Info-presse en ligne
Ressources pour les journalistes accrédités
AccÚs membres / Devenir membre

La Banque mondiale veut enclencher une dynamique mondiale en faveur de la révolution géothermique

Disponible en: English, Español

 Geothermal plant in iceland

STORY HIGHLIGHTS

‱  Une quarantaine de pays dans le monde ont un potentiel gĂ©othermique suffisant pour satisfaire une part significative de leurs besoins Ă©nergĂ©tiques.

‱  La Banque mondiale dĂ©fend un Plan mondial de dĂ©veloppement de la gĂ©othermie pour alimenter des millions d’habitants des pays en dĂ©veloppement.
 
‱  En 2012, les prĂȘts de la Banque mondiale pour le dĂ©veloppement de la gĂ©othermie ont atteint 336 millions de dollars, soit pratiquement 10 % de son portefeuille total de prĂȘts aux Ă©nergies renouvelables.


6 mars 2013

Quand il a colonisĂ© l’Islande voici un millier d’annĂ©es, IngĂłlfur Arnarson a baptisĂ© la future capitale du pays du nom de Reykjavik, ou « baie des fumĂ©es », en raison des vapeurs provenant des sources d’eau chaude qui parsĂšment l’üle. Un millĂ©naire a passĂ© et l’Islande exploite toujours cette ressource : elle tire plus de 25 % de son Ă©lectricitĂ© de l’énergie gĂ©othermique et neuf bĂątiments sur dix sont chauffĂ©s par les rejets des centrales gĂ©othermiques.


L’Islande fait partie de la quarantaine de pays dans le monde au potentiel gĂ©othermique suffisant pour satisfaire une part significative de leurs besoins Ă©nergĂ©tiques. À l’Ă©chelle planĂ©taire, ce potentiel reste largement sous-exploitĂ© : les capacitĂ©s mondiales gĂ©othermiques ne reprĂ©sentent actuellement que 11 gigawatts, soit 0,3 % seulement de l’Ă©nergie produite dans le monde.

Le principal frein aux projets de gĂ©othermie est liĂ© Ă  la phase initiale de forage, onĂ©reuse et risquĂ©e. Prouver la viabilitĂ© d’un seul champ gĂ©othermique peut coĂ»ter entre 15 et 25 millions de dollars : un investissement Ă  fonds perdus si le site se rĂ©vĂšle sans intĂ©rĂȘt.

Soucieuse de faire bouger les choses, la Banque mondiale a pris l’initiative de lancer un Plan mondial de dĂ©veloppement de la gĂ©othermie (a). Il s’agit de mobiliser bailleurs de fonds et prĂȘteurs multilatĂ©raux autour d’un programme d’investissement visant Ă  dĂ©ployer l’Ă©nergie gĂ©othermique dans les pays en dĂ©veloppement. Ce plan porte principalement sur la rĂ©alisation de forages d’essai, dans l’objectif de constituer un portefeuille de projets commercialement viables susceptibles d’attirer des investisseurs privĂ©s.

Sri Mulyani IndrawatiLa gĂ©othermie pourrait procurer un triple dividende aux pays en dĂ©veloppement, parce que c’est une Ă©nergie propre, fiable et produite localement. Une fois les installations construites, c’est une Ă©nergie bon marchĂ© et pratiquement inĂ©puisable. || Sri Mulyani Indrawati, Directrice gĂ©nĂ©rale, Banque mondiale

Lors d’une confĂ©rence sur la gĂ©othermie organisĂ©e Ă  Reykjavik le 6 mars dernier (Iceland Geothermal Conference (a)), Mme Sri Mulyani Indrawati a appelĂ© les bailleurs de fonds, les banques multilatĂ©rales, les gouvernements et le secteur privĂ© Ă  participer au Plan promu par la Banque mondiale afin de faire de cette source d’Ă©nergie, actuellement marginale, la premiĂšre source d’approvisionnement Ă©nergĂ©tique pour des millions d’individus.

« La gĂ©othermie pourrait procurer un triple dividende aux pays en dĂ©veloppement (a), parce que c’est une Ă©nergie propre, fiable et produite localement. Une fois les installations construites, c’est une Ă©nergie bon marchĂ© et pratiquement inĂ©puisable Â», a soulignĂ© la directrice gĂ©nĂ©rale de la Banque mondiale.

