Info-presse en ligne
Ressources pour les journalistes accrédités
AccÚs membres / Devenir membre

Inde : La Banque mondiale rĂ©affirme son engagement Ă  l’appui du programme de dĂ©veloppement durable de l’État d’Odisha

Disponible en: Ű§Ù„ŰčŰ±ŰšÙŠŰ©, Español, English
Communiqué de presse n°:2012/347/EXT

 

BHUBANESWAR, 28 mars 2012 — Le prĂ©sident du Groupe de la Banque mondiale Robert B. Zoellick a pris aujourd’hui l’engagement d’intensifier les apports d’appui financier et de services-conseil Ă  l’État indien d’Odisha en rĂ©ponse aux besoins dĂ©finis par ses dirigeants pour assurer un dĂ©veloppement solidaire et durable. 

 

M. Zoellick a entrepris cette visite dans l’Odisha pour pouvoir cerner de visu certains des dĂ©fis qui s’y posent sur le plan Ă©conomique et social, et dĂ©terminer le meilleur type d’appui que peut fournir le Groupe de la Banque Ă  cet Ă©gard. En plus des entretiens qu’il a eus avec le ministre en chef de l’État, Naveen Patnaik, et certains autres de ses hauts dirigeants, il a eu Ă©galement l’occasion d’observer sur place les efforts menĂ©s pour prĂ©server l’environnement, qui comprend notamment un Ă©cosystĂšme de mangroves qui est le deuxiĂšme d’Asie par ses dimensions et le plus riche au monde par sa diversitĂ©. 

 

« Le Gouvernement d’Odisha a pris d’importantes mesures pour lutter contre la pauvretĂ© et assurer la justice sociale, et on en voit le signe dans les domaines de la sĂ©curitĂ© alimentaire, de la production agricole et de l’autonomisation des femmes », a dĂ©clarĂ© M. Patnaik. « Mais des problĂšmes continuent toutefois de se poser, surtout en matiĂšre de productivitĂ© agricole et pour ce qui est d’assurer l’accĂšs aux infrastructures et aux services publics. La Banque mondiale a Ă©tĂ© un partenaire de dĂ©veloppement pour l’Odisha, et nous espĂ©rons poursuivre notre collaboration mutuelle pour apporter une rĂ©ponse Ă  ces problĂšmes. »

 

Revenant sur prĂšs de 20 annĂ©es de partenariat entre le Groupe de la Banque et l’Odisha, M. Zoellick a fĂ©licitĂ© ses dirigeants des progrĂšs accomplis ces dix derniĂšres annĂ©es par l’État pour son dĂ©veloppement, tout en reconnaissant les dĂ©fis qui se posent encore pour son avenir. 

 

« L’Odisha a bien progressĂ© sur le plan de son dĂ©veloppement, et il convient de fĂ©liciter ses dirigeants pour la façon dont ils ont assurĂ© sa stabilitĂ© budgĂ©taire et pour les efforts concentrĂ©s qu’ils ont menĂ©s en vue de rĂ©duire la pauvreté », a-t-il dĂ©clarĂ©. « L’Odisha peut contribuer pour beaucoup Ă  la croissance Ă©conomique et au dĂ©veloppement de l’Inde. Les vastes ressources minĂ©rales de cet État peuvent prendre une part substantielle Ă  l’essor de l’Inde dans des domaines stratĂ©giques, et contribuer aussi Ă  attĂ©nuer les pressions qui s’exercent au plan mondial sur les prix des produits de base. Pour bien tirer parti de ces ressources, il va lui falloir opĂ©rer des arbitrages entre le renforcement de la croissance, l’environnement et la rĂ©partition des fruits de la croissance entre ses habitants. »

 

Pour M. Zoellick, le chemin parcouru par cet État en vue d’atteindre un profil de croissance Ă  la fois solidaire et durable peut fournir d’importants enseignements aux autres pays et États qui sont eux aussi richement dotĂ©s en ressources naturelles mais confrontĂ©s Ă  de profondes poches de pauvretĂ©.

 

Les entretiens qu’il a eus avec les dirigeants de l’État ont principalement portĂ© sur les orientations que le Groupe de la Banque peut donner Ă  son programme, qui se chiffre au total Ă  600 millions de dollars, pour mieux soutenir l’action engagĂ©e par le gouvernement en vue d’apporter une rĂ©ponse Ă  ses problĂšmes de dĂ©veloppement. Les secteurs dans lesquels il est envisagĂ© de porter l’effort Ă  l’avenir sont notamment la gestion de l’eau, l’hydraulique urbaine et le secteur minier. 

