Click here for search results

Les migrations donnent à l’Afrique la possibilité de gagner sur les deux tableaux, selon un nouveau rapport

Available in: English
News Release No:2011/393/DEC

 

wbaf

La Banque mondiale publie les derniers résultats de travaux de recherche menés en collaboration avec la Banque africaine de développement

 

WASHINGTON, le 30 mars 2011 — Les quelque 30 millions d’Africains qui vivent aujourd’hui à l’étranger constituent une ressource vitale pour le continent, mais les responsables africains doivent encore faire plus pour tirer tous les avantages économiques de ce phénomène de migration. Tel est le constat dressé dans un nouveau rapport que publient conjointement la Banque africaine de développement et la Banque mondiale. 

 

Intitulé Leveraging Migration for Africa: Remittances, Skills, and Investments (Démultiplier l’impact des migrations pour l’Afrique : Envois de fonds, renforcement des compétences et investissements), ce rapport présente les données tirées d’une nouvelle série d’enquêtes, et fait ressortir des éléments qui laissent penser que migrations et envois de fonds se traduisent par une baisse des niveaux de pauvreté dans les communautés d’origine. Pour les pays du continent, les envois effectués par leurs expatriés aboutissent à un surcroît d’investissements en matière de santé, d’éducation et de logement, et leurs diasporas sont également sources de capitaux, d’échanges commerciaux ou de savoir, et de transferts de technologies. 

 

« Les pressions en matière de migration ne vont qu’augmenter à l’avenir du fait des mutations démographiques correspondant à l’accroissement de population en Afrique et au déclin de la population active en Europe et dans beaucoup d'autres pays développés », a souligné à cet égard Hans Timmer, directeur du Groupe des perspectives de développement à la Banque mondiale. « C’est pourquoi il est essentiel d’adapter les mesures prises au niveau des politiques en réponse à ces facteurs démographiques, et de concevoir des arrangements multilatéraux pour gérer les migrations futures. » 

 

Deux tiers des migrants d’Afrique subsaharienne, notamment les plus pauvres, vont s’établir dans d’autres pays du continent, alors que, dans le cas des émigrés d’Afrique du Nord, plus de 90 % sont allés s’installer sur un autre continent. Pour les migrants africains, les principaux pays de destination sont la France (9 % du nombre total d’émigrés), la Côte d’Ivoire (8 %), l’Afrique du Sud (6 %), l’Arabie saoudite (5 %), les États-Unis et le Royaume-Uni (4 % chacun). 

 

Comme l’a expliqué de son côté l’économiste en chef de la Banque mondiale pour la région Afrique, Shantayanan Devarajan : « Le niveau de migration de main-d’œuvre qualifiée est particulièrement élevé dans les pays d’Afrique de petite taille et à faible revenu, qui ont déjà de faibles niveaux de capital humain. Les pays fragiles et sortant d’un conflit connaissent des problèmes encore plus grands du fait de cette fuite de capital humain. Les gouvernements et responsables africains doivent s’attacher à accroître les niveaux d’instruction et de compétences et à établir un environnement dans lequel les travailleurs hautement qualifiés aient sur place des possibilités d’emplois productifs. »

 

Selon Dilip Ratha, économiste principal à la Banque et principal auteur du rapport : « Les pays africains doivent renforcer les liens entre diasporas et pays d’origine, protéger les migrants et accroître la concurrence sur les marchés des envois de fonds. Sinon, le potentiel qu’offrent les migrations pour l’Afrique reste en grande partie inexploité. »

 

Un outil novateur mérite d’être envisagé à cet égard, à savoir les bons de la diaspora, qui sont des titres mis en vente par des entités publiques ou privées auprès de nationaux établis à l’étranger. Cette formule a déjà permis à Israël et à l’Inde de puiser dans les ressources dont disposent leurs ressortissants vivant dans d’autres pays. Selon M. Ratha, les pays d’Afrique subsaharienne pourraient mobiliser par ce biais des montants de l’ordre de 5 à 10 milliards de dollars par an. Plusieurs États africains ont d’importantes diasporas dans des pays à revenu élevé et sont donc potentiellement à même d’émettre des bons de ce type : ce sont l’Éthiopie, le Ghana, le Kenya, le Libéria, le Nigéria, l’Ouganda, le Sénégal et la Zambie, en Afrique subsaharienne ; et l’Égypte, le Maroc et la Tunisie, en Afrique du Nord.

