Click here for search results

Asie du Sud

26389.png

La croissance en Asie du Sud a reculé à 5,4 % en 2012, contre 7,4 % en 2011, principalement en raison d’un ralentissement en Inde. D’après les prévisions, le PIB de la région devrait progresser de 5,7 % en 2013, sous l’effet d’une augmentation de la demande d’exportations, des réformes de la politique publique en Inde, d’investissements plus importants et d’une production agricole normale.

 Pays admis à emprunter à la Banque mondiale (au 30 juin 2013)

 Engagements et dé caissements régionaux pour les exercices 11, 12 et 13

 Quelques résultats marquants

 Prêts de la BIRD et crédits de l’IDA par secteur pour l'exercice 13

 Prêts de la BIRD et crédits de l’IDA par thème pour l'exercice 13

 La région en bref et progrès vers les OMD

L’aide de la Banque mondiale

Avec 35 projets approuvés durant l’exercice 13, la Banque est un important partenaire de développement en Asie du Sud. Son aide à la région durant l’exercice écoulé comprenait 378 millions de dollars de la BIRD et 4,1 milliards de dollars de l’IDA. Les principaux secteurs bénéficiaires étaient Santé et autres services (1,1 milliard de dollars), Droit, justice et administrations publiques (1 milliard de dollars) et Éducation (609 millions de dollars).

Les activités menées dans la région sous-tendent les objectifs primordiaux de la Banque qui sont de réduire la pauvreté et promouvoir une prospérité partagée. La stratégie de l’institution repose sur cinq piliers : création d’emplois et accélération de la croissance, amélioration du développement humain et de la protection sociale, renforcement de la gouvernance et des mécanismes de responsabilisation, réduction de la vulnérabilité aux aléas météorologiques, aux catastrophes et aux chocs alimentaires, et renforcement de l’intégration et la coopération régionales.

Créer des emplois et accélérer la croissance

L’Asie du Sud a une population jeune et affiche le plus faible taux d’activité des femmes au monde. Pour répondre à la demande de travail d’une population active en augmentation, il faudra créer entre 1 million et 1,2 million d’emplois chaque mois pendant les 20 prochaines années. Afin d’aider à renforcer les politiques favorisant une croissance qui ne fait pas d’exclus, la Banque travaille sur un nouveau rapport qui étudiera les inégalités de revenu et de consommation ainsi que les inégalités d’accès et d’opportunités d’emplois et de réussite professionnelle.

La nouvelle Stratégie de partenariat pour l’Inde établie par la Banque (2013–17) vise à aider le pays à atteindre son objectif à long terme, à savoir une croissance plus rapide et plus solidaire. Cette stratégie-pays, qui est la première à définir des objectifs précis pour réduire la pauvreté et accroître la prospérité au profit des plus démunis, réoriente sensiblement les efforts vers les États à faible revenu et classés dans la « catégorie spéciale », où vivent une grande partie des populations pauvres et défavorisées de l’Inde.

Améliorer le développement humain et la protection sociale

La Banque s’est mobilisée sur plusieurs fronts pour améliorer le développement humain en Asie du Sud. Une part importante de son portefeuille est constituée de projets axés sur les résultats, où l’aide financière est directement assujettie à des objectifs de résultat clés qui contribuent à améliorer la prestation des services. Dans le secteur de l’éducation, les projets visent essentiellement à augmenter les taux de scolarisation et à améliorer la qualité et l’équité du système d’enseignement et de formation. Dans le domaine de la santé, ils cherchent à accroître le recours à un personnel d’accouchement qualifié et à s’assurer que les femmes enceintes, les adolescentes et les enfants de moins de 5 ans bénéficient de services de nutrition élémentaires

Compte tenu des niveaux alarmants de malnutrition infantile et juvénile, la Banque accorde une grande place au dialogue sur les politiques à mener, aux études de diagnostic et à l’aide financière apportée aux nouvelles entreprises dans ce domaine. Le Projet d’agriculture et de sécurité alimentaire au Népal a pour but d’améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations ciblées en augmentant les stocks de nourriture disponibles grâce à des activités agricoles et d’élevage, et à l’amélioration de l’état nutritionnel des ménages par une alimentation plus diversifiée et le recours à de meilleures pratiques pour nourrir les enfants et prendre soin d’eux (en particulier pendant les mille premiers jours de la vie).

