Les femmes deviennent propriétaires de terres en Éthiopie

Disponible en: Ø§Ù„عربية, Español, 中文, English
  • L’attribution de titres de propriété en milieu rural en Éthiopie accroît la confiance et améliore le statut des femmes.
  • L’effort pour faire enregistrer les terres des agriculteurs se poursuit avec le projet de gestion durable des terres de la Banque mondiale.
  • Les principaux objectifs comprennent l’arrêt de la dégradation des terres et l’accroissement de la productivité agricole.

Amhara, Éthiopie, le 21 avril 2010 – Tewabech Mamo admire le luxuriant champ d’orge situé devant sa maison dans les hautes terres d’Éthiopie. La brume s’élève d’un peuplement d’eucalyptus adjacents qu’elle a plantés après avoir obtenu un titre de propriété de plus d’un hectare de terres agricoles. Elle montre aujourd’hui son nom et sa photographie dans le petit livret vert qui confirme ses droits de propriété sur ces terres.

« Il est aussi précieux que mes enfants, c’est comme un fils », dit cette femme de 52 ans, mère de quatre garçons et deux filles, au sujet de son extrait de registre foncier. Elle l’a obtenu après avoir divorcé de son mari et reçu la moitié des terres de la famille. « Je suis heureuse, je suis fière. Ce registre m’a mis sur un pied d’égalité avec les hommes. Personne n’essaie de me maltraiter à présent. Je suis propriétaire de ces terres et je suis une fière citoyenne. »

Mamo est au nombre des 349 femmes propriétaires de terres de Gola Kebele, une petite communauté agricole de la région d’Asagirt Woreda, au sud de la ville en pleine expansion de Debre Birhan où une société chinoise construit actuellement une importante autoroute Nord-Sud.

Le district d’Asagirt Woreda est considéré comme une zone d’insécurité alimentaire. En dépit de sa beauté, cette région souffre de l’épuisement de ses sols, d’érosion et d’une faible productivité agricole. La Banque mondiale et d’autres organisations internationales ont soutenu des efforts visant à accroître la productivité agricole et les moyens de subsistance des habitants de la région au moyen de programmes de distribution d’engrais, de programme relatifs à d’autres facteurs de production agricole et de programmes de rémunération du travail en espèces.

Toutefois, l’élément le plus important pour stimuler l’agriculture dans la région réside peut-être dans l’effort d’enregistrement des terres qui rassure les agriculteurs sur le fait que leurs terres ne leurs seront pas enlevées sans indemnité, comme cela s’est produit par le passé. Une étude de 2008 financée par le Plan d’action pour l’égalité des sexes de la Banque mondiale a montré que l’effort d’attribution de titres de propriété à grande échelle en Éthiopie (dont ont bénéficié pendant cinq ans 6,3 millions de ménages dans les régions d’Amhara, d’Oromia et de Tigray ainsi que les nations, nationalités et populations autochtones des régions du Sud) a réduit les conflits, encouragé les agriculteurs à planter des arbres et à utiliser leurs terres de manière durable, et amélioré le statut économique et social des femmes.

Klaus Deininger, économiste principal dans le domaine du développement rural au sein du Groupe d’économie du développement de la Banque mondiale explique : « Les femmes nous ont dit que les droits fonciers sont importants pour elles, même si leurs rôles traditionnels sont demeurés inchangés. » Deux ans après la fin du programme, bon nombre de femmes de deux districts d’Amhara affirment que leurs titres de propriété leur ont permis de gagner en confiance.

« Il y a eu des changements significatifs dans les rôles et relations des femmes », déclare Zewditu Assefa, une mère de cinq enfants âgée de 35 ans qui a hérité de 3 hectares de terres agricoles de son père après avoir divorcé de son mari.

« Avant, les femmes ne pouvaient pas être propriétaires de terres et cela les plaçaient dans une position de faiblesse pour faire face aux hommes ou négocier avec eux. Désormais, ce n’est plus le cas. »

Le programme a résolu les préoccupations relatives à la sécurité foncière

Le sentiment d’insécurité foncière, présent depuis le règne monarchique de l’Éthiopie, s’est aggravé parmi les agriculteurs lorsque le régime marxiste de Deng a nationalisé toutes les terres pour les redistribuer dans les années 1970 et 1980. Le Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien a pris le pouvoir en 1991 et a depuis adopté un certain nombre de politiques et de réformes juridiques visant à améliorer la sécurité foncière et la gestion des terres.