Mme Sri Mulyani Indrawati a rappelĂ© que « le Groupe de la Banque mondiale et bon nombre de [ses] partenaires soutiennent les objectifs de l’initiative Énergie durable pour tous (a), lancĂ©e par le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral des Nations Unies, Ban Ki-moon, et le prĂ©sident de la Banque mondiale, Jim Yong Kim Â». Alors que deux de ces objectifs concernent l’accĂšs universel Ă  des services Ă©nergĂ©tiques modernes et le doublement de la part des Ă©nergies renouvelables dans le bouquet Ă©nergĂ©tique mondial, « la gĂ©othermie permettra des avancĂ©es majeures sur ces deux fronts Â», a-t-elle soulignĂ©.

De l’Afrique de l’Est Ă  la rĂ©gion des Andes en passant par l’Asie du Sud-est et l’AmĂ©rique centrale, de nombreuses rĂ©gions en dĂ©veloppement ont un rĂ©el potentiel gĂ©othermique. La Banque mondiale et l’Islande travaillent d’ores et dĂ©jĂ  dans le cadre d’un « Plan gĂ©othermie Â» pour soutenir des Ă©tudes d’exploration superficielle et apporter une assistance technique aux pays de la vallĂ©e du Rift, en Afrique. La Zambie devrait bientĂŽt rejoindre les premiers pays participants : Tanzanie, Burundi, Rwanda, Ouganda et Éthiopie.

En prenant appui sur ces initiatives antĂ©rieures, le nouveau Plan lancĂ© par la Banque a une envergure dĂ©sormais mondiale et il met l’accent sur le dĂ©veloppement des forages d’essai. Il va consister Ă  identifier les sites prometteurs et lever des fonds pour ces explorations, afin de parvenir Ă  des projets commercialement viables. Initialement, le Plan entend mobiliser 500 millions de dollars. Les bailleurs de fonds peuvent y contribuer en identifiant des projets viables et par le biais de l’aide bilatĂ©rale. Ils peuvent aussi acheminer leur aide via les canaux existants, Ă  l’instar des Fonds d’investissement climatique (a) ou du Fonds pour l’environnement mondial (a).

Le Plan sera administrĂ© par le Programme d’assistance Ă  la gestion du secteur Ă©nergĂ©tique (a) de la Banque mondiale, et bĂ©nĂ©ficiera Ă  ce titre de la longue expĂ©rience que ce programme a Ă  son actif. La Banque mondiale rĂ©unira les bailleurs de fonds cette annĂ©e afin d’Ă©voquer le financement de plusieurs projets gĂ©othermiques inscrits dans le Plan.

Le Groupe de la Banque mondiale finance le dĂ©veloppement de la gĂ©othermie depuis les annĂ©es 1970 et a portĂ© ses investissements de 73 millions de dollars en 2007 Ă  336 millions en 2012, ce qui reprĂ©sente 10 % de son portefeuille total de prĂȘts aux Ă©nergies renouvelables.

La gĂ©othermie est aussi la source d’Ă©nergie Ă  avoir la plus faible empreinte au sol par kilowattheure, ce qui constitue un atout particuliĂšrement convaincant pour les pays en dĂ©veloppement oĂč la terre est prĂ©cieuse et les densitĂ©s de population Ă©levĂ©es.

« Jusqu’ici, nous avons ƓuvrĂ© au niveau des pays et au niveau rĂ©gional, a dĂ©clarĂ© Mme Sri Mulyani Indrawati. Ces efforts, importants, doivent ĂȘtre poursuivis, mais nous devons dĂ©sormais enclencher une dynamique mondiale. Seule une initiative internationale pourra donner Ă  la gĂ©othermie la place qui lui revient en tant que principale source d’Ă©nergie pour de nombreux pays en dĂ©veloppement. Seule une initiative mondiale pourra mutualiser les ressources — et les risques. Ce faisant, nous pourrons tirer les leçons de nos Ă©checs et de nos succĂšs respectifs et avancer en connaissance de cause Â».

Ressources

(a) indique une page en anglais.




Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/GFZ9ZTAXD0