Renforcer la gouvernance et les mécanismes de responsabilisation

La Banque renforce les capacités des organes législatifs et des institutions supérieures de contrôles dans leurs fonctions de surveillance budgétaire. Elle aide aussi à mettre en oeuvre des systèmes de passation de marchés par voie électronique, à améliorer la fourniture des services publics et à rédiger des règlements sur le droit à l’information. Par exemple, une équipe régionale transsectorielle de la Banque a été constituée pour évaluer de manière objective, concise et normalisée, sur la base d’indicateurs, le système de gestion des finances publiques du Pakistan. L’objectif était d’aider à comprendre l’environnement fiduciaire général du système et de déterminer les réformes à mener.

Réduire la vulnérabilité aux aléas météorologiques, aux catastrophes et aux chocs alimentaires

L’Asie du Sud a souffert plus que toute autre région durant les précédentes crises alimentaires et énergétiques. Pour l’aider à résister à de futures crises alimentaires, la Banque travaille avec les pouvoirs publics à fournir davantage de services d’irrigation et de drainage, à reboiser des terres défrichées, et à accroître la résilience aux phénomènes météorologiques extrêmes, aux catastrophes naturelles et au changement climatique.

En septembre 2012, la Banque a consenti un Prêt à l’appui des politiques de développement de 100 millions de dollars afin d’aider les autorités de l’Himachal Pradesh, un État indien situé dans l’Himalaya, à adopter des politiques et des méthodes d’adaptation au changement climatique et d’atténuation de ses effets qui orientent la mise en valeur d’une énergie hydroélectrique viable. Ce prêt permettra aux populations locales de mieux préserver leurs bassins hydrographiques, favoriser des méthodes de production industrielle plus propres, promouvoir un écotourisme durable, et intégrer des systèmes d’information géographique aux processus décisionnels.

Renforcer la coopération régionale

La coopération et l’intégration régionales constituent des priorités essentielles pour l’Asie du Sud, où la croissance est freinée par le faible niveau des échanges intrarégionaux, le manque de liaisons aériennes, routières et ferroviaires et la faiblesse des échanges énergétiques. La Banque fait porter ses efforts sur les échanges et les liaisons énergétiques régionales, la facilitation du commerce et des transports, et le soutien public à la coopération économique régionale. En juin 2013 par exemple, elle a approuvé un projet 99 millions de dollars destiné à aider le Népal à améliorer la logistique et à réduire les coûts de ses échanges commerciaux avec l’Inde. La Banque apporte aussi son appui à un dialogue stratégique engagé avec le Pakistan, qui souhaiterait renforcer la coopération avec l’Inde dans le domaine du commerce et de l’investissement, au moyen d’un programme de production et de diffusion de connaissances.

Fournir des solutions de savoirs et de développement

Les travaux d’analyse réalisés en Afghanistan aident les autorités et la communauté internationale à préparer l’après-2014, lorsque le retrait de la plupart des forces militaires internationales et la réduction probable du volume total de l’aide auront un impact profond sur le paysage économique et politique du pays. Au Sri Lanka, les travaux d’analyse sur les problèmes d’infrastructures dans la métropole de Colombo ont ouvert la voie à des réformes et au tout premier investissement de la BIRD dans ce pays (un prêt de 213 millions de dollars), qui a marqué une nouvelle phase de collaboration avec les pays à revenu intermédiaire.

Télécharger
Le rapport régional pour l'Asie du Sud PDF (168KB)


« Retour




Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/NOX4LQ5RQ0