Initiatives régionales

Disponible en: English

Dans le contexte des efforts accrus menés par la communauté internationale pour aider les pays en développement à réduire la pauvreté, c’est l’Afrique qui présente, pour beaucoup, les plus sérieux défis. Les priorités de la Banque mondiale dans cette région coïncident avec l’accélération du processus suivi en vue d’atteindre les objectifs de développement pour Millénaire, et correspondent à celles que les chefs d’État africains ont définies au titre du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD). Elles s’établissent ainsi :

  • Allégement de la dette
  • Appui aux pays sortant d’un conflit 
  • Lutte contre les maladies transmissibles 
  • Intégration régionale 
  • Renforcement des capacités 
  • Accès aux marchés pour les produits africains

Les initiatives suivantes viennent à l’appui de ces priorités de la Banque en Afrique subsaharienne :

MDRPLe Programme multi-pays de démobilisation et de réintégration (MDRP) est une initiative, menée par plusieurs organismes, qui apporte un appui à la démobilisation et la réintégration des ex-combattants dans la Région élargie des Grands Lacs, en Afrique Centrale. Le MDRP est le programme le plus important de cette nature dans le monde et l'on estime qu'il vise actuellement à atteindre 450.000 ex-combattants dans sept pays : l'Angola, le Burundi, l'Ouganda, la République centrafricaine, la République Démocratique du Congo, la République du Congo et le Rwanda.

Le programme RuralStruc  est un programme d’étude économiques et sectorielles de portée interrégionale et d’une durée de deux ans qui relève du Département développement écologiquement et socialement durable (SD) de la Banque mondiale. Il s’étend aux régions Amérique latine et Caraïbes (LAC), Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) et Afrique (AFR), et est géré par les services développement écologiquement et socialement durable de la Région Afrique (AFTSD).

TerrAfrica  est un partenariat établi entre les pays d’Afrique subsaharienne, les pays et organismes donateurs, la société civile et les milieux de la recherche dans le but d’assurer sur une plus grande échelle un appui uniforme à des approches efficaces et rationnelles de gestion durable des sols mises en œuvre à l’initiative des pays.   

Intégration régionale(a) – La plupart des pays africains ont déjà conscience des avantages à tirer de l’intégration régionale et sont parties à un accord de ce type au moins. Le bilan qu’ils présentent à cet égard est certes nuancé, mais un nouvel élan se manifeste aujourd’hui pour une approche plus pragmatique de l’intégration régionale.  

Groupe de travail sur le renforcement des capacités en Afrique  (a) – Bien qu’il fasse l’objet d’un appui substantiel des donateurs et d’efforts concertés des pays en développement, le renforcement des capacités reste une contrainte majeure pour le développement. Le besoin d’institutions plus fortes en Afrique s’impose de manière évidente dans l’optique d’une mise en œuvre satisfaisante des programmes stratégiques de réduction de la pauvreté, ainsi que pour la réalisation des objectifs de développement pour le Millénaire.

Alliances pour le savoir pour l’Afrique  – L’échange de connaissances et les possibilités d’apprentissage au contact des clients et partenaires sont des centres d’intérêt et domaines d’activité majeurs pour ces alliances, l’objectif étant de renforcer la qualité de l’aide fournie par la Banque mondiale et d’en améliorer l’impact.   

Initiative pour le bassin du Nil  (a) – Lancée en février 1999, cette initiative est un partenariat régional formé par les pays riverains du Nil dans le but d’assurer ensemble le développement et la gestion à long terme des eaux du fleuve.
  
   

Projet d’oléoduc Tchad-Cameroun  – Ce projet porte sur l’exploitation des champs de pétrole de Doba, dans le sud du Tchad, et la construction d’un oléoduc entre la zone de production et les installations de chargement en mer situées au large du littoral atlantique du Cameroun. Il constitue un dispositif sans précédent, destiné à tirer des avantages directs de la manne pétrolière au profit des pauvres, des catégories de population vulnérables, et de l’environnement.

Programme plurinational de lutte contre le VIH/SIDA en Afrique  (a) – Cette initiative aide un nombre croissant de pays africains (plus de 28 à l’heure actuelle) à accroître l’accès à leurs programmes de prévention, de soins et de traitement du VIH/SIDA, en mettant l’accent sur les groupes vulnérables.

Partenariat stratégique pour l’Afrique (a) – Association informelle de bailleurs de fond et de partenaires africains, le PSA a pour but de soutenir l’effort de lutte contre la pauvreté en Afrique en faisant en sorte d’améliorer qualitativement et de renforcer quantitativement les apports d’aide à ce continent.

Programme régional de développement de l’entreprise (PRDE) (a) – Le PRDE est un projet continu de recherche qui vise, par l’accumulation de connaissances sur le monde de l’entreprise et la fourniture de conseils sur les politiques à suivre, à avoir un impact utile sur le développement du secteur manufacturier privé en Afrique subsaharienne.  

Programme de politiques de transport en Afrique subsaharienne – Fruit d’un partenariat international, ce programme vise à faciliter l’élaboration de politiques de transport ainsi que le renforcement des capacités correspondant. L’objectif est d’aboutir à des systèmes de transport sûrs, fiables et d’un bon rapport coût-efficacité, qui donnent aux populations les moyens d’échapper à la pauvreté et qui aident les pays à soutenir la concurrence internationale.  

Faire reculer le paludisme (a) – Rassemblant plus de 90 partenaires, le partenariat mondial Faire reculer le paludisme constitue une approche coordonnée de lutte contre cette maladie à l’échelle internationale. Le paludisme tue chaque année plus de 1 million d’individus, en majorité des enfants, et l’objectif de ce partenariat est de réduire de moitié le fardeau de cette maladie à l’horizon 2010.

Partenariat mondial pour éliminer la cécité des rivières  (a) – Ce partenariat mondial se donne pour mission d’éradiquer la cécité des rivières sur tout le continent africain d’ici à 2010. Provoquée par le parasite Onchocerca volvulus, cette maladie constitue un sérieux problème de santé publique et un facteur qui fait obstacle au développement socioéconomique en Afrique, où elle est endémique dans 30 pays.

Retour en haut

(a) indique une page en anglais.




Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/X5STCSJ4R0