Info-presse en ligne
Ressources pour les journalistes accrédités
AccÚs membres / Devenir membre

SELON LA BANQUE MONDIALE, LA PAUVRETE EXTREME RECULE, MAIS CERTAINS FACTEURS DE VULNERABILITE PERSISTENT

Disponible en: Ű§Ù„ŰčŰ±ŰšÙŠŰ©, English, æ—„æœŹèȘž, Español, äž­æ–‡
Communiqué de presse n°:2012/297/DEC

WASHINGTON, le 29 fĂ©vrier 2012 — Selon des estimations publiĂ©es aujourd’hui par la Banque mondiale, le pourcentage de la population vivant avec moins de 1,25 dollar par jour et le nombre de pauvres ont diminuĂ© de 2005 Ă  2008 dans toutes les rĂ©gions du monde en dĂ©veloppement. Cette baisse gĂ©nĂ©rale observĂ©e sur un cycle de suivi de trois ans constitue une premiĂšre depuis que la Banque mondiale a commencĂ© Ă  recueillir des donnĂ©es sur la pauvretĂ© extrĂȘme.

Selon les estimations, 1,29 milliard de personnes vivaient avec moins de 1,25 dollar par jour en 2008, soit 22 % de la population du monde en dĂ©veloppement. À titre de comparaison, en 1981, 1,94 milliard de personnes vivaient dans l’extrĂȘme pauvretĂ©. La mise Ă  jour s’appuie sur les rĂ©sultats de plus de 850 enquĂȘtes menĂ©es auprĂšs mĂ©nages dans prĂšs de 130 pays. L’annĂ©e 2008 est la date la plus rĂ©cente pour laquelle il est possible d’établir une valeur globale ; nous possĂ©dons des statistiques plus rĂ©centes pour les pays Ă  revenu intermĂ©diaire, mais dans le cas des pays Ă  faible revenu, les donnĂ©es plus rĂ©centes sont rares ou impossible Ă  comparer avec les estimations antĂ©rieures.

Une analyse plus rĂ©cente portant sur la pĂ©riode postĂ©rieure Ă  2008 rĂ©vĂšle que si les crises alimentaires, Ă©nergĂ©tiques et financiĂšres qui ont frappĂ© au cours des quatre derniĂšres annĂ©es ont par moments eu de graves incidences sur les populations vulnĂ©rables et ralenti le rythme de rĂ©duction de la pauvretĂ© dans certains pays, la pauvretĂ© a continuĂ© de baisser Ă  l’échelle mondiale. En fait, des estimations fondĂ©es sur une Ă©tude prĂ©liminaire rĂ©alisĂ©e Ă  partir d’un Ă©chantillon plus petit que celui de la mise Ă  jour mondiale donnent Ă  conclure qu’en 2010, la proportion des personnes vivant avec moins de 1,25 dollar par jour Ă©tait infĂ©rieure Ă  la moitiĂ© de la valeur Ă©tablie pour l’annĂ©e 1990. Ainsi, le premier objectif de dĂ©veloppement pour le MillĂ©naire — rĂ©duire de moitiĂ© Ă  l'horizon 2015, par rapport Ă  1990, le nombre de personnes vivant dans une extrĂȘme pauvreté — aura Ă©tĂ© atteint avant l’échĂ©ance de 2015.

« Le monde en dĂ©veloppement a fait des progrĂšs considĂ©rables dans sa lutte contre la pauvretĂ© extrĂȘme, mais les 663 millions de personnes qui ont franchi le seuil de pauvretĂ© typique des pays les plus pauvres sont toujours pauvres au regard des normes des pays Ă  revenu intermĂ©diaire ou Ă©levĂ©. Cette masse de gens qui survivent juste au-dessus du seuil d’extrĂȘme pauvretĂ© trahit la situation vulnĂ©rable dans laquelle se trouvent beaucoup de personnes pauvres dans le monde. De plus, au rythme oĂč vont les choses, environ un milliard de personnes vivront toujours dans l’extrĂȘme pauvretĂ© en 2015 », dĂ©clare Martin Ravallion, directeur du groupe de recherche sur le dĂ©veloppement Ă  la Banque mondiale et chef de l’équipe qui a produit les statistiques.

Le seuil de 1,25 dollar par jour correspond Ă  la moyenne des 10 Ă  20 pays les plus pauvres du monde. Le seuil de 2 dollars par jour (seuil mĂ©dian des pays en dĂ©veloppement) laisse constater des progrĂšs plus modestes. En effet, on n’a observĂ© qu’une faible rĂ©duction du nombre de personnes vivant avec moins de 2 dollars par jour entre 1981 et 2008 : ce nombre est passĂ© de 2,59 Ă  2,47 milliards, mĂȘme si la baisse est plus rapide depuis 1999.

« Une situation oĂč 22 % des gens vivent toujours sous le seuil de 1,25 dollar par jour et 42 % vivent sous le seuil de 2 dollars est intolĂ©rable. Nous devons redoubler d’efforts. S’agissant des politiques et programmes, nous devons poursuivre notre lutte contre la pauvretĂ© sur plusieurs fronts : crĂ©ation d’emplois plus nombreux et de meilleure qualité ; prestation de meilleurs services d’éducation et de santé ; construction d’infrastructures de base et protection des plus vulnĂ©rables. S’agissant des mĂ©thodes, il faut Ă©tendre la collecte des donnĂ©es et renforcer les capacitĂ©s statistiques, en particulier dans les pays Ă  faible revenu», dĂ©clare Jaime Saavedra, directeur du Groupe RĂ©duction de la pauvretĂ© et Ă©quitĂ© de la Banque mondiale. 

