Diversité des pays

Disponible en: Ű§Ù„ŰčŰ±ŰšÙŠŰ©, English, Español
DiversitĂ© des pays – Photo de l’article

La Banque mondiale intervient dans un ensemble extrĂȘmement diversifiĂ© de pays membres. Cette grande diversitĂ© nous oblige Ă  opĂ©rer des rĂ©ajustements permanents concernant notre rĂŽle, nos produits financiers, nos services d’assistance technique et de conseil, afin de les adapter au mieux aux besoins et capacitĂ©s propres Ă  chaque groupe de pays en matiĂšre de dĂ©veloppement. Pour dĂ©velopper ses stratĂ©gies dans les diffĂ©rents pays, la Banque continue d’ajuster son aide aux besoins exprimĂ©s par chaque pays, en accordant une attention particuliĂšre aux besoins spĂ©cifiques des pays Ă  faible revenu, des pays Ă  revenus moyens, ainsi que des petits États et des États fragiles.

Sur cette page :
Pays Ă  faible revenu | Pays Ă  revenu moyen
États fragiles | Petits États

Pays À faible revenu
Les pays Ă  faible revenu possĂšdent les Ă©conomies les plus pauvres du monde, avec un revenu national brut annuel (RNB) infĂ©rieur Ă  905 dollars par personne (en 2007). Par l’intermĂ©diaire de l’Association internationale de dĂ©veloppement (IDA), la Banque mondiale fournit aux pays Ă  faible revenu une aide financiĂšre Ă  « des conditions privilĂ©giĂ©es », en raison de leur extrĂȘme pauvretĂ©. Autrement dit, l’IDA accorde des crĂ©dits dont les taux d’intĂ©rĂȘt sont nuls ou minimes, et les remboursements sont Ă©talĂ©s sur une pĂ©riode de 35 Ă  40 ans, avec un diffĂ©rĂ© d’amortissement de 10 ans. L’IDA alloue Ă©galement des dons aux pays menacĂ©s de surendettement.

Les opĂ©rations financĂ©es par l’IDA visent Ă  stimuler la croissance globale et la crĂ©ation d’emplois ainsi qu’à amĂ©liorer les conditions de vie des populations pauvres. Les projets incluent : l’investissement dans l’infrastructure, l’agriculture et le dĂ©veloppement rural :

  • L’adoption de pratiques environnementales durables
  • L’investissement dans les populations, dans l’éducation et la santĂ©, en particulier dans la lutte contre le VIH/SIDA, le paludisme et la tuberculose
  • Le dĂ©veloppement de leurs capacitĂ©s Ă  fournir des services de base et Ă  assurer une gestion responsable des ressources publiques
  • L’ aide aux pays sortant d’une pĂ©riode de troubles civils, de conflit armĂ© ou victimes d’une catastrophe naturelle
  • La promotion du commerce et de l’intĂ©gration rĂ©gionale

Pays Ă  revenu moyen
Un tiers des pauvres que compte le monde (ceux qui, selon la dĂ©finition Ă©tablie, gagnent moins de 2 dollars par jour) vivent dans des pays Ă  revenu moyen. Dans les pays Ă  revenu moyen, la pauvretĂ© n’est pas gĂ©nĂ©ralisĂ©e comme dans les pays Ă  faible revenu, mais tend Ă  se concentrer dans certaines rĂ©gions ou certains groupes ethniques. Les pays Ă  revenu moyen sont gĂ©nĂ©ralement solvables et ont accĂšs aux marchĂ©s financiers. Ces pays empruntent Ă  la Banque internationale pour la reconstruction et le dĂ©veloppement (BIRD), qui fait partie du Groupe de la Banque mondiale. (Des pays Ă  faible revenu comme l’Inde et le Pakistan, qui empruntent Ă©galement Ă  la BIRD, sont considĂ©rĂ©s par la Banque comme des pays « à financement mixte »)

Les pays Ă  revenu moyen jouent un rĂŽle de plus en plus important dans la fourniture de biens publics mondiaux : Ă©nergie propre, intĂ©gration commerciale, protection de l’environnement, stabilitĂ© financiĂšre internationale et lutte contre les maladies transmissibles. Mais ils Ă©prouvent, pour beaucoup, des difficultĂ©s Ă  mobiliser les fonds nĂ©cessaires pour investir dans les infrastructures, la santĂ©, l’éducation et la rĂ©forme des politiques et des institutions, autant d’élĂ©ments indispensables Ă  l’instauration d’un contexte plus favorable aux investissements. Les pays Ă  revenu moyen sont Ă©galement vulnĂ©rables aux chocs Ă©conomiques, qui peuvent avoir des rĂ©percussions considĂ©rables au sein des populations pauvres.

Permettre aux pays Ă  revenu moyen d’atteindre leurs objectifs en matiĂšre de dĂ©veloppement, grĂące Ă  des stratĂ©gies efficaces constitue l’une des prioritĂ©s de la Banque mondiale.

Pays fragiles et touchés par un conflit
Une part importante des populations pauvres du monde vit dans des États fragiles. Ces pays, qui ont des rĂ©gimes politiques fragiles et des institutions peu dĂ©veloppĂ©es, sont souvent exposĂ©s Ă  des risques de conflit et d’instabilitĂ© politique. Ils ont Ă©galement en commun des indicateurs Ă©conomiques prĂ©occupants, du PIB par habitant, gĂ©nĂ©ralement infĂ©rieur de moitiĂ© Ă  celui des autres pays Ă  faible revenu, jusqu’au taux de mortalitĂ© infantile, qui y est deux fois supĂ©rieur. Du fait de la fragilitĂ© de leurs rĂ©gimes politiques et de leurs institutions, ces pays ont du mal Ă  fournir des services Ă  leurs citoyens, Ă  lutter contre la corruption et Ă  agir de maniĂšre autonome et responsable. En outre, les troubles survenant dans les États fragiles peuvent se rĂ©percuter sur les pays voisins et causer une instabilitĂ© sociale et politique liĂ©e Ă  l’arrivĂ©e massive de rĂ©fugiĂ©s par exemple.

Petits États
Les petits États ne sont pas faciles Ă  dĂ©finir : certains sont relativement riches, d’autres trĂšs pauvres. Certains de ces pays sont des Ăźles ou des archipels. D’autres sont privĂ©s de littoral. Tous ont une population ne dĂ©passant pas 1,5 millions d’habitants. Les petits États sont particuliĂšrement vulnĂ©rables aux Ă©vĂ©nements extĂ©rieurs, y compris aux catastrophes naturelles. De nombreux petits États se caractĂ©risent aussi par la capacitĂ© limitĂ©e de leurs secteurs publics et privĂ©s. Pour d’autres, la transition vers un systĂšme commercial mondial en pleine Ă©volution est problĂ©matique.

Pour de nombreux petits États, les risques et les dĂ©fis Ă  relever en terme de dĂ©veloppement sont liĂ©s Ă  : Leur Ă©loignement et leur isolement ; l’ouverture aux marchĂ©s internationaux et leur vulnĂ©rabilitĂ© face Ă  ses Ă©volutions la vulnĂ©rabilitĂ© aux catastrophes naturelles et aux changements Ă©cologiques ; la variĂ©tĂ© limitĂ©e de leurs productions et de leurs exportations ; un niveau de pauvretĂ© lĂ©gĂšrement supĂ©rieur ; l’insuffisance des capacitĂ©s institutionnelles ; la volatilitĂ© des revenus ; et un accĂšs restreint aux capitaux extĂ©rieurs.




Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/8DMXILQO90