Un prêt de la Banque mondiale aide le Gabon à étendre la couverture des réseaux à bande passante de grande capacité et à diminuer les coûts des services de communications

  • Les Gabonais bénéficieront bientôt d’un meilleur accès aux réseaux à haut débit et de services de communications moins onéreux grâce à une nouvelle convention accord de prêt signée récemment
  • Le financement s’inscrit dans le cadre du soutien au projet CAB (Central African Backbone), qui permettra au Gabon de se connecter au nouveau câble à fibre optique sous-marin ACE reliant la côte africaine à l’Europe, et d’installer un câble terrestre à fibre optique reliant Libreville à Franceville et atteignant la frontière avec le Congo.
  • Cet accord de prêt marque le début d’un programme de partenariat stratégique d’un montant de $250 millions de dollars établi entre le Gabon et la Banque mondiale

Libreville,  21 Mai 2012 —Le gouvernement gabonais et la Banque mondiale ont signé un accord de prêt de 58 millions de dollars qui permettra au pays d’accroître la couverture géographique  et l’utilisation des réseaux à bande passante de grande capacité et de diminuer les coûts des services de communications pour les entreprises et les particuliers.

Le prêt, dans le cadre du programme CAB (pour Central African Backbone Program), permettra au Gabon de se connecter au nouveau  câble à fibre optique sous-marin ACE reliant la côte africaine à l’Europe, et de distribuer ces réseaux à plus haut débit  au moyen de câbles terrestres à fibre optique raccordant Franceville, Lekoni, Koulamoutou et atteignant la frontière avec le Congo. Le projet s’inscrit également dans le cadre du soutien de la Banque mondiale au programme d’intégration régionale du Gabon, et  contribuera à la mise en œuvre du troisième pilier du Programme économique régional de la CEMAC 2010-2015, relatif à l'interconnexion physique de ses pays membres.

 « La matérialisation de cette convention de prêt est le signe que la Banque mondiale est bien disposée à soutenir les efforts du Gabon pour à se doter d’infrastructures de télécommunication modernes en mesure de soutenir son ambition de développement » a déclaré Zouera Youssoufou, Représentante de la Banque mondiale au Gabon.
Le projet contribuera également à renforcer l'intégrité des réseaux régionaux de communications  et aidera à harmoniser la réglementation du secteur qui régit les TIC dans les pays membres de la CEMAC.

L’exécution globale du projet CAB4 sera dirigée par une commission chargée de la coordination et du suivi des travaux de construction de la Dorsale de Fibre Optique Nationale sur l’ensemble du territoire national, associant Ministère de l’Economie, de l’Emploi et du Développement Durable, Ministère de l’Economie Numérique, de la Communication et de la Poste,  Agence Nationale des Grands Travaux, Agence de Régulation des Communications Electroniques et des Postes, et l’Agence Nationale des Infrastructures Numériques et des Fréquences.

Luc Oyoubi, ministre de l’Economie, de l’emploi et du développement durable a remercié la Banque mondiale pour son engagement à appuyer le développement durable d’infrastructures de télécommunications dans  le pays.

Quatre ministres du gouvernement gabonais se sont joints  à Zouera Youssoufou pour la cérémonie de signature, qu’elle a décrite comme marquant « le début de la mise en œuvre du nouveau programme de partenariat stratégique entre le Gabon et la Banque mondiale approuvé récemment ».  Il s’agit d’un programme d’un montant de $250 millions de dollars (soit 130 milliards de francs CFA) validé par le conseil d’Administration de la Banque mondiale  en avril 2012.

La stratégie de la Banque Mondiale pour le Gabon, vise à déclencher un processus de changement transformateur qui soutiendra le gouvernement de manière ciblée, dans la réalisation des fondements pour une croissance économique durable à moyen et à long terme.



Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/5NAQEDDB40