Info-presse en ligne
Ressources pour les journalistes accrédités
Accès membres / Devenir membre

La Banque Mondiale accorde un crédit supplémentaire au Niger en vue d’aider le pays à faire face aux conséquences de la crise libyenne et de la sécheresse

Disponible en: English
Communiqué de presse n°:2012/287/AFR

Un nouveau crédit de 15 Millions de dollar US va couvrir des besoins de financement additionnel des programmes de lutte contre l’insécurité alimentaire et la  réintégration des migrants rentrés de la Libye.

 

WASHINGTON, 23 Février  2012 – Le Conseil d’Administration de la Banque mondiale a approuvé aujourd’hui un financement supplémentaire au deuxième Crédit de Réforme pour la Croissance. D’une valeur de 15 millions de dollar US, ce financement va aider à couvrir des besoins de financement supplémentaires dus aux conséquences de la crise libyenne et à l’insécurité alimentaire née de la mauvaise campagne agricole.

 

«Le Niger se trouve dans une conjoncture difficile. Le soutien de la Banque mondiale vise à aider le pays dans ses efforts de maintien de son ambitieux programme de développement et de réforme» a déclaré Ousmane Diagana, Directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Niger. «Sur la base d’une évaluation initiale de la situation en Octobre 2011, nous avons mobilisé des ressources financières d’un montant de 15 millions de dollars US à travers quatre projets en cours pour soutenir la réponse à la sécurité alimentaire et à la réinsertion des rapatriés. En outre, il vient d'être approuvé 15 millions de dollars de financement supplémentaire, sous forme d’appui budgétaire, afin de soutenir les actions de  développement et les efforts de réforme dans un contexte de grave crise», a poursuivi Ousmane Diagana.


«Une réponse rapide aux besoins liés à la crise au Niger est essentiel pour être efficace», a déclaré Robert Utz, Economiste Principal de la Banque Mondiale pour le Niger. «C’est pourquoi nous avons déployé les efforts possibles pour préparer,  dans un délai très court, ce financement supplémentaire pour soutenir le gouvernement nigérien.»

 
Après le retour à un régime démocratique en Avril 2011, les autorités nigériennes ont commencé à mettre en œuvre un programme ambitieux pour favoriser la croissance économique et accélérer les progrès vers les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Les principales initiatives comprennent notamment un programme visant à assurer l'éducation universelle jusqu'à l'âge de 16 ans, un programme pour améliorer la sécurité alimentaire, une intensification des activités dans les industries extractives, y compris le lancement de la production de pétrole en 2011 et des investissements de grande ampleur du secteur minier qui feront Niger le deuxième plus grand exportateur d'uranium d'ici à 2015 couplé. Ces initiatives sont soutenues par le nouvel engagement des autorités à améliorer la gouvernance et de donner une perspective générale positive pour l'économie nigérienne.

 

Le deuxième Crédit de réforme pour la croissance, d’un montant  de 52.000.000 $ a été approuvé par le Conseil d’Administration de la Banque mondiale le 23 Juin 2011 et est entièrement décaissé en Novembre 2011. Il supporte des réformes visant à favoriser la croissance économique grâce à une amélioration de  l’environnement réglementaire des entreprises, de l’entretien des routes amélioré, des réformes des services des intrants agricoles et de la gestion des finances publiques.

 

Toutefois, après l'approbation de ce deuxième crédit de réformes pour la croissance, le Niger a été durement touché par deux chocs simultanés qui menacent la mise en œuvre du programme de réformes soutenues par la Banque et pourraient retarder le progrès nécessaire vers les OMD. La crise libyenne a déclenché le retour d'environ 250.000 travailleurs migrants nigériens de la Libye et conduit à une détérioration de la situation sécuritaire dans la sous-région. Les récents conflits dans les régions septentrionales du Mali ont conduit, selon les estimations supplémentaires, 10.000 personnes à chercher refuge au Niger. Une mauvaise campagne agricole du fait de l'insuffisance des pluies a entrainé environ 5,4 millions de personnes en insécurité alimentaire, dont 1,3 millions en insécurité alimentaire sévère. Dans ce contexte, les autorités ont très vite développé, en associant les partenaires au développement et les ONG,  trois principaux programmes visant à protéger la population de l'impact de ces chocs. Cela inclut un programme d'urgence pour la sécurité alimentaire, un plan pour aider les groupes vulnérables, et une stratégie de sécurité et de développement de la zone sahélo-saharienne du Niger. Le Gouvernement a demandé une aide internationale pour compléter les efforts des autorités dans ces programmes.

 

Le nouveau financement est sous la forme d'un crédit de l'Association internationale de développement (IDA), le fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres, sous conditions standard de l'IDA.

 

 

Contacts: 

À Washington: Aby Toure, (202) 473-8302, akonate@worldbank.org; 

À Niamey : Odilia Hebga, +227 90 63 01 44 ohebga@worldbank.org 

 

* L’Association internationale de développement (IDA) est l’institution de la Banque mondiale qui aide les pays les plus pauvres de la planète. Créée en 1960, l’IDA aide à réduit la pauvreté en accordant des dons et des crédits sans intérêt permettant à stimuler la croissance économique et à améliorer les conditions de vie des populations. L’Association prête des fonds (appelés crédits) à des conditions concessionnelles. Les crédits de l’IDA sont remboursés sur une période de 25 à 40 ans, y compris un différé d’amortissement de 5 à 10 ans.

 

Pour plus d’informations, visiter le site: http://www.banquemondiale.org/afrique ou http://www.banquemondiale.org/pays  

 

Rejoignez-nmous sur Facebook: http://www.facebook.com/bmafrique 

sur Twitter: http://www.twitter.com/bm_afrique

Chaîne YouTube: http://www.youtube.com/worldbank

 


Pour en savoir plus, veuillez consulter le site des Projets.

Liens utiles

Les prix alimentaires reculent mais restent élevés et proches de leurs pics historiques
Le Niger en bonne voie pour développer la disponibilité
L'innovation : un vecteur promouvant l’égalité des sexes et le développement économique en Afrique, selon la Banque mondiale



Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/9J3B2JO390