Le public peut accĂ©der Ă  l’ensemble des donnĂ©es statistiques qui sous-tendent les nouvelles estimations internationales grĂące Ă  l’outil en ligne PovcalNet (http://iresearch.worldbank.org/PovcalNet). Ce site prĂ©sente Ă©galement des estimations plus rĂ©centes que 2008.

« PovcalNet est l’outil interactif de donnĂ©es en libre accĂšs de la Banque mondiale pour la mesure de la pauvretĂ© et de l’inĂ©galitĂ©. Il permet aux utilisateurs d’accĂ©der aux donnĂ©es et de reproduire les estimations de la Banque mondiale, ou de calculer les taux de pauvretĂ© en utilisant le seuil ou le groupe de pays de leur choix », explique Shaohua Chen, statisticien principal du Groupe d'Ă©tude de la Banque mondiale. 

La mĂ©thodologie de la Banque mondiale se fonde sur la consommation et sur le revenu, ajustĂ© pour tenir compte de l’inflation dans les pays et des diffĂ©rences de pouvoir d’achat entre les pays.

FAITS SAILLANTS RÉGIONAUX

Asie de l’Est et Pacifique : Environ 14 % de la population vivait avec moins de 1,25 dollar par jour en 2008. Cette proportion s’établissait Ă  77 % en 1981, lorsque cette rĂ©gion affichait le taux de pauvretĂ© le plus Ă©levĂ© du monde. En Chine, 13 % de la population (173 millions de personnes) vivait avec moins de 1,25 dollar par jour en 2008. L’Asie de l’Est a atteint le premier ODM il y a environ 10 ans.

Dans les pays en dĂ©veloppement autres que la Chine, la proportion de la population vivant dans la pauvretĂ© extrĂȘme est passĂ©e de 41 % en 1981 Ă  25 % en 2008. Toutefois, le nombre de personnes vivant dans la pauvretĂ© extrĂȘme Ă©tait Ă  peu prĂšs le mĂȘme en 2008 qu’en 1981, soit environ 1,1 milliard. Il a augmentĂ© au cours des annĂ©es 1980 et 1990, est en baisse depuis 1999.

Asie du Sud : La proportion de la population vivant avec moins de 1,25 dollar par jour est passĂ©e de 61 % en 1981 Ă  36 % en 2005, et a encore diminuĂ© de 3,5 points de pourcentage entre 2005 et 2008. La proportion de la population vivant dans l’extrĂȘme pauvretĂ© est aujourd’hui la plus faible enregistrĂ©e depuis 1981.

AmĂ©rique latine et CaraĂŻbes : La proportion de la population vivant avec moins de 1,25 dollar par jour est passĂ©e d’un sommet de 14 % en 1984 Ă  son taux le plus bas jusqu’ici, soit 6,5 % en 2008. Le nombre de personnes pauvres a augmentĂ© jusqu’en 2002, et il est en forte baisse depuis.

Moyen-Orient et Afrique du Nord : La proportion de la population de cette rĂ©gion vivant avec moins de 1,25 dollar par jour s’établissait Ă  2,7 % en 2008, soit 8,6 millions de personnes. Ils Ă©taient 10,5 millions en 2005 et 16,5 millions en 1981.

Europe orientale et Asie centrale : La proportion de la population vivant avec moins de 1,25 dollar par jour s’établit dĂ©sormais Ă  moins de 0,5 %, aprĂšs avoir atteint un sommet de 3,8 % en 1999. En 2008, 2,2 % de la population vivait avec moins de 2 dollars par jour, comparativement Ă  un sommet de 12 % en 1999.

Afrique subsaharienne : Pour la premiĂšre fois depuis 1981, moins de la moitiĂ© de la population (47 %) vivait sous le seuil de 1,25 dollar par jour. Cette proportion s’établissait Ă  51 % en 1981. La proportion de la population vivant avec moins de 1,25 dollar par jour a diminuĂ© de 10 % en Afrique subsaharienne depuis 1999. En 2008, il y avait 9 millions de moins de personnes vivant sous le seuil de 1,25 dollar par jour qu’en 2005.

On trouvera un rĂ©sumĂ© de six pages contenant les principales donnĂ©es, un document de rĂ©fĂ©rence sur la mĂ©thodologie, des graphiques et d’autres dĂ©tails Ă  l’adresse http://econ.worldbank.org/PovcalNet 

On trouvera par ailleurs Ă  l’adresse http://povertydata.worldbank.org/poverty/home des graphiques et des tableaux de donnĂ©es internationales et nationales sur la pauvretĂ© et l’inĂ©galitĂ©.

Pour en savoir plus sur les études de la Banque mondiale, consulter le site http://econ.worldbank.org/research.

Pour de plus amples informations sur les activités régionales et nationales de la Banque mondiale sur la pauvreté, consulter le site http://www.worldbank.org/poverty

Contacts :  

À Washington : Merrell Tuck (202) 473-9516, mtuckprimdahl@worldbank.org

 




Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/3CUXXMXX60