Click here for search results

YouThink! fiche thématique - Commerce

Available in: English, Español
Commerce
Ensemble des échanges de biens
et de services entre pays
© The World Bank

De quoi s’agit-il ?

Grâce au commerce international, les gens peuvent acheter et importer des biens et des services qui ne sont pas produits dans leur propre pays. En outre, l’argent rapporté par les exportations détermine le budget que les pays pourront allouer aux importations, ainsi que leur capacité d’emprunt à l’étranger.

Le commerce stimule le développement et la croissance économique d’un pays. Il permet donc de créer de nouveaux emplois, d’améliorer le niveau de vie des habitants et de donner aux populations la possibilité de se prendre en charge.

Les peuples de tous les pays (qu’ils soient développés ou en développement) peuvent profiter des avantages d’un commerce international libéré des entraves que constituent les droits de douane, les quotas et les subventions publiques.

  • Les consommateurs ont le choix entre des produits plus variés, de meilleure qualité et moins chers.
  • Les producteurs peuvent vendre leurs biens sur un plus grand nombre de marchés.

Le commerce international peut se révéler bien plus efficace que l’aide directe en matière de lutte contre la pauvreté. En effet, il peut permettre à un pays de devenir autosuffisant et de ne plus dépendre de l’aide étrangère. Toutefois, le système actuel de commerce international génère de nombreuses inégalités en défaveur des pays pauvres.

Les échanges internationaux sont gouvernés par un ensemble de règles établies au fil des ans par les États du monde. Beaucoup de pays pauvres ont cependant du mal à accéder aux marchés des pays développés en raison des barrières commerciales et des subventions agricoles. Ces entraves constituent un grave problème pour ces pays, qui ne sont pas en mesure de vendre leurs produits à l’étranger et donc d’améliorer les conditions de vie de leur population.

Bien que le libre-échange profite à tous, les États essaient parfois de protéger leurs produits et leurs marchés en accordant des subventions aux producteurs locaux ou en érigeant des barrières contre les importations, sous la forme de tarifs douaniers ou de quotas. Ces pratiques relèvent du « protectionnisme ».

Les producteurs qui reçoivent des fonds des pouvoirs publics (subventions) peuvent vendre leurs produits à un prix bien inférieur à celui du marché. Ce problème est particulièrement important dans le domaine de l’agriculture.

Les échanges internationaux sont régis par deux grands types d’accords :

Accords commerciaux bilatéraux : deux pays signent un accord spécifique qui régit les termes de leurs relations commerciales.

Accords commerciaux régionaux : plusieurs pays signent des accords spécifiques qui régissent leurs relations commerciales selon des conditions plus favorables — on peut citer par exemple le Mercosur, signé entre l’Argentine, le Brésil, le Paraguay et l’Uruguay, et l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) signé entre le Canada, les États-Unis et le Mexique.

En quoi suis-je concerné(e) ?

Les droits de douane et les quotas d’importation visant les produits étrangers rendent ceux-ci plus chers pour le consommateur. Celui-ci est donc encouragé à acheter les produits locaux, qui demeurent moins chers même si, en réalité, leur coût de fabrication est plus élevé que celui des produits étrangers équivalents.

Comme leur économie n’est pas suffisamment développée et diversifiée, les pays pauvres ne parviennent à produire que quelques produits suffisamment compétitifs pour être vendus sur les marchés extérieurs. Lorsque l’accès à ces marchés est limité, voire interdit, par des barrières commerciales, il leur devient très difficile d’améliorer les conditions de vie de leur population.

Que fait la communauté internationale ?

Les inégalités qui entachent les échanges internationaux sont au cœur des critiques contre la mondialisation. Depuis la Banque mondiale jusqu’aux organisations non gouvernementales (ONG), beaucoup d’organisations internationales tentent de rendre le système de commerce international plus juste et équitable pour tous les pays, notamment les plus pauvres.

Pour que tous les pays puissent bénéficier des fruits de la mondialisation et pour que le système soit plus juste, la communauté internationale doit continuer à travailler à réduire les distorsions qui favorisent les pays développés. Pour cela il faut que soient supprimées les subventions agricoles et les barrières commerciales qui restreignent l’accès des pays pauvres au marché.

L’Organisation mondiale du commerce (OMC)

La plupart des pays du monde font partie de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Ses membres se rencontrent régulièrement pour débattre de la libéralisation du commercial international.

Cette libéralisation conduirait à supprimer tous les droits de douane et les quotas, et à vendre les biens et services à leur juste prix. Elle permettrait aux pays pauvres d’accéder à de nouveaux marchés pour y vendre leurs produits. Si les membres de l’OMC s’accordaient sur la réduction des droits de douane dans les secteurs de l’agriculture et de la fabrication, ils pourraient aider plus de 140 millions de personnes à sortir de la pauvreté.

Or, si l’OMC s’efforcer de réformer et de libéraliser les règles du commerce international, il est difficile d’aboutir à des accords qui répondent aux attentes et aux préoccupations de tous les pays, comme en témoigne l’issue des négociations connues sous le nom de « cycle de Doha ».

Outre leur adhésion à l’OMC, les pays qui entretiennent des relations commerciales régulières peuvent créer des règles distinctes pour contrôler les flux de biens et de services entre eux. Ils appliquent alors un traitement préférentiel à leurs produits par rapport à ceux des pays qui ne font pas partie de ces accords.

Que puis-je faire ?

  • Tenez-vous informé des débats et des questions d’actualité liés au commerce international.
  • Renseignez-vous sur les politiques que défend votre pays et sur les types d’accords qu’il a signés.
  • Cherchez avec quels autres pays votre pays entretient des relations commerciales et pourquoi.
  • Engagez-vous et écrivez aux représentants de votre gouvernement si vous estimez que votre pays doit adopter de nouvelles politiques.

Pour en savoir plus : Commerce




Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/3XM5J3HMX0