Click here for search results

La Banque mondiale va augmenter son soutient pour la facilitation des échanges dans les pays pauvres

Communiqué de presse n° 2009/295/PREM
Contacts :
À Lusaka : Jumbe Ngoma +206-211-252811
jngoma@worldbank.org
À Washington : Alejandra Viveros + (202) 473-4306
aviveros@worldbank.org

Lusaka (Zambie), 7 avril 2009 — La Banque mondiale a lancé aujourd’hui un fonds fiduciaire multibailleurs de 40 millions de dollars pour aider les pays à améliorer leur compétitivité et à réduire les coûts de transactions grâce à des mesures comme l’amélioration des infrastructures, de la logistique de transport et des procédures douanières.

« Le commerce international est un élément clé pour la réduction de la pauvreté, la croissance économique et l’emploi, mais la crise financière rend les coûts de transactions plus onéreux » a déclaré Obiageli Ezekwesili, vice-présidente de la région Afrique de la Banque mondiale, lors de la conférence concernant le corridor Nord-Sud à Lusaka en Zambie. « Le fonds de facilitation des échanges aidera les pays pauvres à réduire leurs coûts de transaction et à accroître leur compétitivité — deux ingrédients nécessaires à une reprise économique ».

En raison de la récession mondiale, les volumes d’échanges de biens et de services devraient chuter de 6,1 % en 2009, avec une contraction significativement plus accentuée pour les produits manufacturés, selon les données de la Banque mondiale.

Le fonds de facilitation des échanges soutiendra les activités suivantes dans les pays à faible revenu :

  • Mise en place d’initiatives concrètes dans les domaines clés tels que l’amélioration de la gestion des frontières, le développement institutionnel, les procédures commerciales, les services de logistique et l’infrastructure d’accès ;
  • Développement des corridors de commerce et d’autres activités de facilitation régionale à travers le monde ;
  • Mobilisation des ressources des banques de développement et des bailleurs de fonds ;
  • Mise en oeuvre des dispositions des accords internationaux commerciaux en matière de facilitation des échanges, y compris un éventuel futur accord de facilitation des échanges à l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

« Nous voyons le commerce comme le facteur clé de la croissance économique » a déclaré Danny M. Leipziger, vice-président du réseau de la réduction de la pauvreté et de la gestion économique à la Banque mondiale, et vice-président de la commission pour la croissance et le développement. « La facilitation des échanges est une intervention de développement intelligente pour les pays pauvres et nous sommes heureux d’intensifier nos efforts ».

Le Groupe Banque mondiale se félicite de travailler en étroite collaboration avec un certain nombre de bailleurs de fonds, y compris le gouvernement britannique qui a l’intention d’engager au moins 10 millions de livres pour soutenir le Fonds de facilitation des échanges.

M. Gareth Thomas, ministre du commerce et du développement du Royaume-Uni, a ainsi déclaré : « Nous devons faire davantage pour garantir que toutes les nations, en particulier celles d’Afrique, puissent commercer librement et sur une base concurrentielle dans le marché mondial. Le Fonds de la Banque mondiale, en rendant plus facile et plus rapide le transport de marchandises entre les pays, aidera précisément à réaliser cela. »

Avec 40 millions de dollars de financement au cours des quatre prochaines années, le FFE contribuera au soutien continu du Groupe Banque mondiale (GBM) à la croissance économique tirée par le commerce. Les prêts de la Banque mondiale en faveur du commerce se sont élevés à 1,4 milliard de dollars pour l’année fiscale 2008 (Juillet 2007 - Juin 2008), soutenant les infrastructures liées au commerce, l’intégration régionale, le développement des exportations, la compétitivité et la facilitation des échanges. Les engagements de prêts pour l'exercice 2009 sont attendus à hauteur de 3,6 milliards de dollars.

Afin de répondre à la crise financière, le Groupe Banque mondiale étend son soutien au commerce par :

  • L’augmentation des services de facilitation des échanges, y compris le FFE pour les pays à faible revenu ;
  • Le doublement du Programme mondial de financement du commerce de la SFI, à trois milliards de dollars sur une période de trois ans ;
  • La création du Programme mondial de liquidités commerciales de la SFI, visant des engagements initiaux de cinq milliards de dollars de sources publiques et permettant d’appuyer jusqu’à 50 milliards de dollars de commerce. Le programme bénéficie d’engagements de la SFI à hauteur d’un milliard de dollars, d’une promesse du Royaume-Uni jusqu’à 300 millions de livres sterling (440 millions de dollars), de 200 millions de dollars engagés par le gouvernement canadien, et de 50 millions de dollars engagés par le gouvernement néerlandais.



Permanent URL for this page: http://go.worldbank.org/6BCE7CQ1M0