Nouvelle publication "L'eau dans le monde arabe" : La Banque mondiale alimente la connaissance régionale sur l'eau

Disponible en: English, العربية

   Feature Story Template  

  • "L'eau dans le monde arabe" offre un ensemble complet d’idĂ©es, d’analyses et de rĂ©flexions sur la manière de gĂ©rer de façon plus efficace et plus durable les ressources en eau du Moyen-Orient.
  • Étant donnĂ© que l’eau est rare et qu’elle est utilisĂ©e Ă  diverses fins concurrentes, la rĂ©gion a besoin d’une stratĂ©gie qui va au-delĂ  des simples solutions techniques pour revoir le rĂ©gime des droits, le cadre rĂ©glementaire et les partenariats public-privĂ© dans le domaine de l’eau.
  • Le rapport prĂ©sente les expĂ©riences des pays dans cinq domaines de la gestion de l’eau : l’approvisionnement, la distribution, la gouvernance, les responsabilitĂ©s et l’ingĂ©nierie.

Le 27 mai 2009 – Une nouvelle publication partage les connaissances de la Banque mondiale en matière de gestion des ressources hydrauliques dans l’une des régions les plus arides du monde.

"Water in the Arab World: Management Perspectives and Innovations" (L’eau dans le monde arabe : perspectives de gestion et innovations) PDF - (a) traite de questions relatives à l’eau aussi diverses que l’impact prévu du changement climatique sur le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, l’irrigation, les technologies de dessalement et l’art de la diplomatie dans le domaine de l’eau.

Le but de cette publication est de "regrouper par écrit les connaissances existantes qui ont été acquises dans le cadre des projets financés par la Banque mondiale au Moyen-Orient pour aider à gérer une ressource rare et essentielle pour la région", dit Vijay Jagannathan, responsable de l’équipe du secteur de l’eau, région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA), à la Banque mondiale.

"Nous tenons pour acquis que lorsque nous ouvrons le robinet, nous obtiendrons de l’eau », dit-il. "De même, les agriculteurs de la région prévoient leur systèmes de culture en fonction de l’eau disponible pour l’irrigation et lorsqu’il n’y a pas d’eau, cela peut avoir des répercussions sur leurs récoltes."

La publication, cofinancée par la Banque mondiale et le gouvernement hollandais par le biais du Programme associé de l’Eau des Pays-Bas et de la Banque mondiale, s’inscrit dans le cadre d’un effort global de la Banque mondiale pour mettre par écrit ses connaissances acquises par expérience dans les pays en développement. "L'eau dans le monde arabe" offre un ensemble complet d’idées, d’analyses et de réflexions sur la manière de gérer de façon plus efficace et plus durable les ressources en eau du Moyen-Orient.

Ces dernières années, les décideurs politiques de la région ont de plus en plus adopté l’idée d’une approche globale de la gestion de l’eau, tant au niveau des ressources que des services. Le rapport présente les expériences des pays dans cinq domaines de la gestion de l’eau : l’approvisionnement, la distribution, la gouvernance, les responsabilités et l’ingénierie.

La publication capitalise l’expérience de la Banque mondiale dans la région

Les 24 chapitres du rapport traitent des principaux enjeux relatifs aux politiques de gestion de l’eau, du rôle qu’occupent la voix des populations et les choix dans le processus décisionnel, de l’impact des lois, règlements et autres mesures relatives à l’eau, des expériences en matière de délégation des services d’eau au plus bas niveau de gestion et des études prospectives sur de nouvelles approches d’investissements dans le domaine de l’eau.

