollars (7,3 %) et 13,60 dollars (6,8 %). Les moins coĂ»teux ont Ă©tĂ© les envois vers El Salvador, Ă  9,40 dollars en moyenne (4,7 %), suivis de ceux destinĂ©s au Honduras et au Nicaragua, Ă  9,60 dollars en moyenne (4,8 %) dans ces deux cas.
  • En dĂ©cembre 2011, c’est de Miami et de New York vers la RĂ©publique dominicaine que les virements ont Ă©tĂ© les plus chers : 15,60 dollars (7,8 %) en moyenne. Ils ont Ă©tĂ© les moins coĂ»teux de New York vers El Salvador et le Honduras, ainsi que de Los Angeles vers El Salvador et le Nicaragua, avec une moyenne de 9,20 dollars (4,6 %).
  • En gĂ©nĂ©ral, le virement sur le compte d’un destinataire (9 dollars) est moins onĂ©reux que l’envoi d’espĂšces (11 dollars). Cependant, le volume des virements effectuĂ©s par l’intermĂ©diaire d’une banque commerciale reste faible par rapport au volume des transferts recourant Ă  une sociĂ©tĂ© d’envoi de fonds.
  • Nombre de prestataires de services proposent des envois monĂ©taires des États-Unis vers l’AmĂ©rique centrale via une carte de dĂ©bit ou de crĂ©dit avec paiement en espĂšces ou par dĂ©pĂŽt d’une somme sur un compte. NĂ©anmoins, le coĂ»t d’un envoi de fonds par carte et paiement en espĂšces est bien plus Ă©levĂ© qu’avec d’autres procĂ©dures de transferts d’argent.

 

Contacts :

Banque interaméricaine de développement : Romina Nicaretta, +1 202 623 1555, rominan@iadb.org

Banque mondiale : Marcela Sånchez-Bender, +1 202 473 5863, msanchezbender@worldbank.org

 

 


Liens utiles

Déclaration de M. Jim Yong Kim, Président du Groupe de la Banque mondiale
La Banque mondiale annonce les lauréats du concours « Vos applis pour le climat »
Robert Zoellick va rejoindre l’UniversitĂ© Harvard et le Peterson Institute au terme de son mandat de PrĂ©sident de la Banque mondiale



Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/SKX9KPJ670