Les femmes ont compris leurs droits
et les avantages qui y sont liés, non seulement en ce qui a trait aux terres, mais aussi
en général. L’attribution de titres de propriété
a vraiment redonné confiance aux femmes
et les a aidées à sortir
de leur rôle traditionnel dans les cuisines.


-Asresash Hailu, bureau de la condition féminine de Woreda.

Avant cet effort d’enregistrement des terres, le district d’Asagirt Woreda avait été le théâtre de conflits – et de tueries – relatifs aux terres qui avaient poussé certains résidents à partir, affirment les autorités locales de gestion des terres. Ces problèmes sont désormais en grande partie résolus puisque les terres des 10 783 ménages agricoles du district ont été enregistrées.

L’histoire est semblable à Antsokia Gemza Woreda dans la Grande fosse orientale où les terres des 15 243 ménages ont presque toutes été enregistrées et où des droits fonciers ont été revendiqués par 1 000 femmes de plus que prévu.

Auparavant, les femmes n’avaient pas de droits fonciers. Les femmes divorcées ne pouvaient espérer rien d’autre qu’un sac de céréales comme cadeau de séparation de la part de leur anciens maris. Désormais, elles ont droit à 50 % des titres fonciers. Autrefois, les épouses et veuves, fréquemment tenues à l’écart de la communauté, ne pouvaient que faiblement revendiquer les terres de leur époux.

« Avant que j’obtienne un titre de propriété à mon nom, il était socialement convenu que les terres appartenaient à mon mari », dit Tashegu Woretaw, une veuve de 48 ans qui détient un hectare de terres près de la ferme de Mamo. « Si quelque chose m’arrivait, j’étais supposée quitter la maison sans pouvoir obtenir quoi que ce soit en échange de notre propriété commune. Je n’étais donc pas très motivée à investir à long terme dans les terres. Après avoir obtenu le titre de propriété, j’ai planté des eucalyptus et j’ai également préparé une partie des terres pour y faire pousser de l’herbe destinée à engraisser des petits animaux d’élevage et des bœufs musqués. »

Un nouveau projet poursuit l’effort d’attribution de titres de propriété

Selon M. Deininger, la première phase du programme du gouvernement, qui a remis des livrets aux propriétaires fonciers, a été rapide, peu coûteuse et non biaisée. Elle s’est appuyée sur des comités d’utilisation des terres dont les membres ont été démocratiquement élus à l’échelle locale.

La deuxième phase du programme d’attribution de titres de propriété portera sur la cartographie des avoirs immobiliers au moyen de la technologie satellite.

Un projet pilote portant sur la deuxième phase du programme est inclus dans le projet de gestion durable des terres (a) de la Banque mondiale qui porte sur 35 bassins hydrologiques dans six États régionaux. Le projet est financé par une subvention de 20 millions de dollars de l’Association internationale de développement (IDA) à laquelle s’ajoutent 9 millions de dollars provenant du Fonds d’affectation spéciale du Fonds pour l’environnement mondial et 8,79 millions de dollars supplémentaires fournis par le gouvernement de l’Éthiopie.

« Le but de ce projet est de maintenir nos registres fonciers à jour, tout en ayant en tête le développement d’un système de registre foncier à l’échelle nationale », explique monsieur Deininger.

Le but global du projet est de mettre un terme à la dégradation des terres, qui coûte à l’Éthiopie entre 2 et 3 % de son produit intérieur brut (PIB) chaque année. Ce coût constitue un frein majeur dans un pays où l’agriculture représente près de 50 % du PIB, 90 % des revenus tirés des exportations et qui est source de revenus pour plus de 85 % des près de 70 millions d’habitants du pays.

M. Ato Demiss Kebede, administrateur du district de Antsokia, explique que dans l’ensemble, les agriculteurs semblent être devenus plus productifs depuis le début du programme d’attribution des titres de propriété.

« Étant donné qu’ils ont commencé à se sentir pleinement en confiance avec leur titre de propriété en poche, ils ont commencé à produire plus de trois fois plus qu’auparavant et à installer des structures permanentes et d’autres facteurs de production pour améliorer leurs terres », explique-t-il.

Asresash Hailu, du bureau de la condition féminine de Woreda ajoute : « Les femmes ont compris leurs droits et les avantages qui y sont liés, non seulement en ce qui a trait aux terres, mais aussi en général. L’attribution de titres de propriété a vraiment redonné confiance aux femmes et les a aidées à sortir de leur rôle traditionnel dans les cuisines. »




Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/A4W4KRGLF0