La Banque mondiale et le secteur de l’eau dans la région MENA

L’expérience de la Banque mondiale dans la région, décrite dans la Note sur l’eau au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, inclut le financement de projets dans huit pays de la région dans les domaines de l’approvisionnement en eau et l’assainissement, la gestion des ressources en eau, l’irrigation et d’autres domaines connexes. La Banque mondiale participe également au dialogue sur les politiques dans le secteur de l’eau, portant sur des sujets tels que :

Bullet Étendre les services aux pauvres en milieu urbain
Bullet Décentraliser la fourniture de services
Bullet Offrir davantage de services de collecte et de traitement des eaux usées
Bullet Accroître l’accès à l’approvisionnement en eau et à l’assainissement en milieu rural
Bullet Améliorer la performance des opérateurs
Bullet Gérer les ressources en eau de manière efficiente
Bullet Améliorer l’efficience de l’irrigation

Un des chapitres de la publication porte sur les innovations en matière d’irrigation dans le delta du Nil, des efforts pour rendre la fourniture de l’eau plus efficiente et plus adaptée aux besoins des agriculteurs. 

Un autre chapitre examine l’efficacité d’un projet hautement ciblé de subventions pour les pauvres pour les services d’eau au Maroc. "Le gouvernement marocain a été en mesure d’offrir des services d’approvisionnement en eau fiables, au moyen de subventions ciblées, qui ne modifient en rien les mesures incitatives destinées aux fournisseurs de services pour qu’ils permettent à une communauté plus vaste de bénéficier d’un approvisionnement sûr et fiable en eau", dit M. Jagannathan qui a coédité ce rapport avec Ahmed Shawky Abdel Ghany (spécialiste principal en ressources hydrauliques) et Alexander Kremer (principal économiste dans ce secteur).

Aller au-delĂ  des solutions techniques

Le chapitre d’introduction souligne que la gestion intégrée des ressources en eau est particulièrement vitale dans la région, étant donné que l’infrastructure hydraulique "joue un rôle économique essentiel".

"Ces pays sont situés dans une zone aride ou hyperaride, dépendent des pluies saisonnières, ont très peu de cours d’eau (certains étant d’ailleurs pollués par les écoulements des autres pays) et sont souvent dépendants de réservoirs d’eau souterraine fragiles (et parfois non renouvelables). Par conséquent, leurs économies sont beaucoup plus sensibles à la manière dont l’eau est extraite, transportée et consommée que ne le sont les économies d’autres régions."

Étant donné que l’eau est rare et qu’elle est utilisée à diverses fins concurrentes, la région a besoin d’une stratégie qui va au-delà des simples solutions techniques pour revoir le régime des droits, le cadre réglementaire et les partenariats public-privé dans le domaine de l’eau, souligne M. Jagannathan dans le chapitre intitulé "Bridging the Practice Gap in Water Management" (Combler l’écart dans le domaine de la pratique de la gestion de l’eau).

De plus, afin d’améliorer la gestion de l’eau dans la région, il est nécessaire de "promouvoir délibérément" la responsabilisation (des utilisateurs de l’eau, des financiers du secteur et des décideurs politiques) et de partager pleinement l’information relative à l’eau.

Le changement climatique est l’un des principaux moteurs de l’amélioration de la gestion de l’eau 

Le rapport traite également du réchauffement climatique mondial en tant que principal moteur de l’amélioration de la gestion de l’eau et de l’innovation, note M. Jagannathan. Le changement climatique entraîne déjà de nouveaux défis en matière de gestion de l’eau et altère complètement ce que tenaient pour acquis bon nombre des pays depuis plusieurs siècles, dit-il.

Les modèles du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) prévoient que la température et la variabilité de l’eau augmenteront dans plusieurs pays de la région et que les précipitations vont également diminuer de 30 % d’ici 2050.

De récentes conclusions du GIEC confirment les tendances observées au cours de la dernière décennie en Algérie, au Maroc et en Tunisie : les données historiques sur la configuration des pluies ne permettent plus de faire des projections exactes pour les précipitations futures.

Une partie de la solution pour la région consiste à mettre au point un ensemble de réformes qui s’attaquent tant aux problèmes de demande en eau (mesures incitatives pour encourager les agriculteurs à passer à des récoltes avec une meilleure productivité de l’eau) qu’aux problèmes d’approvisionnement (conservation de l’eau par la modernisation de l’irrigation et un meilleur suivi du cycle eau/évapotranspiration), soutient le rapport.

 




Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/RB5MLHVR70