 

« Les banques africaines peuvent améliorer leur accès aux marchés internationaux des capitaux en émettant des bons qui sont titrisés au moyen des futurs envois de fonds », a déclaré à ce sujet Mthuli Ncube, économiste en chef de la Banque africaine de développement. « La Banque africaine de développement, la Banque mondiale et les donateurs bilatéraux peuvent jouer un rôle significatif en facilitant la titrisation des envois de fonds et en atténuant les risques que présente, pour les pays d’Afrique, l’émission de ces bons adossés à des envois de fonds. Les efforts en ce sens peuvent consister à fournir une assistance technique pour la conception des projets et l’analyse de solvabilité, à assurer une gestion prudentielle de la dette et à aider les pays africains à obtenir de bonnes notes souveraines. » 

 

Le niveau des envois de fonds déclarés vers les pays d’Afrique a quadruplé entre 1990 et 2010 pour s’établir, cette année-là, à près de 40 milliards de dollars, ce qui en fait la principale source de capitaux extérieurs après les apports d’investissement direct étranger. Selon les récentes enquêtes, les principaux emplois des envois de fonds de la diaspora africaine ont pris sur place la forme d’investissements pour des achats de terrains, des constructions de logements et des créations d’entreprises. Relativement parlant, ces investissements ont représenté 36 % du niveau d’investissement global au Burkina Faso, 55 % au Kenya, 57 % au Nigéria, 15 % au Sénégal et 20 % en Ouganda. Au plan sectoriel, l’éducation venait en deuxième position de l’utilisation faite de ces envois au Nigéria et en Ouganda, en troisième position dans le cas du Burkina Faso et en quatrième pour ce qui est du Kenya. 

 

Cela dit, les chiffres officiels concernant ces envois sont nettement en deçà de la réalité, car la moitié seulement environ des pays d’Afrique subsaharienne assure de manière un tant soit peu régulière la collecte et la publication de données dans ce domaine. 

 

Selon le rapport, le coût de ces envois de fonds reste prohibitif, surtout à partir d’autres pays d’Afrique. Pour M. Ratha, cela ne fait qu’encourager le recours à des circuits informels, et représente une charge superflue pour les migrants africains et ceux qui bénéficient de leurs envois. 

 

Les auteurs du rapport estiment que les bureaux de poste, coopératives d’épargne et de crédit, banques rurales et institutions de microfinancement possédant de vastes réseaux de succursales peuvent jouer un grand rôle pour améliorer l’accès des pauvres et des populations rurales aux envois de fonds et autres formes de services financiers. Mais ces établissements doivent éviter de conclure des accords d’exclusivité avec les opérateurs de services de transfert de fonds, car cela restreint la concurrence et tend à accroître le coût des envois. Il convient en outre d’évaluer les implications que l’offre de services de transfert par téléphone mobile et autres types de services financiers émanant des opérateurs de télécom en Afrique peut avoir pour la stabilité du secteur bancaire, ainsi qu’en termes de risque systémique.

 

À propos du rapport

L’ouvrage Leveraging Migration for Africa vient combler d’importantes lacunes au niveau des connaissances sur les migrations, les envois de fonds et les diasporas africaines. Publié conjointement par la Banque africaine de développement et la Banque mondiale, il s’inscrit dans le cadre du projet Migrations en Afrique, entrepris avec l’appui financier de multiples partenaires, à savoir, outre la Banque africaine de développement (BAD), l’Agence canadienne de développement international (ACDI), le ministère britannique du Développement international (DFID), le ministère français de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire, le ministère danois des Affaires étrangères, le Fonds international de développement agricole (FIDA) et l’Agence suédoise de développement international (SIDA). 

 

Deux autres volumes accompagnent ce rapport, intitulés respectivement Remittance Markets in Africa (Marchés des envois de fonds en Afrique) et Diaspora for Development in Africa (Diaspora pour le développement en Afrique). Par ailleurs, la Banque publie simultanément les données principales tirées d’une série d’enquêtes auprès des ménages qui ont été menées sur le thème des migrants dans six pays — Afrique du Sud, Burkina Faso, Kenya, Nigéria, Ouganda et Sénégal.

 

L’intégralité du rapport et les dernières données sur les migrations et envois de fonds sont disponibles sur le site www.worldbank.org/migration. 

 

Les journalistes déjà inscrits peuvent accéder à l’ouvrage avant la levée de l’embargo par l’intermédiaire du service en ligne de la Banque mondiale pour les médias : http://media.worldbank.org/secure. Les membres des médias accrédités peuvent faire une demande de mot de passe sur ce même site, à l’adresse : http://media.worldbank.org/

 

Contacts:

À Washington: Rebecca Ong +1 (202) 458-0434, rong@worldbank.org

TV/radio: Cynthia Case +1 (202) 494-3465, cynthiacase@gmail.com




Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/CGVHIZUQO0