 

Le secteur privĂ© contribuera pour une bonne part Ă  la croissance de l’économie de l’État. Dans ce contexte, la SociĂ©tĂ© financiĂšre internationale (IFC), composante du Groupe de la Banque spĂ©cialisĂ©e dans le secteur privĂ©, a lancĂ© une nouvelle initiative de partenariat pour une croissance solidaire dans l’Odisha en vue d’aider celui-ci Ă  gĂ©nĂ©rer des investissements aux effets transformateurs dans des domaines clĂ©s tels que l’agro-industrie, les activitĂ©s d’aval de la mĂ©tallurgie et le tourisme, ainsi que pour faciliter le fonctionnement des petites et moyennes entreprises.

 

En dĂ©but de journĂ©e, M. Zoellick a pu constater lui-mĂȘme les dĂ©fis auxquels est confrontĂ© l’État pour son dĂ©veloppement, et les efforts qu’il dĂ©ploie pour y faire face. Visitant en bateau la rĂ©gion du parc de Bhitarkanika, il a vu le travail de protection contre l’érosion cĂŽtiĂšre entrepris dans cette zone constituant un Ă©cosystĂšme de mangroves qui est le deuxiĂšme d’Asie par la taille, et qui abrite une riche biodiversitĂ©. 

 

Dans le cadre du projet de gestion intĂ©grĂ©e de la zone cĂŽtiĂšre financĂ© par la Banque mondiale, un processus est engagĂ© pour prĂ©server ces mangroves afin qu’elles fassent tampon contre l’érosion qui menace les terres productives. Ce projet soutient notamment les efforts menĂ©s par les autoritĂ©s pour faire en sorte que le processus en question ne porte pas prĂ©judice aux moyens de subsistance des communautĂ©s riveraines. M. Zoellick a rencontrĂ© des membres des communautĂ©s de pĂȘcheurs associĂ©es Ă  ce processus, ainsi que des membres de groupes d’entraide fĂ©minins mis sur pied dans le cadre d’un autre projet entrepris avec l’appui de la Banque (le projet TRIPTI), qui ont tous bĂ©nĂ©ficiĂ© d’initiatives et de mesures collectives destinĂ©es Ă  amĂ©liorer leurs moyens de subsistance. 

 

« J’ai Ă©tĂ© frappĂ© de rencontrer au sein de ces communautĂ©s des personnes qui font aujourd’hui l’acquisition de nouvelles compĂ©tences pour se lancer dans de nouveaux modes de subsistance qui puissent venir Ă  l’appui des efforts de prĂ©servation », a-t-il dĂ©clarĂ©. « Ce qui est remarquable, c’est qu’en dĂ©pit des problĂšmes qui se posent Ă  eux, ces gens ont souscrit avec enthousiasme Ă  ces efforts de prĂ©servation en faisant partie des comitĂ©s d’éco-dĂ©veloppement au sein desquels ils reçoivent une formation et certaines incitations. Ils jouent aujourd’hui un rĂŽle clĂ© dans la protection des mangroves et, au lieu d’ĂȘtre de simples utilisateurs de ces ressources, ils en deviennent Ă  prĂ©sent les gestionnaires. » 

 

 

Action de la Banque dans l’État d’Odisha

 

La Banque soutient depuis le milieu des annĂ©es 90 le programme de dĂ©veloppement entrepris par l’État d’Odisha. Elle a financĂ© pour cela des projets d’investissement en matiĂšre d’irrigation, d’électricitĂ©, de routes et d’éducation, ainsi que des activitĂ©s d’assistance technique, et accordĂ© des prĂȘts et crĂ©dits Ă  l’appui des politiques de dĂ©veloppement. 

 

  

Contacts :

À Washington : Alison Reeves, +1 202 473-8955, areeves@worldbank.org

À Bhubaneswar : Sudip Mozumder, +91-11-41479210, smozumder@worldbank.org

Radio et télévision : Natalia Cieslik, +1 202 458-9369, ncieslik@worldbank.org

 

 

Pour plus de renseignements, veuillez visiter le site suivant : www.worldbank.org/

 

Rendez-nous visite sur Facebook : http://www.facebook.com/worldbank

Restez informés sur Twitter : http://www.twitter.com/worldbank

Notre chaßne YouTube : http://www.youtube.com/worldbank


Liens utiles

Le Groupe de la Banque mondiale annonce la nomination de Jin-Yong Cai au poste de vice-président exécutif et directeur général de la Société financiÚre internationale
Jim Yong Kim, PrĂ©sident de la Banque mondiale allocution prononcĂ©e Ă  la sĂ©ance plĂ©niĂšre d’ouverture de la ConfĂ©rence internationale de 2012 sur le sida
Déclaration de M. Jim Yong Kim, Président du Groupe de la Banque mondiale



Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/KY0OJ0QAV0